Zarco : Avec la KTM, "c'est l'attaque à outrance, tout le temps"

Le Français a fait les montagnes russes ce vendredi au Mans, dans le cadre de la première journée du GP de France MotoGP, malgré le fait de "jouer sa vie" et de se battre tout le temps avec sa machine.

Zarco : Avec la KTM, "c'est l'attaque à outrance, tout le temps"

Pour Johann Zarco, la première journée du Grand Prix de France se sera véritablement déroulée en deux temps, avec une première séance d'essais libres prometteuse et terminée dans le top 10, suivie d'une seconde qui s'est avérée plus conforme à ce qu'endure le Français depuis le début de la saison et donc bien plus difficile.

Au final, le pilote KTM boucle ce vendredi à la 17e place des temps combinés, satisfait d'avoir retrouvé un brin de compétitivité dans la matinée, même si cela n'a pas duré par la suite. En ce sens, les essais privés réalisés par KTM sur le circuit sarthois récemment ont pu aider le Français à reprendre ses marques rapidement sur le circuit Bugatti. "Complètement, cela m'a permis de mieux m'adapter au circuit, au niveau de la vision et du cerveau, et je pense même à la moto, donc c'était pas mal", a confirmé le numéro 5 lorsqu'il lui a été demandé si cela lui avait été d'une quelconque aide. "On va déjà beaucoup plus vite que lorsque j'ai fait les tests, donc sur cette mise en route c'est bon. Sur les progrès, il y en a eu un peu, mais pas assez." 

Lire aussi:

"C'était bien de retrouver un peu de performance ce matin. Mais j'ai dû beaucoup attaquer et me mettre en colère sur la moto pour faire quelque chose, car en restant calme ça ne marche pas du tout. Dans l'après-midi, nous avons essayé de progresser un peu, et nous avons obtenu de petites choses mais ce n'était pas suffisant pour faire de grosses améliorations par rapport aux autres. Il faut rester calme, même si c'est dommage de manquer le top 10, car de la façon dont j'avais commencé les EL1 je voulais continuer à progresser, mais je dois accepter le fait que les améliorations n'arrivent pas aussi vite que nous le souhaiterions, mais c'est normal."

La même implication lors des deux séances

Il est vrai que du point de vue du pilotage, Zarco a véritablement donné de sa personne tout au long de la journée, et que les différences de classement ne sont sans doute pas liées à une différence quelconque dans l'engagement, bien au contraire. "Il y a peu de différences [entre les deux séances]", poursuit-il. "C'est l'attaque à outrance, tout le temps. Jouer sa vie, tout le temps, pour viser un top 10. Aller à 300km/h et se jeter dans les virages comme si rien n'existait, oui c'est fort, mais c'est pour l'instant le passage que je dois franchir."

Au moins peut-il désormais compter sur l'aide de Jean-Michel Bayle, son nouveau coach qui officie auprès de lui pour la première fois en week-end de course. Un partenariat qui porte pour le moment ses fruits. "C'est agréable et intéressant, car cela permet vraiment de se concentrer sur moins de travail, au lieu de perdre de l'énergie sur d'autres éléments qui pour l'instant me bloquent. Il m'aide à focaliser mon esprit sur d'autres choses, et donc à me libérer un peu."

partages
commentaires
Petrucci piégé au Garage Vert, "un endroit critique"

Article précédent

Petrucci piégé au Garage Vert, "un endroit critique"

Article suivant

Crutchlow : "Márquez mène, la moto n'est donc pas mauvaise"

Crutchlow : "Márquez mène, la moto n'est donc pas mauvaise"
Charger les commentaires