Zarco philosophe après une première journée délicate

Le pilote Tech3 a été mis en difficulté le matin par les conditions météo, avant de voir son temps de roulage restreint l'après-midi en raison d'un pépin mécanique sur sa Yamaha.

On savait que Jerez n'était pas la tasse de thé de Johann Zarco, qui ne s'y est jamais imposé en Moto2, et la première journée sur le tracé andalou est venue confirmer cela. 

En délicatesse le matin en raison des conditions météo, le pilote français a joué la carte de la prudence, préférant emmagasiner de l'expérience plutôt que de chercher à tout prix le chrono. Au contraire de son coéquipier, comme un poisson dans l'eau sur le circuit espagnol, le Cannois est donc resté un peu plus en retrait, crédité des 13e et 15e temps lors des deux premières séances d'essais.

Des résultats auxquels ne nous avait pas habitué le pilote Tech3, qui doit encore trouver ses repères sur la Yamaha, en dépit de ses excellentes dernières prestations, en Argentine et à Austin. "C'était intéressant car le feeling était bon, mais pas la position, car la limite est encore loin", explique-t-il. "Surtout sur le mouillé, car les pneus et la moto demandent de beaucoup attaquer, et j'ai encore besoin de temps pour contrôler cela. Le feeling est positif, donc pour moi c'est juste une question de temps et de travail pour progresser."

Si le double Champion Moto2 en titre doit encore trouver ses marques dans la catégorie reine, celui-ci a pu profiter d'une deuxième séance disputée dans des conditions plus sèches pour progresser et travailler en vue de la course. "Durant l'après-midi, c'était sec, avec quelques endroits encore humides, mais cela s'est amélioré tour après tour, et j'ai été content d'être rapidement dans le rythme, pas loin des meilleurs temps", reprend le Français, heureux de constater qu'une modification apportée sur sa M1 à Austin semble également fonctionner en terre andalouse. "Nous n'avons fait que progresser, et nous avons fait un changement sur la moto que nous avions aussi effectué au Texas, et c'est bon de voir que ce changement marche aussi à Jerez, bien qu'il s'agisse d'une piste complètement différente."

Problème technique sur la M1

Une pointe de déception était cependant perceptible après cette première journée, alors qu'un bris mécanique est venu interrompre son roulage lors des EL2. "À la fin, j'ai eu un problème technique. J'ai entendu quelque chose sur la moto et je n'ai pas voulu attaquer, car j'avais peur de détruire quelque chose", relate-t-il, en insistant sur le fait que cela n'aurait servi à rien de continuer. "C'était donc plus sage de s'arrêter. L'idée est de toujours travailler sur une moto stable. Quand la moto est stable, je peux mieux bouger, et le fait de procéder ainsi me procure un meilleur feeling, et les temps au tour s'améliorent eux aussi."

Zarco le sait, il lui faudra être performant lors de la troisième séance d'essais libres pour arracher une qualification directe pour la Q2 demain matin, alors qu'il n'occupe pour le moment que la 15e position aux temps combinés.

Un retard que le rookie espère bien refaire, même s'il se montre philosophe après cette première journée difficile. "Regardez Valentino [Rossi], qui est capable de sourire en toute circonstance, même si c'est un sourire de façade", poursuit-il. "Il faut prendre les choses du bon côté, sachant qu'avec l'équipe tout va bien. Dans l'ensemble, s'énerver ne fait qu'aggraver les choses. Je vais essayer d'être dans le top 5 ou le top 6, prendre des points. Le plus de tours je ferai, mieux ce sera. Même ici avec ces conditions mixtes et difficiles, il faut continuer à progresser et à engranger de l'expérience."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP d'Espagne
Sous-évènement Vendredi - Essais Libres
Circuit Circuito de Jerez
Pilotes Johann Zarco
Type d'article Réactions