Zarco face au pari Honda, "beaucoup plus mûr" qu'à l'époque KTM

Johann Zarco a confirmé son arrivée chez LCR Honda, pour deux années, en 2024, alors qu'il avait encore la possibilité de disposer d'une Ducati. Forcément, le contexte n'est pas sans rappeler son choix de rejoindre KTM en 2019.

Johann Zarco, Pramac Racing

Photo de: Gold and Goose / Motorsport Images

Au bout d'un étonnant feuilleton, Johann Zarco a confirmé qu'il rejoindrait LCR Honda pour les saisons 2024 et 2025 de MotoGP, après avoir écarté une offre de Ducati.

Tout au long du Grand Prix d'Autriche et au moment de confirmer sa destination future, le Français n'a pas manqué de souligner à la fois sa sensation d'être plus désiré par le clan Honda mais également la différence entre le contrat de deux ans en MotoGP proposé par le clan japonais et le nouveau bail d'un an dans la discipline que lui réservait Ducati, avant de l'orienter vers le Superbike. Une offre pas vraiment en ligne avec sa volonté de stabilité contractuelle et sa sensation d'avoir encore ce qu'il faut pour demeurer dans le championnat.

"Cette année, j'ai eu une approche différente dans mon entraînement et les week-ends de course, et ça m'a donné une très bonne énergie pour me voir plus longtemps en MotoGP", a-t-il expliqué en point presse ce dimanche soir. "Ces deux dernières années, même en ayant de bons résultats, en m'étant battu souvent pour le podium et en ayant tout le temps été régulier, proche du top 5 du championnat, ça a été difficile de re-signer avec Ducati. Et cette année, c'était encore plus difficile."

Si je n'étais pas sûr de rester avec Pramac, je ne voulais pas du défi de rejoindre une autre équipe. Quitte à changer d'équipe, il valait mieux aller vers un autre projet.

Johann Zarco

D'autant plus qu'au-delà du simple fait de pouvoir disposer d'une Ducati l'année prochaine, il confirme que les négociations n'avaient à ce stade pas permis de clarifier si ce serait chez Pramac Racing ou non. Un paramètre qui a donc ajouté à l'effet repoussoir de l'offre italienne, Zarco préférant finalement un changement total à une demi-mesure. "Si je n'étais pas sûr de rester avec Pramac, je ne voulais pas du défi de rejoindre une autre équipe, et ce même si la moto reste la meilleure du moment. Quitte à changer d'équipe, il valait mieux aller vers un autre projet."

Le souvenir de l'expérience KTM

Des propos forts, qui ne sont pas sans faire ressurgir le souvenir de son pari de rejoindre KTM, décidé courant 2018 pour la saison 2019, alors même que l'autre opportunité qui s'offrait à lui était d'intégrer l'équipe Honda officielle, aux côtés de Marc Márquez. Un souvenir que Zarco lui-même ne peut pas occulter. "Je suis très content d'avoir l'intérêt de Honda. Je serai curieux de voir la moto en février prochain. Je suis sûr qu'ils ont le pouvoir d'investir s'ils ont besoin d'essayer de trouver une solution, et je serai fier de trouver cette voie avec eux. Je continue de penser que celui qui peut gagner sur la moto, dès qu'elle fonctionnera mieux, ce sera Marc parce qu'il reste un pilote incroyable quand il se sent bien."

"Je suis content d'assurer un peu mon avenir et je vais relever ce challenge avec Lucio [Cecchinello, directeur du team LCR]. On s'est rencontrés il y a quatre ans [pendant trois courses en remplacement de Takaaki Nakagami fin 2019, ndlr] et le feeling avait été bon. J'avais eu de bonnes sensations sur la Honda à l'époque, c'est la raison pour laquelle je n'ai pas peur et je suis beaucoup plus prêt que par le passé. J'ai connu la mauvaise expérience de KTM et ça semble presque [correspondre] au même 'moment' : les choses se passent bien avec Ducati et je vais chez Honda. Toutefois, je suis beaucoup plus mûr donc je crois pouvoir gérer des situations difficiles, mais aussi être prêt pour les bonnes situations quand elles se présenteront."

L'aventure de Zarco chez KTM s'était achevée prématurément, après des débuts très loin des attentes.

L'aventure de Zarco chez KTM s'était achevée prématurément, après des débuts très loin des attentes.

Aussi, quand la question lui est frontalement posée de savoir si passer de la meilleure moto actuelle à celle qui est peut-être la pire faisait partie de l'attrait global de ce projet LCR Honda, Zarco acquiesce et estime qu'il sera en meilleure posture qu'en 2019 pour gérer les difficultés qui pourraient se présenter : "Aussi, oui. Contrôler mes nerfs, je n'ai pas pu le faire à l'époque de KTM mais je n'avais que l'expérience de la Yamaha. Mon style de pilotage a beaucoup changé au cours de la dernière année avec Ducati. J'aurais pu garder mon style naturel, celui que j'avais avec la Yamaha, mais je ne peux plus le faire maintenant."

"Aujourd'hui, par exemple [lors de la course du GP d'Autriche, terminée à la 13e place], j'ai fait moitié-moitié, et ça ne m'a pas aidé à faire un bon résultat. Mais je change des choses et je suis beaucoup plus conscient de ce qui se passe. J'aime avoir ce contrôle. Je préférerais gagner mais j'aime aussi voir beaucoup de choses, mieux comprendre comment font les pilotes ou comment on peut être bon sur la moto. Je le répète, je suis encore très compétitif alors c'est un bon moment pour essayer ça, et assurer ces deux années va m'ôter un peu de stress des épaules pour que je puisse regarder un peu plus loin et construire quelque chose de différent."

Une construction qui passera par le fait de poser de bonnes fondations, et notamment lors de son premier contact avec la Honda après la saison actuelle. Logiquement, cela devrait se faire à Valence après le dernier Grand Prix. "Je pense que je serais autorisé à rouler [avec Honda à Valence] mais je ne suis pas sûr qu'on ait ce test. [...] Je me projette plus sur février, mais si on a un test j'en serai le premier content parce que ce sera très important d'avoir les premières sensations et de rencontrer cette nouvelle équipe."

Il n'en oublie toutefois pas son équipe et ses ambitions actuelles, alors qu'il reste dix Grands Prix sur les 20 prévus cette année : "Il y a encore une demi-saison à faire pour finir l'année et clairement, en tant que professionnel, je vais faire de mon mieux. Je veux me battre pour le top 5 du championnat, qui est toujours une position honorable dans cette catégorie, et me battre pour que Pramac garde la première place du championnat des équipes. Ce serait la meilleure saison pour Pramac."

Avec Léna Buffa

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Bezzecchi a choisi dans quelle équipe il courra en 2024
Article suivant Premiers points le dimanche pour Márquez : "On dirait une blague !"

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse