Audi doit digérer un nouvel échec "douloureux" à Fuji

partages
commentaires
Audi doit digérer un nouvel échec
Par : Basile Davoine
16 oct. 2016 à 13:42

Longtemps leader après avoir signé la pole position samedi, l’équipage de l’Audi n°8 n’a pas réussi à concrétiser à Fuji. Il aura manqué un peu plus d'une seconde pour y parvenir...

#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Loic Duval
Départ : #8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis en tête
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18 e-tron quattro: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis

Au volant pour le dernier relais, Loïc Duval a représenté une menace constante derrière Kamui Kobayashi, mais le pari stratégique de Toyota a payé face à un constructeur allemand qui a payé un lourd tribut avec le temps passé au stand sur les six heures de course.

À 45 minutes du drapeau à damier, Duval accusait un retard de 13 secondes sur la Toyota de tête. Un déficit réduit à 1"4 seulement sur la ligne d’arrivée, symbolisant parfaitement l’immense frustration du clan Audi, qui a de nouveau laissé passer une opportunité de succès cette saison.

"C’est douloureux de terminer deuxième, car nous avons attaqué autant que possible. Je crois que nous n’avons pas fait d’erreur, que ce soit les pilotes ou avec le stratégie. Je pense que nous avions une fois encore le package le plus rapide. Mais ce n’était pas suffisant. C’était très serré, avec beaucoup de trafic."

"J’aurais adoré doubler Kamui dans le dernier tour. Je crois que ça aurait été incroyable pour tout le monde, excepté pour eux [Toyota]."

Deux tours en moins par relais

La rapidité n’a pas suffit à la marque aux anneaux, qui faisait des relais plus courts que la concurrence. Une conséquence de la technologie diesel et du réservoir plus petit sur la R18 que sur les autres LMP1 hybrides. Alors qu’il partage le volant de l’Audi n°8 avec Duval et Oliver Jarvis, Lucas di Grassi ne cache pas que ce handicap aura pesé lourd tout au long de l’année.

"Sur cette course il y avait environ sept relais pour nous, et nous pouvions faire deux tours de moins que les Porsche", souligne le Brésilien. "Avec ces deux tours et la quantité d’essence que nous avons, nous sommes en retrait en termes de stratégie à chaque course. Il n’y avait pas d’exception ici, car c’était très serré. Nous devions faire ce que nous avons fait, et nous l’avons fait correctement."

Di Grassi admet qu’il s’attendait à ce que Porsche soit tenté par la possibilité de faire un double relais en fin de course, mais beaucoup moins à ce que Toyota tente un tel pari, ce qui a permis à la firme japonaise de s’imposer à domicile.

"Nous nous attendions à ce que Porsche fasse un relais et demi à la fin, mais nous avons été surpris de voir Toyota faire un double relais", concède Di Grassi. "Porsche ne l’a pas fait, car ils avaient naturellement moins de tours à faire à la fin. Notre préoccupation pendant la deuxième moitié de la course venait de Porsche, pas de Toyota."

Prochain article WEC
Kobayashi, la "star du week-end" a impressionné ses coéquipiers

Previous article

Kobayashi, la "star du week-end" a impressionné ses coéquipiers

Next article

Championnat - Les classements du WEC après Fuji

Championnat - Les classements du WEC après Fuji

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Fuji
Catégorie Course
Lieu Fuji International Speedway
Pilotes Oliver Jarvis , Lucas Di Grassi , Loïc Duval
Équipes Team Joest
Auteur Basile Davoine
Type d'article Réactions