WEC
13 août
-
15 août
Prochain événement dans
31 jours
C
Bahreïn
19 nov.
-
21 nov.
Prochain événement dans
129 jours

Le Mans Hypercar : un nouveau cycle "très spectaculaire"

partages
commentaires
Le Mans Hypercar : un nouveau cycle "très spectaculaire"
Par :
20 janv. 2020 à 15:00

Le WEC n'a pas l'ombre d'un doute : avec l'arrivée de la catégorie Le Mans Hypercar, c'est une nouvelle page glorieuse de l'Endurance qui va s'écrire.

Alors que nous sommes au milieu de la saison 2019-2020 du Championnat du monde d'Endurance, la discipline s'apprête à tourner une page importante de son histoire avec l'introduction de la catégorie Le Mans Hypercar pour 2020-2021. Grâce à une nouvelle réglementation, et tout en gérant une période de transition, les LMP1 vont céder le devant de la scène à de nouvelles autos dont la philosophie a été pensée pour relancer une catégorie qui, inévitablement, avait perdu de sa superbe suite aux départs successifs d'Audi et Porsche.

Lire aussi :

Maîtrise des coûts, maintien de la présence optionnelle de la technologie hybride et convergence des performances ont été le cheval de bataille des instances tout au long des mois de travail pour bâtir l'avenir. Malgré quelques valses-hésitations et des ajustements nombreux afin de susciter un attrait maximal, la formule a été trouvée et elle devra prouver qu'elle fonctionne avec l'entrée en piste des premiers concurrents en septembre prochain, à Silverstone. Dans les rangs du WEC, on se montre confiant et enthousiaste. 

"Ces cinq dernières années, nous avions les LMP1 hybrides avec Toyota, Porsche, et Audi bien sûr", rappelle le directeur général du WEC, Gérard Neveu, interrogé le week-end dernier lors du salon Autosport International. "À présent c'est un nouveau cycle, nous entrons dans une nouvelle ère avec l'Hypercar. Ce sera un look de voiture différent, plus agressif, fantastique. Le design sera quelque chose de très spectaculaire, et il y aura évidemment toujours la technologie hybride, qui est très importante."

"Nous avons déjà trois constructeurs majeurs engagés pour nous rejoindre. Nous avons Toyota, nous avons Peugeot et nous avons Aston Martin avec le programme Valkyrie. C'est quelque chose de très spectaculaire, et l'idée est de développer cette catégorie à l'avenir."

Déjà présent en LMP1, Toyota a choisi la voie d'un prototype conçu à partir d'une feuille blanche pour la compétition tandis qu'Aston Martin développera sa machine en la dérivant de la Valkyrie de route. Pour Peugeot, il faut encore patienter pour connaître les contours précis d'un programme qui ne verra pas le jour avant 2022.

Tout en misant gros sur ce renouveau symbolisé par l'Hypercar, le WEC et l'Automobile Club de l'Ouest, organisateur des 24 Heures du Mans, ont depuis un moment déjà fait le pari de l'hydrogène sur le plus long terme. Un pari confirmé avec une feuille de route maintenue. "Avec l'ACO, nous avons déjà développé la visibilité à long terme et l'idée et d'ouvrir les meilleures catégories à la technologie hydrogène à partir de 2024", explique Gérard Neveu. "C'est une autre étape, mais elle peut offrir une vision à long terme pour la technologie."

L'Aston Martin Valkyrie en tests

Article suivant
V6 turbo hybrides : la F1 "s'est tiré une balle dans le pied"

Article précédent

V6 turbo hybrides : la F1 "s'est tiré une balle dans le pied"

Article suivant

Le musée Brumos Collection ouvre, avec la Porsche 917K de 1970

Le musée Brumos Collection ouvre, avec la Porsche 917K de 1970
Charger les commentaires