Course - Sur le fil, Toyota s'offre une victoire fantastique

De ces 6 Heures de Fuji, pas une minute ne fut pas passionnante. Au terme d'une course extrêmement serrée, Toyota s'est imposé au nez et à la barbe d'Audi, dans les dernières minutes de course. Comme une revanche.

Il est de ces décisions qui peuvent changer l'esprit d'une course. Celles qui font les vainqueurs, et les autres. Toyota, ce soir, au Japon, a tenté le coup de poker et à réussi. Douce revanche à domicile d'une défaite cruelle, en juin dernier, au Mans. Point de capteur défectueux, mais une décision, à 45 minutes de l'arrivée. Celle de garder Kamui Kobayashi en piste, et les pneus usés.

En face, Loïc Duval et Audi faisaient aussi un pari. Celui de monter des pneus neufs pour le dernier relais. L'addition à payer ? Plus de temps à passer aux stands. Pourtant, Audi avait bien les cartes en mains depuis le début de la course. Parti en pole, profitant d'un double premier relais excellent d'Oliver Jarvis, Lucas di Grassi prenait la suite, avant de laisser le volant à un Loïc Duval sur-motivé : tout roulait pour la R18. Et à une heure de la fin de course, malgré un écart très ténu entre la Toyota n°6 et la Porsche n°1, il était difficile d'imaginer qu'Audi manquerait cette victoire tant attendue.

Attendue, mais peut-être pas encore méritée. Au jeu des plus malins, à domicile, c'est Toyota qui gagnait. Voyant qu'il était difficile de revenir à la régulière, les stratèges de l'équipe nippone ont préféré garder les pneus usés. Précieux temps gagné au stand. Une quinzaine de secondes tout au plus. Un rien, sur une échelle de six heures, mais un tout, pour une victoire à coup de dixièmes.

Lors du dernier relais, la Toyota repartait donc en tête. L'équipe japonaise avait été maligne. Construisant sa victoire sur des relais très intelligents de Mike Conway, et surtout Stéphane Sarrazin. Mais Duval ne comptait certainement pas laisser les choses se faire ainsi. Le Chartrais attaquait, sans répit. Comme une artillerie pilonne les lignes ennemies, il ne laissait aucun répit à Kobayashi. D'autant plus tranquille que débarrassé de la Porsche de Mark Webber, pas assez rapide pour suivre les duettistes. Duval cravachait, prenait des risques dans le trafic, et revenait même à une seconde, à l'entame du dernier tour.

Mais il en fallait un peu plus pour priver Toyota de cette victoire à domicile, la première en Championnat du monde depuis 2014 et les 6 Heures de Barheïn. Au Japon, Kobayashi et Mike Conway s'offrent leur première victoire en mondial, tandis que Sarrazin ne pouvait que savourer, à 40 ans, de montrer qu'il était, encore, bien plus que dans le coup.

Derrière, la Porsche de Webber complétait le podium. En lutte pour la victoire jusqu'au dernier relais. La seconde Toyota terminait quatrième, tandis que la Porsche de Romain Dumas-Neel Jani-Marc Lieb passait la ligne au terme d'une course aussi compliquée que le début du week-end. Quant à la seconde Audi, celle de Benoit Tréluyer-Marcel Fässler-Andre Lotterer, elle abandonnait rapidement sur panne du système hybride.

G-Drive sur le fil

La notion du temps est relative. Et de la course de six heures, tout aurait pu se jouer en 15 minutes. Même si c'est faire fi des cinq heures de bagarres exaltantes, que ce soit devant ou en milieu de peloton.

Devant pendant toute la course, l'ORECA 05 du G-Drive était malmenée en fin de course par la Ligier JS P2 de RGR. Intelligemment, Bruno Senna et son équipe prenaient la décision de rester en pneus usés. Et repartaient devant la G-Drive, à 30 minutes de la fin. Will Stevens passait Senna une première fois, mais la voiture russe devait rendre sa position après avoir coupé la ligne blanche des stands.

Pendant quelques tours, la Ligier gardait l'avantage, mais l'ORECA de Roman Rusinov-Will Stevens-Alex Brundle ne pouvait pas rater cette victoire en terre nippone. Au pied du Mont Fuji, l'équipe s'imposait d'une seconde devant le RGR. Alpine vient compléter le podium, et sécurise de plus en plus le titre mondial.

GTE : Ford et Aston Martin, évidemment

Une fois n'est pas coutume, la bagarre n'a pas pris en GTE. En Pro, Ford, très à l'aise au Japon, a très vite pris l'avantage sur les Ferrari et Aston Martin. D'ailleurs, c'est à une exception près, le même classement que lors des qualifications. La différence se faisant au niveau des Ford. Ce sont bien Harry Tincknell et Andy Priaulx qui s'imposent, juste devant Olivier Pla et Stefan Mücke.

Enfin, en GTE Am, Aston Martin a vite pris l'avantage avec Paul Dalla Lana-Mathias Lauda-Pedro Lamy. L'équipage s'est échappé, laissant François Perrodo-Emmanuel Collard-Rui Aguas seuls en seconde position. Décéption pour Larbre Compétition, dont la Corvette semblait pouvoir tenir le podium. Un ennui mécanique les a retardés, et c'est la Porsche 911 de Joël Camathias-Wolf Henzler-Christian Ried qui prend la troisième position au général.

 6 Heures de Fuji

 #PilotesVoitureCat.TempsÉcartArrêts
1 6  Stéphane Sarrazin 
 Kamui Kobayashi 
 Mike Conway 
Toyota TS050 Hybrid LMP1 6:00'37.284   6
2 8  Lucas di Grassi 
 Loïc Duval 
 Oliver Jarvis 
Audi R18 LMP1 6:00'38.723 1.439 6
3 1  Mark Webber 
 Timo Bernhard 
 Brendon Hartley 
Porsche 919 Hybrid LMP1 6:00'54.623 17.339 6
4 5  Anthony Davidson 
 Kazuki Nakajima 
 Sébastien Buemi 
Toyota TS050 Hybrid LMP1 6:01'31.063 53.779 6
5 2  Romain Dumas 
 Neel Jani 
 Marc Lieb 
Porsche 919 Hybrid LMP1 6:00'47.939 1 tour 6
6 13  Alexandre Imperatori 
 Dominik Kraihamer 
 Matheo Tuscher 
Rebellion R-One LMP1 6:00'51.150 15 tours 7
7 26  Will Stevens 
 Roman Rusinov 
 Alex Brundle 
Oreca 05 LMP2 6:00'54.127 21 tours 7
8 43  Bruno Senna 
 Ricardo Gonzalez 
 Filipe Albuquerque 
Ligier JS P2 LMP2 6:00'55.525 21 tours 7
9 36  Nicolas Lapierre 
 Gustavo Menezes 
 Stéphane Richelmi 
Alpine A460 LMP2 6:01'21.750 21 tours 6
10 30  Giedo van der Garde 
 Sean Gelael 
 Antonio Giovinazzi 
Ligier JS P2 LMP2 6:01'45.443 21 tours 7
11 31  Pipo Derani 
 Ryan Dalziel 
 Chris Cumming 
Ligier JS P2 LMP2 6:00'38.760 22 tours 7
12 42  Jonny Kane 
 Lewis Williamson 
Gibson 015S LMP2 6:00'45.600 22 tours 7
13 44  Roberto Merhi 
 Richard Bradley 
 Matt Rao 
Oreca 05 LMP2 6:01'05.157 22 tours 8
14 27  Maurizio Mediani 
 Nicolas Minassian 
 Mikhail Aleshin 
BR01 LMP2 6:01'45.418 22 tours 6
15 35  Paul Loup Chatin 
 Ho-Pin Tung 
 David Cheng 
Alpine A460 LMP2 6:01'58.848 23 tours 7
16 37  Vitaly Petrov 
 Viktor Shaytar 
 Kirill Ladygin 
BR01 LMP2 6:01'33.739 24 tours 7
17 67  Harry Tincknell 
 Andy Priaulx 
Ford GT LMGTE PRO 6:00'54.068 32 tours 5
18 66  Stefan Mücke 
 Olivier Pla 
Ford GT LMGTE PRO 6:01'09.574 32 tours 5
19 51  Gianmaria Bruni 
 James Calado 
Ferrari 488 GTE LMGTE PRO 6:01'35.208 32 tours 5
20 71  Sam Bird 
 Davide Rigon 
Ferrari 488 GTE LMGTE PRO 6:01'43.343 32 tours 5
21 95  Marco Sørensen 
 Nicki Thiim 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE PRO 6:00'40.553 33 tours 5
22 97  Darren Turner 
 Richie Stanaway 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE PRO 6:01'42.967 33 tours 5
23 77  Richard Lietz 
 Michael Christensen 
Porsche 911 RSR (2016) LMGTE PRO 6:00'39.697 34 tours 5
24 98  Pedro Lamy 
 Paul Dalla Lana 
 Mathias Lauda 
Aston Martin Vantage V8 LMGTE AM 6:00'52.206 36 tours 5
25 83  François Perrodo 
 Emmanuel Collard 
 Rui Aguas 
Ferrari F458 Italia LMGTE AM 6:01'15.242 37 tours 6
26 78  Christian Ried 
 Wolf Henzler 
 Joël Camathias 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 6:01'02.238 38 tours 6
27 86  Michael Wainwright 
 Adam Carroll 
 Ben Barker 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 6:01'08.259 39 tours 5
28 88  David Heinemeier Hansson
 Patrick Long 
 Khaled Al Qubaisi 
Porsche 911 RSR LMGTE AM 6:02'08.554 44 tours 6
29 45  Shinji Nakano 
 Tor Graves 
 Alex Lynn 
Oreca 05 LMP2 6:00'56.348 54 tours 9
30 50  Pierre Ragues 
 Ricky Taylor 
 Yutaka Yamagishi 
Chevrolet Corvette C7-Z06 LMGTE AM 6:01'58.170 72 tours 6
  4  Simon Trummer 
 Oliver Webb 
 Pierre Kaffer 
CLM P1/01 LMP1 2:06:47.385 165 tours 3
  7  Andre Lotterer 
 Marcel Fässler 
 Benoit Tréluyer 
Audi R18 LMP1 2:14'59.874 208 tours 2
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC
Événement Fuji
Sous-évènement Course
Circuit Fuji International Speedway
Type d'article Résumé de course
Tags endurance, japon, lmgte, lmp1, lmp2