Ginetta en essais pour un potentiel retour en WEC

partages
commentaires
Ginetta en essais pour un potentiel retour en WEC
Traduit par: Benjamin Vinel
24 avr. 2019 à 14:15

Ginetta espère faire son retour en Championnat du monde d'Endurance la saison prochaine après avoir repris les essais avec sa LMP1 cette semaine.

Le constructeur britannique participe aux trois jours d'essais Michelin sur le MotorLand Aragón en Espagne, avec une G60-LT-P1 à moteur AER, pilotée par les pilotes d'usine Ginetta Charlie Robertson et Mike Simpson, ainsi que l'ancien pilote IndyCar James Jakes. C'est la première fois que la voiture roule depuis août dernier et la fin du partenariat avec l'écurie chinoise CEFC TRSM Racing (exploitée par Manor), partenariat initialement prévu pour toute la campagne 2018-2019.

Lire aussi :

Directeur de Ginetta, Lawrence Tomlinson a fait savoir à Motorsport.com que l'objet des essais, qui ont commencé mardi, était de montrer la voiture dans sa nouvelle configuration aux potentiels clients pour la saison 2019-2020 de WEC.

"Nous avons pensé que ces essais étaient une bonne opportunité de prouver que la voiture était compétitive et fiable", déclare-t-il. "Nous voulons qu'elle participe à la prochaine saison de WEC et je suis prêt à proposer un très bon deal à une ou plusieurs équipes pour ce faire." En revanche, pas question que Ginetta engage une voiture soi-même : "Nous sommes un constructeur, pas une écurie."

Ginetta G60-LT-P1

Tomlinson révèle par ailleurs que le prototype est également testé à Aragón par "deux autres pilotes qui voulaient l'essayer", sans révéler leur nom. La voiture a limé le bitume sans problème pendant la première journée et demie d'essais, selon lui : "Nous avons roulé avec fiabilité et compétitivité : pour l'instant, nous séparons SMP de Rebellion au niveau des chronos."

D'après Tomlinson, la possibilité de faire participer une G60 aux prochaines 6 Heures de Spa-Francorchamps n'a pas été retenue car Ginetta aurait dû payer l'amende liée aux courses manquées par TRSM : "Je voulais bien financer le roulage de la voiture, mais je n'étais pas prêt à payer 140'000€ pour des amendes qui n'avaient rien à voir avec nous." Ginetta aurait dû engager la voiture sous la bannière TRSM car l'inscription à une course unique n'est pas autorisée en LMP1.

À Aragón, ce n'est que la deuxième fois que la C60 roule avec le moteur AER, après s'être séparée du groupe propulseur Mecachrome avec laquelle elle a participé aux essais des 6 Heures de Spa-Francorchamps 2018 et aux 24 Heures du Mans. Des problèmes financiers ont handicapé TRSM dès le début du projet, et l'écurie a déclaré forfait pour les 6 Heures de Silverstone avant que Manor ne quitte l'aventure pour des "raisons commerciales". Ginetta n'a pas participé à la manche de Fuji non plus et reste absent de la liste des engagés depuis lors.

Rebellion teste son aéro pour Le Mans

En plus de Ginetta, Rebellion et SMP, étaient également en piste l'équipe LMP2 Signatech Alpine ainsi que United Autosports, qui rejoindra le WEC en 2019-2020. Rebellion testait ses deux voitures avec une aéro révisée en vue du Mans, et la majorité de ses pilotes étaient présents. SMP, en revanche, s'est concentré sur des tests de pneumatiques.

Rebellion Racing avec une aéro révisée

Article suivant
Vandoorne remplace Hartley et Button chez SMP Racing

Article précédent

Vandoorne remplace Hartley et Button chez SMP Racing

Article suivant

L'EoT offre une consommation illimitée aux LMP1 privés

L'EoT offre une consommation illimitée aux LMP1 privés
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Pilotes James Jakes , Michael Simpson , Charlie Robertson
Équipes SMP Racing , Rebellion Racing
Soyez le premier à recevoir toute l'actu