Chronique Sam Bird - Ferrari de retour sur le chemin de la victoire

Dans sa dernière chronique pour Motorsport.com, le pilote Ferrari Sam Bird revient sur le week-end du Nürburgring, qui a vu le Cheval Cabré revenir au top après la déception de sa défaite face à Ford au Mans.

Chronique Sam Bird - Ferrari de retour sur le chemin de la victoire
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
Sam Bird, AF Corse
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird
#71 AF Corse Ferrari 488 GTE: Davide Rigon, Sam Bird

Les 6 Heures du Nürburgring, le week-end dernier, furent l'occasion d'un excellent résultat pour Ferrari : un nouveau doublé pour la nouvelle 488 GTE et une bonne collecte de points pour moi et mon équipier Davide Rigon nous permettent de poursuivre notre objectif de nous battre pour le titre dans les deux championnats GTE Pro.

Le week-end a débuté positivement lors des essais libres, malgré quelques petits problèmes sur notre voiture au niveau des freins. Nous avons effectué quelques changements, et samedi matin nous étions extrêmement compétitifs et tout de suite dans le rythme.

Les qualifications ne nous ont pas souri, car nous sommes partis dans la mauvaise direction au niveau du choix des pneus dans des conditions humides, et nous n'avons pas pu nous qualifier aux avant-postes comme nous aurions dû le faire.

C'était dommage, mais nous savions que nous avions une voiture rapide pour la course.

La course en elle-même nous a réservé du suspense du départ à l'arrivée, et nous étions toujours au cœur de la bataille en tête avec l'Aston Martin n°95 et la Ford n°66. L'action était assez excitante à voir depuis le cockpit, et je suis sûr que c'était encore mieux à la télévision !

Je pense que c'était ma meilleure course dans une Ferrari jusqu'ici, et la vitesse de la 488 GTE était vraiment bonne. Je revenais sur les leaders en permanence, ce qui était satisfaisant. À un moment, j'ai attaqué un peu trop au virage n°5, et j'ai effectué un passage dans les graviers avant de revenir en piste, mais dans l'ensemble je prends de plus en plus confiance dans la voiture, et je suis de plus en plus rapide.

Lorsque je suis monté dans la voiture pour les derniers relais, j'ai pu reprendre un retard de 15 secondes sur Gimmi Bruni. Pouvoir réussir cela sur n'importe quel pilote est déjà super, mais lorsqu'il s'agit de Gimmi, c'est encore plus satisfaisant.

Si vous m'aviez dit en début de journée que j'allais finir deuxième, j'aurais été très heureux avec cela.

Ce fut un week-end fantastique pour Ferrari avec notre deuxième doublé de la saison. Nous sommes également repartis avec une avance accrue au Championnat constructeurs, et Davide et moi-même nous sommes rapprochés de Pla et de Mücke à seulement deux points.

Nous savons que la bataille va s'intensifier et nous sommes prêts pour une grosse lutte jusqu'au dernier tour de la saison. Ford et Aston Martin sont de sérieux concurrents, mais la confiance grandit au sein de l'équipe AF Corse et la 488 GTE est une voiture extraordinaire.

Hors de la zone de dépassements

Elle l'était encore davantage avec la Balance de Performance (BoP) appliqué sur le Nürburgring, mais la chose qui demeure encore frustrante est comment nous sommes arrivés là. Ferrari, en collaboration avec Michelotto et AF Corse a produit une voiture très performante dans les virages et qui se comporte très bien.

Malgré tout, les autres voitures sont un peu plus légères que nous, et lorsque vous avez une voiture qui est plus légère, avec davantage de puissance, elle va plus vite dans les lignes droites. Il ne faut pas être un grand scientifique pour comprendre cela.

Lorsque vous ne pouvez pas vous rapprocher en ligne droite, cela rend les choses de plus en plus difficiles, car si vous abordez la ligne droite cinq mètres derrière, vous êtes à huit ou neuf mètres derrière en fin de ligne droite, cela peut sembler peu, mais cela vous met hors de la zone de dépassement.

Vivement Mexico

Pour la prochaine course, nous nous rendrons vers l'ouest, à Mexico City, pour la première manche de WEC disputée sur l'Autodromo Hermanos Rodriguez. J'étais là-bas en mars pour la course de Formule E, et c'est un pays fantastique avec une atmosphère unique et une vraie culture.

Techniquement, ce sera intéressant, car nous devrons voir quel niveau de pression atmosphérique s'établira sur les moteurs turbo, et les blocs atmosphériques. Nous verrons quels seront les gains de performance ou les désavantages, car cela conviendra certainement plus à certains qu'à d'autres.

Les organisateurs méritent le respect pour le temps, l'effort et l'argent investis pour amener le WEC dans un endroit unique comme celui-ci. Mention spéciale à mon ancien équipier Ricardo Gonzalez, qui a joué un rôle important pour amener la course là-bas.

Je suis certain que ce sera un superbe spectacle, et je me réjouis de vous raconter le week-end sur Motorsport.com.

Sam

partages
commentaires
Aston Martin n'abdique pas en GTE Am
Article précédent

Aston Martin n'abdique pas en GTE Am

Article suivant

Chronique Timo Bernhard - Une victoire capitale

Chronique Timo Bernhard - Une victoire capitale
Charger les commentaires