MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
13 Heures
:
39 Minutes
:
44 Secondes

Zarco : "La meilleure chance" pour la France en MotoGP, selon Sarron

partages
commentaires
Zarco : "La meilleure chance" pour la France en MotoGP, selon Sarron
Par :
2 janv. 2019 à 09:00

Osé, le choix du Français d'avoir rejoint KTM est jugé positivement par ses pairs, qui voient en lui le pilote le plus à même de tirer son épingle du jeu en MotoGP et de redonner à l'Hexagone ses lettres de noblesse dans la discipline.

Après deux premières saisons en MotoGP passées avec l'équipe Tech3, Johann Zarco s'est donc lancé dans une nouvelle aventure en faisant en novembre ses premiers tours de roue avec KTM lors des essais de Valence, puis de Jerez.

Pour le Français, l'heure est encore à l'adaptation à sa nouvelle machine, dont le comportement requiert un pilotage distinct de celui qu'il avait pu connaître jusqu'ici avec la Yamaha.

Lire aussi :

Bien sûr, il ne faut pas prêter trop attention à la hiérarchie de ces premiers roulages, forcément biaisés alors que la RC16 de 2019 est encore loin de sa version définitive, et que de nombreuses améliorations devraient être de sortie lors de la reprise des essais, à Sepang, en février prochain. C'est d'ailleurs l'un des nouveaux facteurs dont va bénéficier le Cannois désormais : le soutien et l'attention d'une usine qui lui sera dévouée, bien loin des limitations techniques de la M1.

Un point capital, et qui n'est pas sans impact sur l'aspect psychologique d'un pilote, comme l'explique Régis Laconi, au micro du site officiel du MotoGP. "Si tout n'est pas parfait, vous ne pouvez pas gagner", déclare ainsi le dernier Français vainqueur d'un Grand Prix dans la catégorie reine, à Valence en 1999.

"Le mental est quelque chose de très important pour le pilote, et il vous faut donc être sûr d'avoir toute l'usine, toute l'équipe derrière vous pour vous aider à gagner une course, et je pense que c'est ce qu'il va avoir avec KTM. J'espère qu'il saura prendre les bonnes décisions pour cela."

Podium : le troisième, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

Le chemin sera long cependant, avec une équipe KTM en manque d'expérience, et qui n'est arrivée dans la discipline qu'en 2017, soit la même année que Zarco. Plus que de se montrer tout de suite compétitif, c'est donc un projet au long cours qui s'annonce pour le numéro 5. "Je pense que c'est courageux, que c'est brave d'avoir fait ce choix", juge Christian Sarron, deuxième Français à avoir été titré dans la catégorie intermédiaire (le premier ayant été Jean-Louis Tournadre en 1982), en 250cc plus précisément, en 1984.

Zarco, meilleur représentant français en GP

Seul pilote tricolore à avoir décroché deux titres en Grand Prix, et déjà détenteur de plusieurs poles dans la catégorie reine, même si la victoire s'est pour le moment refusée à lui, Zarco présente à coup sûr le profil pour porter, à terme, la France vers les sommets de la discipline.

Un porte-étendard parfait, et qui pourrait, si la réussite suit avec KTM, davantage susciter l'intérêt du public national. "En France, la moto n'est pas un sport très important", regrette ainsi Laconi. "Je ne suis pas content du fait que nous n'ayons pas suffisamment de pilotes, et c'est le problème."

Lire aussi :

Il est vrai que seuls trois Français seront présents dans les différentes catégories en 2019, Fabio Quartararo faisant ses débuts en MotoGP avec le SIC Yamaha Petronas, et Jules Danilo évoluant en Moto2.

Mais en attendant la confirmation de ces derniers et/ou l'apparition de nouvelles pépites, Zarco reste le mieux placé pour permettre à la France de mettre un terme à une disette de victoire vieille désormais de près de deux décennies.

"Zarco est de loin la meilleure chance que nous avons, car c'est un pilote très talentueux", reprend Sarron. "C'est bon pour la France, et bon pour la moto en France, pour les médias, pour les fans aussi : c'est bon pour tout."

Article suivant
Rossi, 39 ans et toujours motivé : un exemple à suivre pour beaucoup

Article précédent

Rossi, 39 ans et toujours motivé : un exemple à suivre pour beaucoup

Article suivant

Lorenzo : Des sensations "très positives" avec la Honda "assez vite"

Lorenzo : Des sensations "très positives" avec la Honda "assez vite"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Johann Zarco
Équipes Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Willy Zinck