Lamborghini envisage le LMDh pour 2024

Lamborghini envisage de rejoindre la catégorie LMDh en Endurance avec le même package que Porsche et Audi, deux autres marques du groupe Volkswagen.

Lamborghini envisage le LMDh pour 2024

Directeur du département Lamborghini Squadra Corse, Giorgio Sanna a révélé que le constructeur italien négociait pour devenir partenaire d'un projet qui lui permettrait de s'engager en WEC ainsi qu'en IMSA. Cela passerait par l'utilisation du châssis LMP2 développé au Canada par Multimatic Motorsport et de la même configuration moteur – encore inconnue – que Porsche et Audi, tous les deux d'ores et déjà annoncés en LMDh. Giorgio Sanna explique qu'il existe un "fort intérêt" de Lamborghini pour étendre ses activités sportives au-delà du GT3 et du Super Trofeo.

"Nous avons toujours dit que le LMDh était la bonne catégorie pour le sport automobile de manière générale, ainsi que pour Lamborghini", précise-t-il à Motorsport.com. "Sur le plan technique, la meilleure opportunité est clairement la plateforme du groupe VW. Nous partageons certaines idées et une vision au sein du groupe, et j'espère que nous prendrons bientôt une décision."

Giorgio Sanna rappelle qu'il existe déjà des liens solides en compétition entre Lamborghini et les autres marques du groupe Volkswagen. La Huracan GT3 et l'Audi R8 ont par exemple été développées de manière commune entre les deux entités.

L'objectif de Lamborghini est de développer un prototype LMDh pour 2024, soit un an après les débuts attendus de Porsche et Audi dans la catégorie. "Pour nous, ce serait le grand saut et nous avons besoin de temps pour nous préparer", prévient Giorgio Sanna.

Le plan de marche envisagé pourrait être lié à la capacité de Multimatic à développer une voiture avec des configurations aérodynamiques différentes pour chaque marque et en quantité suffisante. Les deux marques allemandes se sont engagées à aligner des voitures d'usine et aussi clientes à partir des 24 Heures de Daytona 2023, épreuve qui sonnera les grands débuts du LMDh.

On sait que Lamborghini a dans un premier temps travaillé sur un projet LMDh avec Dallara, qui est l'un des constructeurs homologués du LMP2 avec Multimatic, Oreca et Ligier. Une information confirmée par Giorgio Sanna, qui a souligné les liens historiques entre Lamborghini et Dallara, dont le fondateur Giampaolo Dallara a par le passé été directeur technique de Lamborghini et dont l'entreprise a participé au développement aérodynamique de la Huracan GT3.

"Au début, nous avons exploré toutes les opportunités, et Dallara est un partenaire historique de Lamborghini Squadra Corse en GT", insiste Giorgio Sanna.

Si le projet LMDh de Lamborghini voit le jour, il devrait s'articuler d'une manière identique à la stratégie de la marque en GT3, où elle ne travaille qu'avec des équipes clientes et n'engage pas de structure d'usine.

Bentley plus distant

Autre marque du groupe Volkswagen, Bentley a également planché sur un tel projet pour faire son retour aux 24 Heures du Mans en 2024, année du centenaire de sa première victoire. Son patron Paul Williams a confirmé l'existence de discussions avant de préciser que le LMDh n'était "pas totalement écarté, mais pas non plus une option clé".

"Le LMDh est attrayant car le groupe y est engagé, et ce serait une manière rentable de courir contre des concurrents importants", admet-il. "Mais ce n'est pas totalement en ligne avec notre stratégie d'avenir très claire, qui consiste à devenir une marque totalement électrique."

En revanche, l'alternative consistant à concevoir une Hypercar LMH est "toujours une option" d'après Paul Williams. "Nous savons ce que ça coûterait de le faire, mais la question est plutôt de savoir si ça voudrait le coup d'investir cette somme pour développer une voiture dans une discipline où le message technologique n'est pas celui que nous voulons." Pour l'heure, aucune décision stratégique pour l'avenir de Bentley en Endurance n'est attendue comme imminente.

Lire aussi :

partages
commentaires
Toyota a "coché la dernière case" avant les 24H du Mans
Article précédent

Toyota a "coché la dernière case" avant les 24H du Mans

Article suivant

24H du Mans : tour d'horizon des forces en présence

24H du Mans : tour d'horizon des forces en présence
Charger les commentaires