Un magnifique plateau à la 7e rétrospective d’Ollon-Villars

partages
commentaires
Un magnifique plateau à la 7e rétrospective d’Ollon-Villars
Laurent Missbauer
Par : Laurent Missbauer
17 août 2017 à 10:56

La 7e rétrospective de la course de côte d’Ollon-Villars vaudra le déplacement les 26 et 27 août. Il y aura 300 pilotes dont Henri Pescarolo, quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans!

Ollons-Villars, affiche 2017
Jean-Luc Monachon, Mathéo Tuscher, Georges Gachnang photographiés par Fred Jouvenaz
Gilles van Mesdag, Jean-Luc Monachon, Mathéo Tuscher, Fred Jouvenaz, Georges Gachnang
Jean-Luc Monachon, Mathéo Tuscher, Georges Gachnang
Rétrospective 2013, Ferguson P99-Coventrry Climax, Formula 1
Rétrospective 2013, Formula 2, Tecno, ex François Cevert
Rétrospective 2013, Ollon-Villars
Jim Clark, Lotus-Ford, Ollon-Villars, 1965
Ollon-Villars 1967, Herbert Müller, Ferrari P4, Scuderia Filipinetti
Sébastien Buemi et Georges Gachnang, Cooper Monaco
Georges Gachnang et Sébastien Buemi, Cooper Monaco T59
Georges Gachnang et Sébastien Buemi
Georges et Claude Gachnang, Maserati Birdcage, Scuderia Cegga
Scuderia Cegga Aigle, logo
Rétrospective 2013, Freddie Spencer
Rétrospective 2013, Freddie Spencer, Honda NSR 500
Georges Gachnang, indiquant qu'il est au volant de la Cegga-Maserati F1 sur une photo exposée à l'Hôtel de Ville d'Ollon
Georges Gachnang, Maserati, Scuderia Cegga, Formula 1, Championnat de Suisse, Monza, 1965
Tribune de Lausanne, article, Dieter Quester, BMW
Tribune de Lausanne, article, Herbert Müller, Ferrari 330 P3, Scuderia Filipinetti
Tribune de Lausanne, article, record pulvérisé
Tribune de Lausanne, article, duel, 1967
Tribune de Lausanne, article
Jean-Pierre Beltoise, Johhny Rives, Henri Pescarolo et François Cevert
Jacqueline Beltoise-Cevert, François Cevert, Henri Pescarolo et Jean-Pierre Beltoise
François Cevert et sa soeur Jacqueline qui a épousé le pilote Jean-Pierre Beltoise
Daniel Müller, le fils d'Herbert Müller
Daniel Müller et Remo Bader
Daniel Müller et Philippe Siffert
Daniel Müller, Neel Jani, Philippe Siffert
Ollon-Villars, Affiche 1960

Jean-Luc Monachon, président du comité d’organisation, et Georges Gachnang, président d’honneur et grand-père de l’ex-pilote de F1 Sébastien Buemi, ont annoncé que cette 7e rétrospective d’Ollon-Villars serait dédiée au regretté Herbert Müller. Décédé le 24 mai 1981, le pilote argovien avait été, dans les années 60 et 70, l’un des meilleurs représentants suisses au firmament du sport automobile mondial avec Jo Siffert et Clay Regazzoni.

En 1967, Stumpen Herbie" – tel était son surnom – avait participé à la course de côte d’Ollon-Villars, à l’époque avant-dernière épreuve du championnat d’Europe de la montagne, au volant d’une Ferrari 412 P de la Scuderia Filipinetti. Cette Ferrari était davantage dans son élément aux 24 Heures du Mans qu’en course de côte, mais Herbert Müller réussit néanmoins à la piloter avec beaucoup de maestria sur les 8 km qui séparent Ollon de Villars.

Le pilote argovien y obtint le meilleur résultat d’un pilote titulaire d’une licence suisse en signant le 5e meilleur temps absolu derrière les deux Porsche d’usine de Gerhard Mitter et de Rolf Stommelen, la BMW officielle de l’Autrichien Dieter Quester et l’Abarth d’usine du Bâlois Peter Schetty qui courait à l’époque avec une licence italienne. 

 

La dernière rétrospective d’Ollon-Villars, en 2013, avait été dédiée à François Cevert, détenteur du record absolu du parcours en 3.47’’05 lors de l’ultime édition de la vraie" course en 1971. Les dates de la course, disputée alors à la mi-septembre, coïncidaient à deux semaines près au 40e anniversaire de la disparition de François Cevert, victime d’un accident mortel lors des essais du Grand-Prix des Etats-Unis de F1 en 1973.

Pour l’occasion, tous les membres de l’équipe d’organisation avait revêtu des polos François Cevert" spécialement créés par la marque suisse Warson-Motors. Cette année, ils porteront des polos Herbert Müller, Scuderia Filipinetti". Et cela tombe bien, puisque l’invité d’honneur de la 7e rétrospective d’Ollon-Villars, une des courses automobiles les plus importantes de Suisse il y a 50 ans, sera Henri Pescarolo. Or le quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans (72, 73, 74 et 84) avait justement disputé la grande classique mancelle avec une Ferrari 512 S de la Scuderia Filipinetti en 1971.

Contrairement à ce qui avait été prévu, Henri Pescarolo ne roulera pas avec une Matra de F1 entre Ollon et Villars, mais bien une Inaltera similaire à celle avec laquelle il avait disputé les 24 Heures du Mans en 1976. Toujours en rapport avec Herbert Müller, les organisateurs ont réussi à inviter Daniel Müller, le fils de Herbert. Ancien pilote de F3 de très bon niveau à la fin des années 80, Daniel Müller conduira l’ancienne Tecno F2 de Clay Regazzoni. 

 

Lors des quatre manches de démonstration, le public pourra admirer un plateau que les organisateurs ont qualifié d’exceptionnel" avec 200 voitures, 80 motos et 20 side-cars. Dans ces deux dernières catégories, on saluera tout particulièrement la présence des anciens champions du monde Freddie Spencer, Phil Read, Rolf Biland et Kurt Waltisperg.

Une des pages de l’histoire de la F1 sera également présente entre Ollon et Villars avec la Ferguson P99, du nom du pionnier irlandais de l’industrie des tracteurs qui réalisa dans les années 60 la première monoplace de Formule 1 à quatre roues motrices. Elle ne disputera officiellement que le Grand-Prix de Grande-Bretagne de 1961, mais remportera l’International Gold Cup, une épreuve hors-championnat. En 1963, conduite par le suédois Jo Bonnier, elle s’imposera à Ollon-Villars et, pour notre plus grand plaisir, 54 ans plus tard, elle reviendra sur le tracé de l’un de ses exploits les plus médiatiques.

L’équipe d’organisation d’Ollon-Villars est également fière d’annoncer la présence, sur une Alfa Romeo de grand tourisme, de la pilote belge Christine Beckers qui a disputé à quatre reprises les 24 Heures du Mans, entre 1973 et 1977. En 1976, elle faisait partie de la célèbre équipe Inaltera avec Jean Rondeau, Jean-Pierre Jaussaud et Jean-Pierre Beltoise, le beau-frère de François Cevert. Une année plus tard, toujours aux 24 Heures du Mans, elle était associée à l’ancienne pilote de F1 Lella Lombardi, la seule femme à avoir terminé dans les points au championnat du monde de F1. 

 

Une autre femme célèbre sera présente cette année avec Natacha Gachnang. La cousine de Sébastien Buemi, qui a disputé à deux reprises les 24 Heures du Mans (2010 et 2013) conduira une Cegga-Maserati qui avait participé à l’époque à la vraie course de côte d’Ollon-Villars avec son grand-père Georges Gachnang. Ce dernier n’avait pas été étranger à la construction de ce prototype élaboré autour d’un ancien moteur Maserati de F1 avec lequel Jo Siffert avait couru à l’époque des Cooper-Maserati. Cegga signifie en effet Claude et Georges Gachnang Aigle, Claude étant le frère de Georges.

Outre ses fonctions de président d’honneur de la rétrospective d’Ollon-Villars, Georges Gachnang (86 ans) pilotera une Cegga-Maserati Birdcage. Huit voitures de la Scuderia Cegga seront présentes les 25 et 26 août prochains. Parmi elles, la Cegga de F1 que les deux frères Gachnang avaient construite en 1964, à savoir 29 avant les débuts de Sauber en Formule 1.

A propos de Sauber, cinq prototypes C1, C2, C3, C6 et C9 seront alignées à cette 7e rétrospective d’Ollon-Villars. La dernière de cette liste n’est autre qu’une C9 à moteur Mercedes très proche de celles qui avaient terminé aux deux premières places les 24 Heures du Mans de 1989, celle de Mass-Reuter-Dickens s’étant imposée devant celle de Baldi-Acheson-Brancatelli. 

 

Et puisqu’on évoque les 24 Heures du Mans, sachez que, outre Henri Pescarolo, détenteur du record de participations avec 33 départs dans la grande classique mancelle de 1966 à 1999, et Christine Beckers et Natacha Gachnang, il y aura également le pilote vaudoise Mathéo Tuscher qui avait disputé l’année passée les 24 Heures du Mans avec l’écurie suisse Rebellion.

Mathéo Tuscher, alors âgé de 19 ans et six mois, avait été le plus jeune participant de l’édition 2016 des 24 Heures du Mans et même le plus jeune jamais aligné dans la catégorie reine LMP1. Il roulera à Ollon-Villars avec une Legend Car décorée par André Marty, le célèbre designer, qui a peint les casques de nombreux pilotes (David Coulthard, Neel Jani…) et skieurs (Lara Gut, Didier Cuche…), et qui vient en aide aux orphelins avec l’association Porte-Bonheur. 

Sachez encore que, depuis la naissance de l’épreuve en 1953, dix éditions ont permis à un très nombreux public – jusqu’à 40'000 spectateurs lors de la dernière année en 1971 – de voir l’élite du sport automobile mondial s’élancer à l’assaut de celle qui a été, avec St-Ursanne-Les Rangiers, la plus belle et la plus prestigieuse course de côte du championnat d’Europe de la montagne" à être organisée en Suisse. 

Les plus grands pilotes suisses s’y sont illustrés. Parmis eux Toulo de Graffenried, Willy Daetwyler, Hans Ruesch, Heini Walter, Jo Siffert, Herbert Müller, Peter Schetty, Georges Gachnang, Silvio Moser… Et même des champions du monde de F1 tels que Jack Brabham et Jim Clark ainsi qu’un très grand nombre de pilotes de F1.

En plus de François Cevert, Jo Bonnier, Jo Siffert, Toulo de Graffenried et Heini Walter déjà cités, on relèvera encore Hans Herrmann (qui possède aujourd’hui encore un pied-à-terre du côté de Crans-Montana), Jean Behra, Wolfgang von Trips, Lorenzo Bandini, Ludovico Scarfiotti, Edgar Barth, Rolf Stommelen et Gerhard Mitter pour n’en citer que quelques-uns. 

Et lors de la rétrospective de 2007, il y a même eu le Genevois Romain Grosjean et le Vaudoise Sébastien Buemi, venus en voisins! On relèvera encore que, à partir de 1965, les motos et les side-cars s’élancèrent également sur le magnifique tracé d’Ollon-Villars.

Pour en revenir à l’édition de 1967, citée au début de cet article, on relèvera qu’elle avait été le théâtre d’un formidable duel entre les deux Porsche d’usine de Gerhard Mitter et Rolf Stommelen. Le premier nommé s’imposa en pulvérisant le record signé lors de la précédente édition par la Ferrari de Ludovico Scarfiotti (4.09’’8) en arrêtant les chronos en à peine 3.55’’4.

Le fait que Gerhard Mitter avait été le premier à faire voler en éclat la barrière des 4 minutes avait fait les gros titres de la presse à l’époque. Cela correspondait en effet à une vitesse moyenne de plus 120 km/h. C’est tout simplement prodigieux sur une route de montagne", pouvait-on lire dans la Tribune de Lausanne de l’époque. 

L’envoyé spécial de la Feuille d’Avis de Lausanne terminait pour sa part son article de la façon suivante: L’édition 1967 de la course de côte d’Ollon-Villars fut vraiment de grande cuvée. On le dira longtemps encore."

La victoire de Gerhard Mitter, son nouveau record du parcours et son duel sans merci avec son coéquipier Rolf Stommelen qui leur permit de distancer aussi bien Dieter Quester, que Peter Schetty et Herbert Müller, tous trois chronométrés au-delà de 8 minutes à l’addition des deux montées de course, fit passer au second plan l’accident mortel dont avait été victime aux essais le jeune Neuchâtelois Axel Perrenoud (21 ans) qui pilotait une AC Cobra.

Cet accident n’a peut-être pas été étranger au fait que la course de côte n’ait plus été organisée à partir de 1971", a relevé Jean-Luc Monachon, lors de la conférence de presse. Aujourd’hui, il n’est ainsi plus question de vitesse pure mais bien de montées de démonstration sans aucun chronométrage."

Ollon-Villars - Affiche 2017

Ollon-Villars - Guide Pratique 2017

Horaires de la manifestation:
Samedi 26 et dimanche 27 août 2017, de 09h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00
Prix de l’entrée: CHF 10.- 

 

 

Article suivant
Fredy Lienhard: pilote, collectionneur et mécène

Article précédent

Fredy Lienhard: pilote, collectionneur et mécène

Article suivant

Neuchâtel, capitale des Lamborghini l’espace d’un week-end

Neuchâtel, capitale des Lamborghini l’espace d’un week-end
Charger les commentaires