Zarco finit à pied, en panne d'essence dans le dernier tour !

Le pilote français a sauvé un point en terminant la course à la poussette, son niveau de carburant n'ayant pas suffi à rallier l'arrivée.

Quel coup dur pour Johann Zarco ! Le Français est tombé en panne de carburant dans le dernier tour alors qu'il occupait la septième place et il a dû terminer à pied, en poussant sa moto, pour aller chercher le point de la 15e place.

"C'était difficile, je dois vérifier mon rythme cardiaque, car peut-être que j'ai atteint mon maximum sur la ligne d'arrivée et pas sur la moto !" sourit le pilote Tech3. "J'ai eu le souci d'essence avant le virage 11, et j'ai tout de suite compris ce que c'était. J'ai alors essayé de rester en sixième vitesse et d'en demander le minimum à la moto. Ça a fonctionné jusqu'au virage 14, et ensuite dans les deux derniers gauches, c'était encore pire et j'ai dû descendre et courir à côté de la moto."

Alors qu'il poussait sa M1 pour passer sur la ligne, Zarco voyait ses adversaires le passer un à un... "C'était long. Je savais qu'il y avait deux lignes, la ligne de départ et la ligne d'arrivée. La ligne d'arrivée était vraiment loin", raconte-t-il, conscient que le point de la 15e place était en jeu. "J'ai vu les gens me passer. Je n'ai pas vu Folger, mais je crois que j'ai vu les deux KTM, et puis Crutchlow… Je me suis dit que même avec sa chute il a fini devant moi, ça coûte moins de temps de chuter que de pousser une moto !"

 

"Inacceptable" pour Poncharal

Jugeant l'incident inadmissible, Hervé Poncharal a tenu à s'excuser auprès de son pilote. "C'est quelque chose d'inacceptable pour moi et ce soir il faut qu'on se réunisse avec les ingénieurs Yamaha et aussi entre nous pour comprendre ce qui s'est passé. Cela ne devrait jamais arriver et je suis désolé pour Johann qui a fait du très bon boulot. Il ne méritait pas ça, aussi j'aimerais m'excuser auprès de lui", a déclaré le directeur de l'équipe.

Johann Zarco, lui, tente de relativiser après une course complexe, qui demandait la plus grande maîtrise. "C'est le genre de choses qui ne doit pas arriver et on est déçu", reconnaît-il, mettant cette panne sur le compte d'un "mauvais calcul". "Je peux faire une erreur, ou bien l'ingénieur japonais ou un autre mécanicien peut faire l'erreur, c'est la course. Je ne pense qu'à la course, au final j'ai eu un point, c'est mieux que rien, et je me dis qu'il y a des choses bien plus graves dans la vie que de finir sans essence."

"Ça a été une course difficile, mais pour tout le monde je pense. Au début, j'avais de bonnes sensations, mais le réglage électronique qu'on a fait était peut-être too much, j'ai donc dû jouer avec pour avoir une meilleure accélération", poursuit le Cannois. "Quand la moto avait le réservoir plein, j'étais à l'aise, mais je perdais à l'accélération. J'ai essayé de prendre mes marques et quand la piste a commencé à sécher, j'ai eu de meilleures sensations, mais pas aussi bonnes que ce à quoi je m'attendais."

"Il fallait rester concentré, j'ai vu les chutes de Crutchlow et ensuite Lorenzo, et ce sont deux gars derrière moi au championnat. En fin de course, j'ai pu garder ce rythme, je ne pouvais pas aller plus vite, parce que je me suis fait de grosses chaleurs, mais j'ai pu garder cette distance avec Redding. Et puis, dans le dernier tour, j'ai eu ce problème d'essence."

Avec ce point inscrit à l'arraché, Johann Zarco poursuit sa série d'entrées dans le top 15, ininterrompue depuis la deuxième course de la saison. Il conserve la sixième place au championnat avec désormais 40 points de retard sur Dani Pedrosa et 15 d'avance sur Danilo Petrucci.

Avec Michaël Duforest

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Sous-évènement Course
Circuit Misano
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3
Type d'article Réactions