Stefano Comini

La chronique de Comini: "La Hongrie: tragique sur la piste mais belle en dehors"

Deux fois champion de la série TCR, le pilote tessinois signe sa première chronique sur Motorsport.com en évoquant son week-end de Budapest qui lui a laissé un goût très amer.

Chers amis de Motorsport.com, à travers cette nouvelle rubrique, j’essaierai de vous faire découvrir tout le monde de la TCR Series ainsi que quelques anecdotes plus personnelles. J'aurais voulu commencer avec du positif du point de vue sportif, mais, malheureusement, ce sera une véritable tragédie.

Les courses en Hongrie m'ont en effet laissé un goût très amer dans la bouche. Davantage qu'un pilote, il me semblait être un touriste égaré sur la piste qui procédait au pas en profitant du spectacle qui lui tournait tout autour. C'est dommage car c’est moi qui, au contraire, aurais dû être le protagoniste. Je me sentais comme un alpiniste avec un sac à dos de 100 kg qui arrive au sommet des heures après ses collègues.

La terrible malédiction du BoP

Le vrai problème qui nous affecte depuis le début de la saison, c'est la tristement célèbre Balance of Performance, c'est-à-dire le système de lest censé niveler les performances des voitures qui participent au championnat. La Comtoyou Racing, qui est mon équipe, et Audi Sport ne se sont jamais plaintes ouvertement du fait qu'on a imposé 45 kg de lest à notre RS 3 LMS TCR mais les choses sont désormais devenues inacceptables.

Je le dis depuis plusieurs années et, maintenant, même les jeunes de notre équipe s'en sont aperçus: dans le monde TCR, il manque de la cohérence ainsi qu’une ligne de conduite commune. Cela se manifestait tout d’abord dans les décisions des commissaires et cela touche désormais également la BoP. Et ouvertement car, dès le debut de l'année, tous les autres modèles ont bénéficié d’une modification de leur lest, alors que pour nous rien n'a changé.

Il semble que tout tourne autour d'Audi et de Stefano Comini, c'est-à-dire autour de… nous. Nous avons une voiture à la fois redoutable et dotée d’un grand potentiel, mais, comme nous gagnons trop, nous sommes pénalisés avec des poids excessifs. Ce n'est plus une Balance of Perfomance, mais une Balance of Success, comme l'a défini le Comtoyou Racing. 

En toute logique, à ce stade, on devrait nous enlever des kilos étant donné qu'en qualification nous avons concédé plus de 2" au premier, alors que pendant le déroulement de la course j'avais l'impression de conduire un char d'assaut. En outre, tout cela est très dangereux car nos pneus et nos freins sont soumis à de telles tensions que mon coéquipier Frédéric Vervisch a cassé la suspension antérieure droite malgré le fait que toutes ses pièces étaient flambant neuves.

C'est une situation frustrante, nous sommes obligés de donner le maximum avec le risque de nous faire mal ou, au contraire, de rester sur la défensive afin de ne pas tout casser; cela ne peut que desservir une série Tourisme comme la nôtre.

Au final, je rentre à la maison avec un petit point marqué dans la Course 2 qui pourrait être utile à la fin de la saison dans la course au titre. Ce point n’a toutefois été obtenu qu’à la suite des accidents qui ont éliminé ceux qui me précédaient. Je crains qu'il ne soit pas possible de continuer de cette façon. Ce d’autant plus que mes adversaires continuent à survoler les débats. Cela même sur des pistes qui, en théorie, ne devraient pas leur être favorables. A Salzbourg, nous étions tous regroupés en une seule seconde, signe de grand équilibre, mais ils ont quand même voulu tout modifier. De toute évidence, quelque chose ne joue pas.

Je n'abandonne pas, mais les doutes sont nombreux

Maintenant, nous avons quelques semaines pour nous préparer pour Oschersleben, une autre piste qui, en théorie, ne nous convient pas. On attend un changement, même de la part de certaines personnes qui opèrent dans le monde TCR. J'ai essayé de parler de ce qui ne fonctionne pas dans les briefings, où je ne dis rien d’habitude, mais je n'ai pas été écouté. Cela me contrarie beaucoup et me laisse un goût très amer. Si ce qu'ils décident est définitif, je m'adapterai. Mais lorsqu'on veut gagner le championnat, il ne faudrait pas devoir composer avec de tels problèmes qui, pourtant, sont bien là…

Je vous cite quelques exemples, juste pour vous donner une idée. Sur la piste, ceux qui ne respectent pas les track limits ne sont pas tous punis de la même manière. Et ne parlons pas des contacts: certains sont sanctionnés et d'autres ne sont même pas pris en considération. En outre, dans la Course 2, après la Safety-Car, Vernay est parti très lointain de la voiture qui le précédait, en nous tenant éloignés du groupe; cela mériterait une sanction mais il n’en a rien été. Enfin, je n’aime pas que dans les paddocks certaines modifications techniques et mécaniques soient admises. J'ai trouvé injuste que l’on ait puni Homola pour une inexactitude concernant une pièce car j'ai vu et entendu des choses nettement plus graves.

Budapest, un endroit magnifique avec des personnes fantastiques

En passant à tout autre chose, je peux par contre relever que je me suis vraiment beaucoup amusé en Hongrie. L’endroit est très beau et je me suis imposé à chacune de mes précédentes courses sur le Hungaroring. Je garde ainsi de très bons souvenirs de l'époque du Mégane Trophy. Nous avons couru pendant le week-end du DTM et il y avait beaucoup de spectateurs. La plupart d’entre eux n’encourageaient cependant que Norbert Michelisz. Certains sont cependant venus à ma rencontre et m’ont même offert quelques alcools locaux tels que grappas et autres digestifs. C’était vraiment très sympathique et je les remercie de tout cœur..

Il y a même eu un groupe de supporters qui s’était déplacé exprès pour moi. Malheureusement, avec le pass du DTM, ils ne pouvaient pas entrer dans notre paddock. J'ai alors pris l’un d'entre eux sur ma petite moto afin d’éviter les contrôles. C’était très amusant mais, comme vous le savez, les supporters sont très importants à mes yeux et si, c’est possible, j’essaie de les rendre heureux comme je peux. Il y a même eu une belle photo qui nous a immortalisé à trois sur la petite moto que je conduisais. C’était magnifique!

L'atmosphère a été superbe et il en a été de même pour la ville de Budapest. Le seul point négatif a été qu’il n’y avait pas d'eau chaude à l’hôtel et je peux vous assurer que débuter la journée avec une douche gelée n'est vraiment pas ce qu’il y a de mieux! Et puis, je suis vraiment content qu'Attila Tassi se soit imposé. C’est un jeune homme charmant. Très bon en piste, il est, d’un point de vue humain, à la fois très aimable et poli. Il s’agit de quelqu’un de très correct que tu ne peux qu’apprécier. Après l'accident de Salzbourg, je m'étais beaucoup inquiété. Il avait pris un sacré coup mais s’en était finalement bien sorti et avait pris sa revanche en s’imposant à domicile devant ses supporters, ce qui est toujours quelque chose de très agréable. Je suis très heureux pour lui.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries TCR
Événement Hungary
Circuit Hungaroring
Pilotes Stefano Comini
Équipes Comtoyou Racing
Type d'article Blog
Tags suisse
Topic Stefano Comini