L’édition 2017 du Rallye du Valais s’annonce très prometteusef

Dévoilé en conférence de presse, le plateau du RIV s’annonce de très bonne facture. Il y aura en effet 85 équipages dont 21 proviennent de l’étranger, la grande classique valaisanne comptant aussi bien pour le TER que pour la Coupe FIA RGT.

L’édition 2017 du Rallye du Valais s’annonce très prometteusef
La nouvelle équipe organisatrice, présentée par Lionel Muller, pilote et collaborateur du service de presse du RIV
Lionel Muller, présentateur de la conférence de presse, et Corinne Rimet-Baume, secrétaire générale du RIV
Richard Chassot, directeur stratégique du RIV
Cédric Borboën, directeur général du RIV
Romain Dumas, Porsche 911 GT3 RS, Sion, 15 octobre 2017
Romain Dumas, Porsche 911 GT3 RS, Tour de Corse, 2017
Romain Dumas, Gilles De Turckheim, Porsche 911 GT3 RS
Romain Dumas, Porsche 911 GT3 RS
Sébastien Carron, vainqueur de l'édition 2016 du RIV
Sébastien Carron, vainqueur de l'édition 2016 du RIV, au micro de Canal 9
Sèbastien Carron, Vincent Landais, Ford Fiesta R5, D-Max Swiss
Sébastien Carron, Vincent Landais, Ford Fiesta R5, D-Max Swiss
Sébastien Carron, Joël Grand, Ford Fiesta R5, D-Max Swiss
Ismaël Vuistiner peut encore rempoter le titre dans le Trophée Clio R3T Alps
Ismael Vuistiner, Florine Kummer, Renault Clio R3T, Vuistin squadra, Ecurie 13 Etoiles
Ismael Vuistiner, Florine Kummer, Renault Clio R3T, Vuistin squadra, Ecurie 13 Etoiles
Ismael Vuistiner, Florine Kummer, Renault Clio R3T, Vuistin squadra, Ecurie 13 Etoiles
Rallye International du Valais, logo 2017

Dévoilé la semaine passée en conférence de presse, le plateau du Rallye international du Valais s’annonce de très bonne facture. Il y aura en effet 85 équipages dont 21 proviennent de l’étranger, la grande classique valaisanne comptant aussi bien pour le TER (Tour European Rally) que pour la Coupe FIA RGT.

Les leaders de ces deux séries, Giandomenico Basso (Hyundai) et Romain Dumas (Porsche) seront d’ailleurs au départ le vendredi 27 octobre à Martigny. 

 

Les journalistes étaient présents en nombre la semaine pasée, à Martigny, à l’occasion de la conférence de presse du Rallye international du Valais. Ce rallye, le plus important de Suisse et inscrit au calendrier du championnat d’Europe de la spécialité de 1979 à 2006, puis de 2009 à 2015 après deux années en IRC, est en effet dirigé depuis cette année par une nouvelle équipe organisatrice composée de Richard Chassot, Cédric Borboën et Corinne Rimet-Baume, respectivement directeur stratégique, directeur général et secrétaire générale du Rallye international du Valais.

Richard Chassot (47 ans), ancien coureur cycliste professionnel sur route de 1994 à 1999, dirige le Tour cycliste de Romandie depuis 2007. Il a accepté de reprendre désormais le Rallye international du Valais car il fait partie, selon lui, des événements internationaux majeurs de Suisse romande" et que "l’occasion était belle de perpétuer cette épreuve avec nos connaissances et nos compétences en matière d’organisation d’événements de cette envergure". 

Et cette envergure dépasse largement les frontières de la Suisse. Cela était vrai l’année passée, où le Rallye international du Valais faisait partie de la première édition du Tour European Rally (TER) et cela est également vrai cette année. La course valaisanne est en effet toujours agendée au TER et cette série est passée de quatre à six épreuves en 2017.

Après les quatre premières courses (Transilvania Rally en Roumanie, Rallye d’Ypres en Belgique, Rallye de Madeira au Portugal et le Rallye de Liezen en Autriche), c’est l’Italien Giandomenico Basso (Hyundai NGi20), champion d’Europe des rallyes aussi bien en 2006 qu’en 2009, qui est en tête du TER avec un total de 108 points contre 74 au Belge Bernd Casier (Ford Fiesta). 

 

Tous deux seront présents en Valais. Etant donné qu’une victoire rapporte 25 points, le pilote italien n’est pas encore certain de remporter le titre alors qu’il reste encore deux épreuves à disputer: le Rallye international du Valais, les 27 et 28 octobre, et le Rally Tuscan Rewind, les 25 et 26 novembre.
Le duel entre Giandomenico Basso et Bernd Casier devrait être arbitré en Valais par les Ford Fiesta du Néerlandais Kevin Abbring, ancien pilote de Hyundai en championnat du monde, du Tchèque Jaroslav Orsak et surtout du Valaisan Sébastien Carron, vainqueur ici-même en 2016 et d’ores et déjà assuré du titre de champion de Suisse 2017.

Présent à la conférence de presse, Sébastien Carron nous a confié que, vu le grand nombre de pilote de renom présents cette année, il serait déjà très heureux s’il réussissait à monter sur la troisième marche du podium. Et le danger ne vient pas seulement de l’étranger mais également de Suisse avec Olivier Burri (Skoda Fabia), vainqueur à huit reprises du Rallye international du Valais, son fils Michaël Burri (Ford Fiesta), Jérémie Toedtli (Skoda Fabia) et autres Nicolas Althaus (Skoda Fabia).

 

Si Sébastien Carron vise une place parmi les trois premiers, Romain Dumas rêve d’un classement dans le "top five" au volant de sa Porsche 911 GT3 RS. Déjà assuré du titre dans la Coupe FIA réservée aux voitures de grand tourisme, le pilote français s’est imposé cette année en RGT aussi bien au Rallye Monte-Carlo qu’au Tour de Corse. 

En RGT, en Valais, le champion du monde d’endurance 2016 se méfie des deux Abarth 124 Rally officielles des Italiens Fabrizio Andolfi et Andrea Nucita. "Je crains surtout Andrea Nucita qui avait été très rapide lors du Rally di Roma Capitale au mois de septembre", nous a expliqué le vainqueur des 24 Heures du Mans de 2016 au volant de la Porsche 919 Hybrid dont il partageait le volant avec le Biennois Neel Jani et l’Allemand Marc Lieb.

Outre ces deux Abarth, il y aura une autre voiture d’usine, en l’occurrence la Hyundai NG i20 de Chewon Lim. Ce pilote coréen ne devrait cependant pas se mêler à la lutte pour une place aux avant-postes. Il en va de même pour Stefan Gottig (Skoda Fabia) qui, tout comme Chewon Lim, a participé à plusieurs épreuves du TER sans pour autant réussir à se battre pour la victoire. 

On relèvera encore que le Rallye international du Valais sera décisif pour le titre dans le Trophée Renault Clio R3T Alps. Le Français Olivier Courtois pointe pour l’instant en tête mais le Valaisan Ismaël Vuistiner peut encore le déloger de la première place, synonyme d’une participation au Rallye Monte-Carlo de 2018 sur une Clio R3T officielle. Présent lui aussi à la conférence de presse, Ismaël Vuistiner nous a fait part de ses ambitions: "Je dois absolument terminer le Rallye du Valais devant Olivier Courtois si je veux remporter le titre sans trop faire de calculs."

Relevons enfin que les organisateurs souhaitent faire venir au Rallye du Valais également des personnes qui ne sont pas de grands passionnés de rallye. A leur intention, ils mettront en effet sur pied le vendredi 27 octobre le Rally Motor Show Emotion aux Casernes de Sion. Entre les deux épreuves chronométrées qui verront s’affronter sur la place d’armes les concurrents du rallye à 12h30 et à 17h30, soit de 8h à 11h30 et de 14h30 à 17h, ils pourront admirer une centaine de voitures de course retraçant 40 années des 24 Heures du Mans et 60 ans de rallye. 

 

Parmi les voitures de rallye présentes*, on relèvera notamment l’ancienne Renault 21 Turbo officielle avec laquelle le Vaudois Eric Ferreux, quadruple champion de Suisse des rallyes (1983, 1984, 1985 et 1987) termina 2e au Rallye du Valais de 1988.

Elle sera pilotée aux Casernes de Sion par Eric Ferreux en personne qui a fêté son 60e anniversaire le 24 mai dernier. Il y aura également la Porsche 911 au volant de laquelle Philippe Carron remporta le championnat de Suisse des rallyes en 1978. Philippe Carron n’est autre que le père de Sébastien Carron, champion de Suisse des rallyes en 2014, 2016 et 2017!

partages
commentaires
58e Rallye International du Valais: les engagements sont ouverts

Article précédent

58e Rallye International du Valais: les engagements sont ouverts

Article suivant

Interview de Romain Dumas, la star du Rallye du Valais

Interview de Romain Dumas, la star du Rallye du Valais
Charger les commentaires