MotoGP
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
38 jours
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
52 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
66 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
73 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
87 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
94 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
108 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
136 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
143 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
157 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
171 jours
25 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
186 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
193 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
206 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
214 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
220 jours
13 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
235 jours
20 nov.
-
22 nov.
Prochain événement dans
242 jours
27 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
249 jours

Zarco : Le GP de France ? "Un public acquis"

partages
commentaires
Zarco : Le GP de France ? "Un public acquis"
Par :
11 avr. 2019 à 12:00

Le Français s'attend de nouveau à recevoir un fort soutien cette année dans la Sarthe, alors que la présence tricolore sera renforcée par la présence de Fabio Quartararo sur la grille.

Cette fois, la saison est bel et bien lancée. Alors que le paddock MotoGP termine cette semaine sa première tournée outre-mer, il ne reste plus qu'un gros mois avant la tenue du GP de France, au programme du 17 au 19 mai sur le circuit Bugatti du Mans.

Depuis son arrivée en MotoGP, Johann Zarco a toujours bien figuré dans la Sarthe, parvenant à décrocher une fantastique deuxième place en 2017, avant de signer la pole position l'an passé. Lorsqu'il est interrogé sur ses meilleurs souvenirs en France, c'est donc sans surprise que ces deux événements viennent en premier à l'esprit du pilote KTM. "Meilleur souvenir : la deuxième place en 2017", tranche-t-il sans hésiter. "Exceptionnelle, un grand moment. Comme la pole en 2018, mais le podium final c'était bien mieux en 2017."

Performant depuis le MotoGP dans la Sarthe

Le temps est loin où le numéro 5 ne parvenait pas à prendre confiance sur le tracé manceau, comme lors de ses débuts en 125cc en 2009. "[Un souvenir] très douloureux, c'est ma première en 2009 sous la pluie en 125cc", admet-il. "J'avais chuté deux fois en course, et je n'avais vraiment aucune bonne sensation. Je me sentais vraiment mauvais pilote, je doutais beaucoup à cette période, et je sais que c'était un souvenir difficile. Mais le pire reste peut-être quand même 2012 quand j'étais troisième en course. Pas moyen de rattraper Lüthi, je ne voulais pas perdre ma position et j'ai chuté. Ça, ça a été le plus douloureux." 

Lire aussi:

D'ordre général, le circuit Bugatti n'a que peu souri au Cannois par le passé (il ne s'y est d'ailleurs jamais imposé), et il a fallu attendre la catégorie reine pour le voir enfin s'y épanouir. "J'ai toujours galéré au Mans, en Moto2 mais aussi en 125cc, et en MotoGP sur les deux dernières années j'ai été ultra-performant", souligne-t-il. "Donc, parfois, selon la moto ça s'adapte bien. Après, on sait que la Yamaha a toujours été performante là-bas, et ça je le sentais. Quand je roulais, tout venait comme il fallait."

Deux Français sur la grille

Johann Zarco

Pour les 50 ans du GP de France, les attentes du public promettent d'être décuplées cette année. Pas de quoi troubler la préparation de Zarco, désormais bien rodé à l'exercice et qui parvient à évoluer dans sa bulle tout au long du week-end.

Une gestion du stress par ailleurs facilitée par la présence d'un second pilote tricolore cette année sur la grille, en la personne de Fabio Quartararo. "C'est l'unique en France, et depuis [que je suis en] MotoGP c'est un public acquis [pour moi], qui crie mon nom", se réjouit le numéro 5. "[Cette année] on sera deux avec Fabio, donc c'est une pression qui sera divisée par deux, et ce n'est pas plus mal. Dernièrement, on a eu aussi des conditions sympas pour profiter de belles courses et de bons week-ends. C'est un événement désormais bien organisé, qui attend les Français."

Pour l'heure, on ne sait pas comment son cadet en MotoGP réagira à une telle ambiance. Mais une chose est sûre : Zarco, lui, saura s'en servir comme une force grâce à un planning bien établi.

"C'est une pression, c'est clair, et qu'il faut savoir gérer", reconnaît-il dans un premier temps. "Avec l'expérience, j'arrive à la gérer et même à en profiter avec toute cette énergie qui gravite autour, parce que les encouragements c'est bien mais ça peut aussi devenir pesant et se transformer en pression négative. Comment cela se gère ? Déjà avant le week-end en programmant bien les heures d'interviews et les moments de rencontre avec le public et les sponsors. Le fait d'être bien dans le paddock depuis quelques années et d'avoir son propre motorhome pour dormir sur place..."

Un cocon qui devrait permettre à nouveau au Français de se transcender sur ses terres, et de réaliser une progression notable chez KTM. C'est en tout cas tout le mal qu'on lui souhaite.

 
Article suivant
Márquez, "un capitaine" pour son équipe

Article précédent

Márquez, "un capitaine" pour son équipe

Article suivant

Márquez dévoile son casque pour Austin, inspiré des ranchs

Márquez dévoile son casque pour Austin, inspiré des ranchs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de France
Lieu Le Mans Circuit Bugatti
Pilotes Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Willy Zinck