MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Zarco "n'a pas été aussi proche" que Crutchlow du guidon Repsol

partages
commentaires
Zarco "n'a pas été aussi proche" que Crutchlow du guidon Repsol
Par :
19 nov. 2019 à 18:04

Devenu "encore plus intéressant" aux yeux de Yamaha, le Français est également courtisé par Ducati, alors que ses chances de rejoindre Honda se sont vite envolées. La balle est désormais dans son camp et c'est peut-être finalement le Moto2 qui aura ses faveurs...

Le bref mais intense suspense qui a entouré le choix du remplaçant de Jorge Lorenzo chez Repsol Honda a pris fin lundi soir, avec l'officialisation d'Álex Márquez, qui fera donc ses débuts en MotoGP en tant que pilote officiel du HRC. Un choix parfaitement assumé par le constructeur, qui met en avant son palmarès et son statut de Champion du monde Moto2 en titre pour balayer toute médisance basée sur son lien de parenté avec le pilote numéro 1 de la marque, alors que d'autres candidats ont également été étudiés.

Lire aussi :

Les deux noms qui figuraient à ses côtés sur la short list sont ceux de Cal Crutchlow, actuellement aligné par le team LCR, et de Johann Zarco, sans guidon pour le moment en vue de 2020 mais lui aussi pilote LCR sur cette fin de saison pour un court intérim. Alberto Puig, responsable de l'équipe officielle, révèle toutefois que le Français n'était pas favori en comparaison de Crutchlow.

"Cal a été une option, mais sa situation est différente car il est pilote officiel du HRC. Même s'il ne porte pas les couleurs de Repsol Honda, c'est un pilote qui est soutenu [par le constructeur] et cela reste inchangé. La moto qu'il a est la même que notre moto actuelle. La situation de Zarco a été une opportunité qu'il a eue compte tenu de la blessure de Nakagami, et cela n'a pas été aussi proche que pour Cal", explique Puig auprès du site officiel du MotoGP, précisant : "Au final, nous avons pris cette décision car nous pensons que c'est juste."

L'option Honda étant caduque, Johann Zarco a une autre opportunité pour rester en MotoGP la saison prochaine, celle de piloter une Ducati de l'équipe Avintia. Passée "d'équipe privée à équipe satellite" selon son responsable, grâce à un nouvel accord avec le constructeur signé à Valence, la structure espagnole a la garantie de disposer d'un matériel de meilleure qualité et du soutien de Ducati la saison prochaine, des arguments de poids que Gigi Dall'Igna et Paolo Ciabatti ont présenté lundi au pilote français pour le convaincre, lui qui s'est montré réticent à l'idée de rejoindre Avintia.

"Nous nous sommes entretenus avec Johann hier afin de comprendre quelle était sa position. Comme vous le savez, il a aussi une option pour retourner en Moto2 avec le team Marc VDS, alors je pense que nous comprenons mieux ce qu'il en sera dans les prochains jours", a fait savoir le directeur sportif de Ducati Corse aujourd'hui, précisant qu'il espère une réponse prochainement : "Je pense que quand il s'agit de savoir ce que l'on fait la saison prochaine, il vaut mieux prendre une décision assez tôt, mais nous allons faire ce que nous pouvons de notre côté et ensuite ce sera à l'équipe de faire le reste."

La porte de Yamaha n'est pas fermée

S'il devait décliner l'offre de remplacer l'un des pilotes Avintia actuels, Johann Zarco se dirigerait selon toute probabilité vers le Moto2, où Álex Márquez a libéré la place du Champion du monde en titre chez Marc VDS. À moins que la toute première option qui s'était présentée à lui à la fin de l'été ne redevienne d'actualité, car Yamaha n'a pas encore définitivement tiré un trait sur l'idée d'accueillir le #5 en tant que pilote d'essais malgré le changement de plan annoncé ces derniers jours.

"J'ai parlé à Johann il y a une dizaine de jours et je lui ai déjà dit que si son programme Honda ne fonctionnait pas, alors nous serions clairement toujours ouverts pour envisager qu'il soit potentiellement pilote d'essais pour nous", indique aujourd'hui Lin Jarvis. "Mais l'une des choses importantes, c'est qu'il a exprimé son intérêt à l'idée de continuer à courir, alors je pense que la première chose qu'il doit décider c'est s'il veut continuer à courir ou bien si cela l'intéresse de faire des tests. Cela dépend vraiment de lui et pour le moment nous ne sommes pas pressés. Nous verrons ce qu'il pourra décider compte tenu de ces nouvelles circonstances chez Honda."

Lire aussi :

"Il est toujours pris en considération, et pour être honnête il est maintenant encore plus intéressant", affirme le directeur exécutif de Yamaha Motor Racing. "Ce n'est pas seulement un pilote très rapide, il a l'expérience de la KTM et maintenant une expérience récente avec la Honda, alors il n'y a rien de négatif, uniquement du positif. Je pense que le plus important c'est qu'en tant que personne il décide ce qu'il veut faire."

Quant à la rumeur qui s'est répandue en marge du Grand Prix de Valence, laissant entendre que Ducati pourrait placer Zarco chez Pramac et promouvoir Miller dans l'équipe officielle, provoquant dans ce jeu de dominos la mise à pied de Petrucci, elle est démentie avec des paroles fermes et limpides par Paolo Ciabatti : "Est-ce que je peux dire quelque chose qui pourrait ne pas paraître très agréable ? Ce sont des conneries. Nous n'y avons jamais pensé. C'est venu du paddock, de la part de quelqu'un qui a eu cette idée, mais nous n'avons jamais pensé faire d'échange entre l'équipe factory et le team Pramac."

Article suivant
Des douleurs aux côtes, mais pas de fractures pour Quartararo

Article précédent

Des douleurs aux côtes, mais pas de fractures pour Quartararo

Article suivant

Marc Márquez perplexe après une chute "très étrange"

Marc Márquez perplexe après une chute "très étrange"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Johann Zarco
Équipes Yamaha Factory Racing , Repsol Honda Team , Reale Avintia Racing
Auteur Léna Buffa