L’édition 2021 du Salon de Genève d’ores et déjà annulée

Les organisateurs du Salon International de l’Automobile ont indiqué que la manifestation n’aurait pas lieu l’an prochain, pour se concentrer sur une éventuelle édition 2022. Mais l’avenir même de l’événement semble être menacé.

L’édition 2021 du Salon de Genève d’ores et déjà annulée

En mars dernier, la crise sanitaire liée à l’épidémie de COVID-19 avait contraint les organisateurs à logiquement annuler l’édition 2020 du Salon de Genève (qui aurait dû se tenir du 5 au 15 mars) à quatre jours de son ouverture, pour ce qui aurait constitué la 90e édition du grand rendez-vous de l’automobile sur les bords du Léman.

Lundi, le Comité et le Conseil de la Fondation "Salon International de l’Automobile" ont décidé de faire l’impasse également sur l’édition 2021 "en raison des conséquences financières de l’annulation du Salon de Genève 2020".

Lire aussi:

Une décision liée au fait que la majorité des exposants a indiqué qu’ils renonçait dès aujourd’hui à prendre part à l’événement en 2021 en raison de l’impact économique liée à la grave crise sanitaire qu’a connu, et que connaît encore, la planète à ce jour. Une crise sanitaire qui ne permet également pas d’envisager une manifestation de telle ampleur et d’accueillir un grand nombre de personnes (visiteurs et professionnels) au vu des normes sanitaires qui pourraient bien être encore en vigueur au printemps prochain.

Vue panoramique du Salon de Genève

Vue panoramique du Salon de Genève

Photo de: XPB Images

Un prêt cantonal refusé par les organisateurs

Le Comité d’organisation a également indiqué qu’il renonçait aux conditions du prêt financier demandé au canton de Genève après l’annulation de l’édition 2020. Un refus justifié par le fait que le prêt (dont le montant était acté pour 16,8 millions de francs suisses) aurait dû faire l’objet d’un premier remboursement dès le mois de juin 2021, sans possibilité de générer des fonds avant cette opération.

Alors que le Salon International de Genève, dont la première édition remonte à 1905, semble clairement en péril, la Fondation cherche des solutions pour sauver l’événement dont les retombées économiques pour le canton de Genève sont estimées à 200 millions de francs par an. L’une des solutions envisagées est la vente de GIMS à Palexpo SA.

 
partages
commentaires
Charger les commentaires