WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
40 jours
FIA F2
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
Sepang
13 déc.
-
15 déc.
Prochain événement dans
5 jours

La Porsche Carrera Cup, un tremplin idéal

partages
commentaires
La Porsche Carrera Cup, un tremplin idéal
Par :
, Motorsport.com Switzerland
9 mai 2018 à 14:45

La série monomarque du constructeur allemand a su guider ses meilleurs éléments vers les plus hautes sphères des courses d'Endurance. Exemple avec plusieurs lauréats du Championnat de France.

L'an passé, la Porsche Carrera Cup France a fêté ses 30 ans d'existence. Au fil des années, la série a fait preuve de sa capacité à former des futurs talents du sport automobile. Parmi les récents exemples notables, on citera Earl Bamber ou Nick Tandy. Le premier a fait ses classes au sein de la Porsche Carrera Cup Asia (qu'il a remporté en 2013 et 2014) avant de décrocher le Porsche Motorsport International Cup Scholarship, ce qui lui a valu de progresser par la suite via la Porsche Supercup (il fut également sacré en 2014). Il accédait ensuite à un volant en LMP1 sur la 919 Hybrid avec laquelle il remportait une victoire mémorable aux 24 Heures du Mans en 2015. Le Néo-Zélandais est depuis l'un des fers de lance du constructeur de Stuttgart dans les compétitions GT internationales. 

Nick Tandy, compagnon de fortune de Bamber au Mans en 2015, a connu un parcours relativement similaire, si ce n'est que le Britannique se fit connaître par la Porsche Carrera Cup Allemagne qu'il a remporté en 2011 avant de progresser lui aussi en Supercup pour accéder à un statut de pilote officiel.

Lors de cette saison 2018, sur les deux programmes officiels Porsche en GTE – en WEC et en IMSA aux Etats-Unis –, pas moins de huit pilotes sur douze sont issus de la Porsche Carrera Cup. 

Podium LMP1 : les vainqueurs, Porsche Team : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber
Podium LMP1 : les vainqueurs, Porsche Team : Nico Hulkenberg, Nick Tandy, Earl Bamber

Pilet, Makowiecki et Estre, les exemples français

Et la Porsche Carrera Cup France n'est pas la dernière à avoir fait éclore des pilotes aujourd'hui officiels de la marque. Lauréat de l'édition 2007 de la série tricolore, Patrick Pilet n'est pas seulement devenu l'un des incontournables pilotes d'usine de Porsche, le Gersois – membre de l'équipe Porsche en IMSA –, est en effet à l'heure actuelle l'un des piliers de l'équipe d'encadrement de la Carrera Cup France, où il prend une part très active dans la détection et la formation des jeunes pilotes.

De la même façon, Frédéric Makowiecki et Kevin Estre, Champions des éditions 2010 et 2011 de la Porsche CC France, font aujourd'hui partie tous deux de l'armada Porsche en WEC, "Mako" ayant également complété l'effectif en IMSA à Daytona et à Sebring cette année. Ajoutons que Pilet, Makowiecki et Estre sont régulièrement sollicités par Porsche pour les compétitions internationales GT3 les plus prestigieuses. On n'oubliera pas l'incontournable Romain Dumas, protagoniste de la Porsche Carrera Cup allemande en 2003 avant de lui aussi grimper les échelons, et de faire partie des pilotes phares de la marque.

Plus près de nous, Mathieu Jaminet, Champion de la Porsche Carrera Cup 2016, est bien placé pour évoquer le côté formateur de la Porsche Carrera Cup France. Nommé pilote Porsche Junior l'année de son sacre, le jeune Lorrain a accédé aujourd'hui au statut de "Porsche Young Professional Driver" en 2017, ultime niveau avant le statut de pilote d'usine. Dans ce cadre, il compte un programme bien chargé avec Porsche en 2018, avec les 24 Heures de Dubaï (et un podium au général), le championnat IMSA (Daytona et Sebring, Petit Le Mans), les Pirelli World Challenge Sprint X, l'ADAC GT Masters (dont il occupe actuellement la première place), les 24 Heures du Nürburgring et plusieurs manches du championnat allemand VLN !

Il est connu que si l'on est vite dans une Cup, on est rapide dans toutes les voitures, cela a été montré et démontré par des pilotes de tours horizons, qu'ils soient aujourd'hui chez Porsche ou ailleurs.

Mathieu Jaminet, Champion Porsche Carrera Cup France 2016.

"Pour moi la Porsche Carrera Cup a été un vrai tremplin, et la première étape de la pyramide, qui m'a fait accéder aujourd'hui au monde professionnel", indique ainsi Mathieu Jaminet. "Cela grâce à ce que Porsche met en place avec ses filières de jeunes pilotes."

"Ils ont aussi une voiture qui est très dure à piloter, et il est connu que si l'on est vite dans une Cup, on est rapide dans toutes les voitures, cela a été montré et démontré par des pilotes de tous horizons, qu'ils soient aujourd'hui chez Porsche ou ailleurs."

"Il y a beaucoup de chevaux et, surtout sur ces nouvelles voitures, il y a beaucoup de couple. Le moteur est positionné à l'arrière, et la répartition des masses est un peu particulière et on a une voiture qui est difficile à emmener. Elle a tendance à sous-virer pas mal et ensuite à dégrader les pneus arrière, du coup ce n'est pas toujours facile pour le pilote." 

#58 Wright Motorsports Porsche 911 GT3 R: Patrick Long, Christina Nielsen, Robert Renauer, Mathieu Jaminet
#58 Wright Motorsports Porsche 911 GT3 R: Patrick Long, Christina Nielsen, Robert Renauer, Mathieu Jaminet

"Au final, les réglages sont assez restreints dans la discipline et c'est le pilote qui fait la différence et quoi doit s'adapter à la voiture, et non l'inverse", poursuit Jaminet. "C'est ça qui est vraiment formateur et les pilotes qui sortent de cette série pour aller rouler dans une autre ont un peu tout connu, du coup il est plus facile de s'adapter vu qu'il s'agit d'une voiture très pointue, sans ABS ni traction control, c'est vraiment rudimentaire et du 'old school'".

À noter que, à son tour, Mathieu Jaminet, du haut de ses 23 ans, met son expérience au profit de deux jeunes rookies de la Porsche Carrera Cup France 2018 – Jean-Baptiste Simmenauer et Jérémie Lesoudier –, à qui il prodigue ses conseils. "Je sais comment la voiture fonctionne, comment elle doit être pilotée, et j'essaie de leur donner toutes les clés et tous les points techniques sur lesquels travailler pour s'améliorer, et j'essaie de les préparer au mieux pour le week-end, comment préparer une qualification, comment l'aborder. C'est quelque chose qui se prépare en amont, on ne part pas comme cela la fleur au fusil avant de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Ce sont toutes ces choses auxquelles j'essaie de les préparer et de les aider au maximum de mon expérience, afin de les aider à être le plus performant possible."

Julien Andlauer, Team Martinet by Alméras
Julien Andlauer, Team Martinet by Alméras

Suivant les traces de Mathieu Jaminet, Julien Andlauer, 18 ans à peine et Champion en titre de la Porsche Carrera Cup France, a lui aussi accédé au statut de pilote Porsche Junior, à l'issue d'une sélection réunissant les meilleurs représentants de la discipline dans le monde à l'automne dernier. Intégré à la famille Porsche, il disputera cette année la Porsche Supercup mais aussi le WEC en GTE Am (avec l'équipe Dempsey-Proton Racing), sans oublier une nouvelle campagne dans le Championnat de France où il tentera de conserver son titre.

C'est une excellente catégorie aussi par le fait qu'il y a énormément de niveau, entre les pilotes comptant déjà une certaine expérience dans la discipline et d'autres qui débutent mais qui ont déjà énormément de talent

Julien Andlauer, Champion Porsche Carrera Cup France 2017.

Andlauer avance lui aussi les spécificités de la 911 GT3 Cup pour évoquer l'aspect formateur de la discipline. "C'est une voiture très spécifique, qui ne dispose d'aucune assistance, c'est donc très bien pour apprendre les bases", explique-t-il. "Il n'y a pas d'ABS, pas de traction control. L'équipe du championnat nous accompagne énormément dans notre progression tout au long de l'année, avec un coach de premier plan comme Patrick Pilet qui aide beaucoup les Juniors lors de leur première année. Il m'a beaucoup aidé lors de ma première saison, c'est toujours bon de bénéficier des conseils d'un ancien vainqueur de la Porsche Carrera Cup France et d'un pilote Porsche officiel."

"On dit aussi très fréquemment que lorsque l'on arrive à rouler dans une 991, on peut rouler dans presque toutes les voitures. C'est une voiture très difficile à conduire, le moteur est en porte-à-faux à l'arrière, et cela peut être fatal parfois. J'ai pu voir, en venant de la 991, j'ai tout de suite eu un très bon feeling avec la RSR – qui a pourtant un moteur demi-central –, et du coup cela a été beaucoup plus facile à conduire dès le début."Porsche Carrera Cup France 2018

Porsche Carrera Cup France 2018

Un niveau relevé et des écarts très serrés

"C'est une excellente catégorie aussi par le fait qu'il y a énormément de niveau, entre les pilotes comptant déjà une certaine expérience dans la discipline et d'autres qui débutent mais qui ont déjà énormément de talent", continue Julien Andlauer. "Cela constitue un très gros package, il y a par exemple plus de quarante voitures au départ à Spa, avec des chronos très serrés. Je pense donc que lorsque l'on peut faire la différence en Porsche Carrera Cup France cela peut ouvrir des portes comme c'était mon cas l'année dernière, cela constitue un très bon début de parcours." 

Photo de groupe
Photo de groupe

"Beaucoup de personnes m'ont dit que c'était très compliqué, mais la première fois que j'ai eu l'occasion de rouler dans une Porsche Carrera Cup c'était en 2015 lors de l'ouverture des 24 Heures de Spa. Je n'avais jamais roulé à Spa, jamais roulé dans une Cup, ni même dans une voiture fermée. Mais j'ai tout de suite eu un bon feeling avec cette voiture, peut-être que l'on est fait l'un pour l'autre (rires). Je m'y suis très vite adapté, même s'il y a quelques petites spécificités à assimiler pour être performant, et que je ne vais pas vous dévoiler !"

"C'est très difficile à conduire, mais on commence à prendre du plaisir avec cette voiture quand on commence à mettre beaucoup de rythme, et cela devient des automatismes."

Après les deux courses de l'étape d'ouverture à Spa-Francorchamps, Julien Andlauer pointe au deuxième rang du championnat derrière l'Italien Alessio Rovera. Quant à sa première sortie en WEC, à l'issue d'un week-end décidément très chargé pour le jeune Français à Spa, elle s'est soldée par une bonne quatrième place en GTE Am.

Une bonne première expérience en mondial pour Andlauer, qui n'a pas manqué de suivre la deuxième place de Porsche en GTE Pro à Spa avec Kevin Estre et Michael Christensen, ainsi que le succès de la marque allemande dans la catégorie GTLM avec Earl Bamber et Laurens Vanthoor en IMSA à Mid-Ohio.

Une belle inspiration pour les protagonistes actuels de la Porsche Carrera Cup France, qui attendent leur heure...

Article suivant
Valentin Hasse-Clot devant Julien Andlauer à Spa-Francorchamps

Article précédent

Valentin Hasse-Clot devant Julien Andlauer à Spa-Francorchamps

Article suivant

"Mon premier week-end en Porsche Carrera Cup"

"Mon premier week-end en Porsche Carrera Cup"
Charger les commentaires