Sotchi du point de vue pneumatique

Sotchi n’est pas réellement similaire à quelconque autre circuit de Formule 1, mais il reprend certaines caractéristiques, dont celles du circuit urbain de Valence visité jusqu’en 2012

Sotchi n’est pas réellement similaire à quelconque autre circuit de Formule 1, mais il reprend certaines caractéristiques, dont celles du circuit urbain de Valence visité jusqu’en 2012. Comme Montréal et Melbourne, il s’agit d’une piste semi-permanente, et à l’image de la cité québécoise, a accueilli les Jeux Olympiques.

La gomme « Medium » offre la fenêtre de performance la plus réduite, capable du meilleur même en cas de basses températures. La « Soft », au contraire, se caractérise par une fenêtre de fonctionnement plus large et des performances en hausse lorsque le thermomètre grimpe. Les températures ambiantes habituelles à Sotchi varient entre 15 et 20°C en cette période de l’année.

L’une des raisons pour laquelle l’asphalte est si glissant, c’est que l’huile utilisée pour surfacer la piste remonte en surface et crée une fine pellicule au dessus du bitume. Avec le temps, cette huile disparaît et la surface devient plus abrasive. S’il pleut - ce qui n’est pas non plus impossible à cette époque - il sera particulièrement piégeux.

Avec un développement de 5,853 kilomètres, Sotchi est le troisième circuit le plus long de la saison, derrière Spa et Silverstone. 1,7 kilomètres de cette distance se court sur une portion publique et l’épreuve se déroulera sur 53 tours.

"Comme pour toute autre compagnie, la Russie représente un marché important pour Pirelli. Nous sommes donc impatients de vivre le premier Grand Prix de Russie, à Sotchi, dans un pays où l’histoire sportive est riche", commente Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport. "Le challenge sera particulièrement intéressant du point de vue des pneumatiques car les diverses courbes mettront en lumière les différents aspects de la performance. Comme ce fut le cas pour tous les Grand Prix cette saison, nous souhaitons observer entre deux et trois arrêts en course et c’est pour cela que nous avons choisi ces deux types de gommes".

En termes de contraintes énergétiques, la Russie se situe dans la moyenne et les mesures indiquent une faible abrasivité de l’asphalte. Concernant la météo, les prévisions font état d’un climat tempéré. "Découvrir un nouveau circuit apporte toujours de l’excitatio, car c’est seulement lorsque nous sommes sur place que nous pouvons déterminer à quoi nous attendre. Le travail réalisé durant les essais libres sera donc particulièrement important pour tous", conclut Hembery.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Russia
Type d'article Actualités