Lapierre : "Alpine est dans une bonne dynamique"

partages
commentaires
Lapierre :
Par : Basile Davoine
8 avr. 2018 à 10:30

Les préparatifs se sont déroulés à merveille pour Alpine ce week-end sur le Circuit Paul Ricard, où le trio formé par Nicolas Lapierre, André Negrao et Pierre Thiriet a mis à profit les deux jours de roulage.

B.D., Circuit Paul Ricard - Au total, les trois hommes ont bouclé 148 tours avec l'A470, soit 857 kilomètres. Une belle répétition avant une entrée en compétition dès la semaine prochaine, puisque l'équipe français alignera Pierre Thiriet et André Negrao au départ des 4 Heures du Castellet en ELMS, afin de parfaire la préparation avant le grand saut dans le Championnat du monde, le mois prochain à Spa-Francorchamps. 

Auteur du meilleur chrono de la #36 lors du Prologue, en 1'41"088, soit la deuxième référence du plateau LMP2, Nicolas Lapierre tire le bilan des deux derniers jours au micro de Motorsport.com

Nicolas, comment s'est passé ce Prologue ?

Plutôt pas mal, on a pu tester pas mal de choses en vue de la course de la semaine prochaine, puis de Spa et du Mans, qui sont les deux prochaines échéances assez importantes pour nous. Pierre s'est bien intégré à l'équipe, c'était important pour nous. La voiture a la même base mais on a les nouveaux pneumatiques Dunlop, donc il a fallu faire quelques ajustements. Globalement ça s'est bien passé.

Ce sont des nouveaux pneus avec une nouvelle construction, une nouvelle gomme. On a cherché la performance et la fiabilité, qui sont les deux points importants en Endurance. Il y a eu pas mal de travail autour de ça.

Quel est l'intérêt de participer à la manche d'ouverture de l'ELMS ?

C'est plus pour la mise en place de l'équipe. Le roulage on en a assez mais c'est vrai que cette année il n'y a qu'une course avant les 24 Heures du Mans et c'est trop court. S'il arrive quoi que ce soit à Spa, on n'a pas le temps de s'ajuster. C'est important que l'équipe fasse cette première course avant de se lancer à Spa puis au Mans.

Comment se met en place la cohésion de l'équipage, ainsi que l'intégration de Pierre Thiriet ?

Ca s'est bien passé. Pierre est Français, c'est tout de suite plus facile, et puis je le connaissais quand même, ça fait quelques années qu'on le croise. Il connaît bien la discipline, il connaît pas mal la voiture. Il a une bonne pointe de vitesse aussi donc on essaie de l'accompagner pour qu'il comprenne les process de l'équipe. C'est un garçon intelligent. Et puis avec André on est sur la continuité donc ça facilite le travail de l'équipe. On connaît bien la maison donc ça fait un bon compromis : un peu de sang neuf et de la continuité, c'est important en Endurance.

Le plateau LMP2 s'est quelque peu réduit en WEC durant l'intersaison...

Il y a toujours un bon niveau. C'est sûr qu'en quantité ça a un peu diminué. Maintenant, en variété c'est un peu mieux car il y a une Ligier, une Dallara, des pneus Michelin. Ca apporte de la nouveauté, c'est sympa. Et puis au Mans surtout, il y aura un plateau énorme. Ce sera une bataille super impressionnante.

Nicolas Lapierre, Signatech Alpine

Y a-t-il une approche différente avec le format de la Super Saison ?

C'est sûr que c'est un peu spécial, déjà d'avoir Le Mans aussi tôt dans l'année puis de l'avoir une nouvelle fois à la fin du championnat. Ca va changer un petit peu la stratégie. C'est nouveau pour nous donc on va y aller course après course. Ce ne sera pas évident, surtout pour l'édition 2019, de savoir s'il faudra jouer le championnat ou la course. 

Un an après sa naissance, l'ORECA 07 est-elle une auto qui a atteint ses limites ?

Il y a toujours des nouveaux petits trucs comme les nouveaux pneus. Il faut toujours s'adapter à ça, changer les réglages pour essayer de les faire fonctionner le mieux possible. Il y a encore un peu de travail, sur l'aérodynamisme. Après c'est sûr que c'est moins fondamental que l'an dernier, il n'y a pas de gros changements, mais on essaie de peaufiner tout ça. 

L'autorisation de changer les pneus en même temps que le ravitaillement en essence induit-elle des changements pour les pilotes ?

Au final, ils ont réduit la rapidité de remplissage du réservoir, donc les arrêts vont être quasiment aussi lents que l'an dernier. Par contre au niveau stratégie ça change pas mal de choses car les changements de pneus deviennent gratuits. Il y aura plus de stratégie au niveau des pneus, ça c'est sûr.

Durant l'hiver, a-t-il été question pour vous de regarder du côté du LMP1 ?

Évidemment il y a des opportunités tous les hivers. Maintenant, le programme chez Alpine est sympa, la Super Saison avec eux l'année où la voiture de route avec les premières livraisons ont lieu. La marque est dans une bonne dynamique, je suis content d'être ici. Pour moi c'était assez logique d'être ici.

#36 Signatech Alpine A470 Gibson: Nicolas Lapierre, André Negrao, Pierre Thiriet
Prochain article WEC
Record : la Porsche 919 Hybrid plus rapide qu'une F1 à Spa !

Previous article

Record : la Porsche 919 Hybrid plus rapide qu'une F1 à Spa !

Next article

Les plus belles images du Prologue au Castellet

Les plus belles images du Prologue au Castellet

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Prologue
Lieu Circuit Paul Ricard
Pilotes Nicolas Lapierre
Équipes Signatech
Auteur Basile Davoine
Type d'article Interview