MotoGP
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé

Une opportunité pour Zarco ? "Honda respecte les contrats"

partages
commentaires
Une opportunité pour Zarco ? "Honda respecte les contrats"
Par :
Co-auteur: Oriol Puigdemont
17 oct. 2019 à 09:28

Disputer les trois derniers Grands Prix de la saison MotoGP au guidon d'une Honda du team LCR pourrait permettre au Français de rappeler à tous son potentiel et, qui sait, de séduire le HRC. Mais celui qui a été à l'origine de ce recrutement ne croit pas à un bouleversement surprise des plans prévus pour 2020.

Lucio Cecchinello a réalisé un gros coup en s'assurant les services de Johann Zarco pour les trois derniers Grands Prix de la saison. Une façon optimale d'effacer la déception de perdre Takaaki Nakagami, contraint de se faire opérer et de suivre une longue convalescence, mais aussi une manière d'observer pour la première fois le Français au guidon d'une RC213V. Cette perspective suscite le plus vif intérêt dans le paddock, après l'effet de surprise initial qu'ont d'ailleurs partagé les responsables du constructeur, de l'aveu même de celui qui a initié cette démarche.

Lire aussi :

"Bien sûr, notre pilote d'essais Stefan Bradl était notre première option", explique Lucio Cecchinello auprès de BT Sport. "Quand nous avons discuté avec le HRC de la possibilité de l'avoir comme pilote de remplacement, ils m'ont malheureusement dit qu'il avait un agenda très chargé avec le développement de la nouvelle moto. Il n'aurait donc pas été disponible pour la course de Malaisie, qui est très importante pour nos sponsors."

"Nous avons compris avec Honda que Bradl n'était pas une option, donc qui d'autre ? En tant que manager, je dois penser à des pilotes professionnels qui peuvent enfourcher la moto et faire un travail correct sans prendre trop de risques. Cela peut être dangereux aussi de mettre un jeune gars sur cette moto. En pensant à des pilotes professionnels, je suis arrivé avec le nom de Zarco. Avant de le contacter, j'ai parlé avec Honda, disons qu'ils étaient un peu surpris mais après deux ou trois heures ils m'ont dit 'OK, essaie de lui demander'", explique le team manager LCR, qui précise : "C'était notre idée de contacter Zarco, Honda ne m'a donné aucune indication ou aucune pression pour faire cela."

Si Honda n'a pas poussé pour recruter Zarco, son arrivée impromptue a eu tôt fait de générer de grandes attentes. Le #5 lui-même espère retrouver de bonnes sensations et évoluer à un niveau correspondant plus à ses habitudes, après plusieurs mois de souffrance au guidon de la KTM. Et Honda a désormais une opportunité unique d'observer un pilote qui espère retrouver d'ici peu un guidon de titulaire compétitif dans la catégorie reine.

Dès lors, quel peut être l'intérêt de Honda pour recruter Zarco à l'avenir? "C'est un pilote compétitif, double Champion du monde Moto2. Il a montré qu'il pouvait être compétitif en MotoGP, surtout durant une très bonne saison 2018 et celle où il a été Rookie de l'année. Je crois qu'en tant qu'équipe, Honda cherche des pilotes, car le marché en 2020 sera ouvert pour la saison 2021. Il pourrait être une option même pour notre équipe si nous n'avons pas d'accord avec Cal [Crutchlow]", pressent Cecchinello.

Quant à la saison 2020, les contrats sont d'ores et déjà signés : le plan annoncé prévoit que Márquez et Lorenzo restent associés chez Repsol Honda, tandis que Crutchlow et Nakagami conserveront leur place chez LCR mais en disposant tous deux d'un contrat direct avec le constructeur. Dans un contexte où les difficultés de Lorenzo font naître les plus grandes rumeurs, Cecchinello doit-il craindre que cette donne change ? "C'est le plan, et c'est ce que nous avons trouvé comme accord avec le sponsor. Nous ne voyons pas de changement soudain arriver. Je sais qu'il y a beaucoup de rumeurs, mais nous avons un engagement avec Cal et Takaaki", affirme-t-il.

Lire aussi :

"Je crois que Honda est une compagnie qui respecte les contrats, donc je ne vois pas de grandes nouvelles arrivant bientôt", souligne le patron d'équipe italien en évoquant 2020. Ce qui se passera au-delà de l'échéance de tous les contrats fin 2020 reste toutefois pour l'heure à discuter. "Nous pouvons idéalement aller en 2021 et en 2022 avec les mêmes pilotes mais c'est un environnement concurrentiel", indique-t-il.

Pas de lien avec son propre cas, selon Lorenzo

L'arrivée de Johann Zarco dans le giron Honda a toutefois immanquablement suscité des spéculations sur l'avenir de Jorge Lorenzo, appelé à réagir sur la fin de saison pour ne pas être éclipsé par le Français. Interrogé sur la question à la veille du Grand Prix du Japon, le pilote espagnol a toutefois assuré qu'il ne voyait pas de lien entre les performances que pourra réaliser Zarco et son propre avenir avec Honda.

"L'arrivée de Zarco est une affaire qui concerne LCR et Honda. LCR avait besoin d'un pilote et il était libre et était une bonne option. Je ne peux pas en dire beaucoup plus. Cela a été une bonne décision des deux côtés. J'imagine que Johann doit avoir envie de bien faire", commente Lorenzo, qui pressent qu'il pourrait être battu par le Français, qui bénéficiera de la version 2018 de la Honda. "Nakagami et Cal m'ont devancé sur toutes les courses et Zarco pilotera une autre moto et sera très motivé. Johann est un pilote très rapide et il a démontré qu'il pouvait aller très vite. S'il se trouve bien avec la moto, il pourrait être très rapide avec la Honda."

Lire aussi :

C'est en tout cas un Jorge Lorenzo loin de ses capacités qui se présente au Japon, sur une piste qui lui a tant souri par le passé et dont il détient encore à ce jour plusieurs records, établis alors qu'il courait pour Yamaha. "Je ne sais pas si je suis perdu ou non, mais les résultats ne sont pas bons et il n'y a pas de progression", concède-t-il. "Mon état d'esprit est le même que d'habitude : [je vais] monter sur la moto et essayer d'être le plus rapide possible, même si je sais que je n'arrive pas ici aussi bien que les autres années. […] Motegi a toujours été l'un de mes circuits préférés et j'espère améliorer mes résultats des dernières courses et aller beaucoup plus vite."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Petrucci : "C'est surtout moi qui me mets sur la sellette"

Article précédent

Petrucci : "C'est surtout moi qui me mets sur la sellette"

Article suivant

Zarco sait que la porte de Yamaha "s'est clairement refermée"

Zarco sait que la porte de Yamaha "s'est clairement refermée"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP du Japon
Pilotes Johann Zarco
Équipes Team LCR
Auteur Léna Buffa