Alpine et la BoP : "L'exercice se complique désormais"

Alpine s'attend à vivre "la première épreuve de vérité de la saison" sur l'exigeant tracé de Portimão ce week-end.

À pareille époque, dans une semaine comme celle-ci, ce devrait être l'effervescence dans les rues du Mans et sur le circuit des 24 Heures. La pandémie est passée par là, et il faudra attendre le mois d'août pour renouer avec la classique mancelle, avec vraisemblablement aussi des restrictions qui altèreront le goût de la fête. En attendant, et par substitution, le WEC s'apprête donc à découvrir un circuit sur lequel il ne s'est jamais rendu. C'est Portimão qui accueille le deuxième rendez-vous de la saison, après la grande première de l'ère Hypercar à Spa-Francorchamps le mois dernier.

Lire aussi :

Si la saison est lancée, les interrogations sont loin d'être toutes levées. Surtout, au-delà de la découverte d'un nouveau tracé, d'autres nouveautés viennent alimenter une grande part d'incertitude. La première d'entre elles est évidemment l'entrée en compétition de Glickenhaus, qui alignera une seule 007 LMH pour ses grands débuts. Et par effet domino, le sujet de la Balance de Performance (BoP) va revêtir une grande importance, tout autant que l'écart supposé au chronomètre avec les LMP2.

Alors que le niveau de Glickenhaus est encore inconnu, les organisateurs ont ajusté la BoP entre Spa et Portimão, affectant à la fois Toyota et Alpine qui voient augmenter leur poids minimum et diminuer leur puissance ainsi que leur allocation d'énergie pour cette manche lusitanienne.

"Il faudra poursuivre l’adaptation de notre A480 à une BoP en constante évolution", confirme Philippe Sinault, directeur de l'équipe française. "L’exercice se complique désormais avec l’arrivée de Glickenhaus, un nouvel adversaire que nous sommes ravis d’accueillir, et des LMP2 plus dangereuses que jamais. Nous avons hâte d’être aux premiers essais pour découvrir la première hiérarchie même si notre objectif premier sera de poursuivre notre apprentissage tout en capitalisant sur les leçons apprises à Spa."

Confiée à Nicolas Lapierre, André Negrão et Matthieu Vaxiviere, l'Alpine n°36 cherchera à confirmer ses bonnes dispositions. Sur la base saine du châssis Oreca LMP1 – auparavant utilisé par Rebellion –, les trois hommes vont s'adapter à un programme légèrement différent des habitudes, avec une seule séance d'essais libres le vendredi et deux le samedi avant les qualifications. Dimanche, c'est la durée de la course qui sera inhabituelle, puisqu'il faudra boucler huit heures à Portimão.

"Toutes les courses ont leurs spécificités, mais Portimão représente à sa façon la première épreuve de vérité de la saison", estime dès lors Philippe Sinault. "Nous n’avons roulé qu’une seule fois sur ce circuit et nous avions découvert un terrain de jeu atypique avec des reliefs plutôt physiques pour les pilotes."

"L’autre particularité concernera la durée des débats puisqu’il s’agira de la première manche de huit heures, corsant ainsi un peu plus le défi proposé aux équipes, mécaniques et équipages. Entre la piste et les températures attendues, la dégradation des pneumatiques devrait aussi être un véritable sujet, et notamment le pneu avant gauche particulièrement sollicité à Portimão. Cela ajoutera sans doute une touche supplémentaire de gestion, de stratégie et d’humain à la course."

partages
commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Article précédent

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Article suivant

En Endurance, General Motors affine encore ses plans pour 2023

En Endurance, General Motors affine encore ses plans pour 2023
Charger les commentaires