Une semaine avec Project Cars - Nos impressions

Le 7 mai, Project CARS sortait sur PC, PS4 et Xbox One, et devenait ainsi disponible pour des millions de gamers sur la planète. Une semaine après, quelles sont nos premières impressions d'un titre attendu pendant près de quatre années?

Initialement prévu pour le mois de novembre 2014, le jeu a été repoussé à deux reprises, pour arriver à cette date finale de début mai. L'occasion pour les développeurs de Slightly Mad Studios d'affiner jusqu'au bout leur produit, et d'enlever le plus de bugs.

Bugs à la pelle

Malheureusement, sur PC, la copie est loin d'être rendue sans quelques erreurs. Project CARS se révèle être un jeu instable, et souffrant de nombreux bugs, notamment graphiques, déjà documentés sur des plateformes comme YouTube et Reddit.

Le plus commun est probablement celui de la roue invisible, à savoir que si vous perdez une roue lors d'un accident, il y a des chances qu'elle n'apparaisse plus lorsque vous reprenez la piste, alors que la voiture est réparée. Des exemples de murs invisibles sont aussi relativement communs.

De tels bugs peuvent être acceptables dans un jeu dit annuel, où la période de bêta-test n'a pas été incroyablement longue, mais les créateurs de Project CARS ont pu profiter de plus de trois ans de retour des joueurs pour finaliser leur produit! Les premiers patchs commencent à sortir, mais certains se plaignent déjà d'autres bugs créés par ces correctifs. Si les bugs graphiques sont gênants, mais sans totalement détruire l'expérience de jeu, le fait de ne pas pouvoir prendre la piste dans une partie en ligne est clairement moins sympathique...

Une immersion à couper le souffle

Toutefois, il serait malhonnête de dresser un portrait totalement négatif de Project CARS. Comme attendu, l'immersion est quasiment parfaite, notamment en vue casque et avec les différentes conditions météo, et les différents moments de la journée. Un lever de soleil au Mans vous donne des frissons, alors que rouler de nuit à Spa-Francorchamps sous une pluie battante est une expérience quasiment terrifiante.

Le retour de force demande à être paramétré mais il offre une réponse honnête, bien que trop dépendante des circuits ou des voitures. Comme prévu, la modélisation est parfaite et les graphismes constituent évidemment un point fort du titre.

Hors-ligne, les IA (Intelligences Artificielles) sont agressives mais le dosage reste honnête, elles ne viendront pas vous percuter en entrant dans un virage 45 km/h plus vite. C'est en tout cas un défi agréable que de se lancer à l'assaut d'une épreuve contre un peloton d'adversaires IA.

A voir : notre galerie de Project CARS

Ce qui est le cas du mode carrière, extrêmement complet, regroupant pléthore de catégories, du karting aux 24h du Mans, en passant par de la monoplace, des voitures de tourisme et des voitures de GT. La progression est sympathique, et vous permet de vous sentir dans la peau d'un jeune loup en quête de gloire.

Au final, Project CARS est un jeu plaisant mais qui laisse un goût d'inachevé dans la bouche, comme en atteste le nombre de séries "prochainement" ajoutées en mode carrière. Nul doute qu'avec la correction des bugs, il deviendra l'une des références du genre, un genre finalement bien à lui, entre simulation et arcade.

Êtes-vous de notre avis? Exprimez-vous dans les commentaires au bas de l'article!

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Jeux Video
Événement Project CARS
Type d'article Actualités
Tags TEST, automobile, avis, bugs, course, jeu video, project cars, simulation