WEC
22 févr.
-
23 févr.
Événement terminé
18 mars
-
20 mars
Prochain événement dans
18 jours
23 avr.
-
25 avr.
Prochain événement dans
54 jours

Un lest lié aux résultats à l'étude pour les LMP1

partages
commentaires
Un lest lié aux résultats à l'étude pour les LMP1
Par :
30 mai 2019 à 08:06

L'ACO dresse le bilan de l'EoT en LMP1 au terme de la Super Saison du WEC, et envisage l'introduction de "success ballast" à partir de la saison 2019-2020 pour améliorer le rapport de force entre les machines hybrides et non hybrides.

Les 24 Heures du Mans approchent et constitueront la finale de la Super Saison dans un peu plus de deux semaines. Un championnat marqué par la présence d'un seul constructeur d'usine en LMP1, à savoir Toyota, mis en concurrence avec des équipes privées. L'ACO et la FIA ont ainsi dû recourir à l'Équivalence de Technologie (EoT), qui a par ailleurs fait l'objet de nombreux débats d'une épreuve à l'autre. Avec un peu plus d'un an de recul, un premier bilan peut être dressé, notamment pour préparer la saison 2019-2020, qui fonctionnera sur le même principe en attendant la future réglementation Hypercar.

"En ce qui concerne l’équivalence entre les moteurs atmosphériques et turbo, nous avons pu voir que sur toutes les courses passées elle était respectée", rappelle Thierry Bouvet, directeur technique de l'ACO. "Pour l’équivalence entre les voitures hybrides et non hybrides, l’équivalence a été approchée, mais nous avons été confrontés aux contraintes physiques maximum des voitures non hybrides : il n'était plus possible d’augmenter la puissance moteur et plus possible de baisser la masse voiture."

Lire aussi :

Cette recherche du parfait équilibre s'est avérée une tâche très compliquée pour le législateur, et certains facteurs ont pesé plus que d'autres. L'ACO rappelle notamment que Toyota exploite un prototype que l'équipe maîtrise à la perfection, tandis que les structures privées alignaient de nouvelles autos, en plus d'avoir des moyens évidemment inférieurs. Au fil des courses, un rapport de force plus concurrentiel a toutefois été approché, et celui-ci a de nouveau nouveau été revu pour Le Mans. La Journée Test, en fin de semaine, permettra d'en observer les conséquences, avant un possible réajustement pour la semaine de la course.

"Nous avons publié l’EOT pour la Journée Test du Mans et nous avons laissé les paramètres physiques pour les voitures non hybrides au maximum potentiel (puissance moteur et masse voiture)", précise Thierry Bouvet. "De plus, la Toyota sera dix kg plus lourde que l’année derrière pour la course du Mans. Nous étudierons pendant la Journée Test les consommations afin de pouvoir calibrer les différentes quantités d’essence pour la course. La performance des voitures sera très proche en terme de temps au tour."

La marge de manœuvre pour la saison prochaine est réduite, mais l'ACO admet que la situation actuelle n'est pas encore totalement satisfaisante. Pour tenter d'y remédier, l'introduction d'un lest applicable aux autos en fonction des résultats est désormais à l'étude. "Nous aurions aimé avoir des courses plus proches entre les voitures hybrides et non hybrides", reconnaît Thierry Bouvet. "Nous travaillons déjà sur un système légèrement différent, qui pourrait aussi tenir compte des résultats de course. Nous poursuivons le travail et avons proposé le système de 'succes ballast', qui semble être une très bonne réponse." 

Article suivant
Ford particulièrement touché par la BoP initiale pour Le Mans

Article précédent

Ford particulièrement touché par la BoP initiale pour Le Mans

Article suivant

Maldonado et Davidson rempilent en WEC la saison prochaine

Maldonado et Davidson rempilent en WEC la saison prochaine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 heures du Mans , WEC
Auteur Basile Davoine