Prémat a "sauvé la journée" du DJR Team Penske à Gold Coast

Après la déception de Bathurst, Alexandre Prémat fut le principal artisan de la victoire de la Ford #17 du DJR Team Penske à Surfer's Paradise, et du retour aux affaires de son équipier Scott McLaughlin.

Après la déception de Bathurst, où il fut contraint à l'abandon en raison d'une panne moteur, Alexandre Prémat était bien décidé à conclure de belle manière sa collaboration avec Scott McLaughlin, le fer de lance du DJR Team Penske, à l'occasion de la troisième et dernière étape de l'Enduro Cup : les deux courses de Gold Coast.

Une épreuve sur laquelle le pilote français fondait de gros espoirs, lui qui avait décroché sa première victoire sur ce même circuit un an auparavant, alors aux côtés de Shane van Gisbergen sur une Holden Commodore.

Mais la première journée de McLaughlin et Prémat s'avérait une nouvelle fois frustrante. Après n'avoir décroché que le 12e temps des qualifications, les deux hommes s'attendaient à une course difficile sous le déluge. Après avoir pris le départ dans des conditions de visibilité épouvantable, Prémat partait à la faute au 16e tour.

"Après les chicanes, deux voitures sont sorties larges et j'ai voulu freiner tôt pour anticiper un éventuel accident, et j'ai perdu la voiture", a expliqué Alexandre Prémat à Motorsport.com. "Là, la situation était inconfortable car je savais qu'il y avait une dizaine de voitures qui arrivaient derrière et j'espérais surtout que tout le monde puisse m'éviter. Il y a eu un choc, assez fort, mais j'ai pu repartir et, après avoir rapidement inspecté la situation, je me suis aperçu que les roues étaient droites, et qu'il n'y avait pas de gros dégâts à part un aileron arrière endommagé."

Après avoir repris sa course, Prémat cédait le volant à Scott McLaughlin, l'équipage franchissant la ligne au 12e rang de cette première manche.

"Tout le monde était dépité"

Le lendemain, alors que le beau temps était revenu sur Gold Coast, McLaughlin ne parvenait toujours pas à se hisser dans le top 10 des qualifications, ne décrochant qu'un lointain 13e rang sur la grille de départ. "C'était incroyable, tout le monde était dépité, les gars n'avaient jamais connu une situation comme celle-là", continue Prémat.

"Ludo [Lacroix, le directeur technique du DJR Team Penske] nous a quand même dit que ce n'était pas plus mal d'avoir raté le top 10, cela nous permettait de bien préparer la suite et de repartir à zéro en vue de la course. On a essayé d'analyser la situation, et nous sommes partis sur une autre option, nous sommes partis un peu plus souples [au niveau des amortisseurs]."

Prémat prenait ainsi une nouvelle fois le départ, et le tricolore entamait une remontée dans le peloton pour se hisser… au cinquième rang avant de passer le relais à McLaughlin. La #17 était désormais en orbite, et le Néo-Zélandais poursuivait le travail de son équipier en se hissant dans le groupe de tête.

Puis il portait le coup décisif en anticipant son dernier arrêt, ce qui lui permettait de sauter les deux pilotes Triple Eight, Jamie Whincup et Shane van Gisbergen, pour se porter en tête de la course et franchir la ligne en vainqueur, se replaçant par la même occasion dans la course au titre.

"Après la course, l'équipe m'a dit que j'avais fait un super boulot, que je les avais remis en jeu après un démarrage difficile", explique Prémat. "Scott m'a même dit que je lui avais sauvé sa journée. C'était dur pour les gars du team jusque-là, avec cette première journée difficile puis ces qualifications tout aussi compliquées pour la Course 2, et ce résultat a remis une certaine dynamique dans l'équipe. Si on avait fait deux résultats aux alentours de la 10e place, cela aurait été compliqué pour le championnat. Là, Scott est bien revenu et tout reste encore ouvert avant les deux prochaines courses."

Après la course, l'équipe m'a dit que j'avais fait un super boulot, que je les avais remis en jeu après un démarrage difficile.

Alexandre Prémat

"On a connu au final un bon week-end à Gold Coast, avec surtout cette deuxième journée exceptionnelle qui compense – un peu – la déception de Bathurst. Mais c'est tout de même dommage car sans notre problème moteur à Bathurst, on aurait pu remporter l'Enduro Cup, c'est vraiment la course qui nous tue notre championnat."

"Maintenant, il reste deux courses à Scott pour faire la différence. À Pukekohe, ce sera un circuit très rapide, un peu comme celui de Sydney. La voiture sera performante, et Scott aussi d'autant qu'il roulera chez lui en Nouvelle-Zélande. Quant à Newcastle, ce sera un circuit nouveau pour tout le monde, et dans ce genre de situation, l'apport de Ludo sera précieux, je ne m'en fais pas pour l'équipe." 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Supercars
Événement Surfers Paradise
Circuit Streets of Surfers Paradise
Pilotes Alexandre Prémat , Scott McLaughlin
Équipes Team Penske
Type d'article Interview