LMP2 : ORECA "n'accepte pas les décisions prises"

Le constructeur français conteste la décision des organisateurs du FIA WEC d'autoriser ses trois concurrents à apporter des modifications sur leurs châssis.

L'ACO et la FIA, organisateurs du Championnat du monde d'Endurance, ont annoncé samedi soir par voie de communiqué l'attribution d'un joker à trois des quatre constructeurs du LMP2. Celui-ci vise à autoriser des modifications techniques sur les kits aérodynamiques afin de réduire l'écart entre l'ORECA 07, châssis le plus performant à l'heure actuelle, et les prototypes conçus par Riley, Onroak (Ligier) et Dallara.

Ainsi, ORECA ne pourra apporter aucune modification à sa voiture tandis que ses trois concurrents pourront le faire. Contrairement à ce que l'on aurait pu imaginer, le constructeur français n'a pas fait l'objet d'une concertation lui apportant satisfaction, et dénonce également la manière dont les données techniques ont été récoltées et prises en compte.

"Le Groupe ORECA prend acte des décisions de l'ACO et de la FIA, et si nous en avons été informés, nous ne pouvons pas parler de concertation", déplore Hugues de Chaunac, président d'ORECA. "Nous n'acceptons pas ces décisions prises."

"À travers les analyses détaillées réalisées, et fournies, par ORECA, nous en contestons le bien-fondé. Seule l'European Le Mans Series a été considérée, d'abord sur quatre manches, puis sur cinq. Les courses du championnat américain de l'IMSA n'ont en revanche pas été prises en compte, ce que nous regrettons. Ces décisions concernant les ajustements de performance ne sont pas basées sur les datas mesurant les déficits de performance contrairement à ce qui est prévu dans le règlement technique."

ORECA se trouve injustement pénalisé.

Hugues de Chaunac

Hugues de Chaunac exprime un sentiment d'injustice, non seulement à l'égard d'ORECA mais également envers les équipes ayant fait l'acquisition de châssis 07 cette année, que ce soit en FIA WEC, en ELMS ou ailleurs. Il estime que la nature originelle du projet de refonte du LMP2 n'est plus respectée.

"ORECA, en étant le seul constructeur non autorisé à développer sa voiture, se trouve aujourd'hui injustement pénalisé, tout comme les teams qui nous ont fait confiance et qui ont engagé avec brio la ORECA 07", regrette-t-il. "Nous leur témoignons notre plus grand soutien."

"Au début du projet, tous les acteurs du LMP2 s'étaient accordés sur un concept de compétition ouverte entre quatre constructeurs châssis travaillant sur la même base réglementaire et utilisant le même moteur. Après moins d'une année d'existence, nous nous orientons vers un système de balance de performance qui ne correspond absolument pas au concept originel. Dans l'esprit, les évolutions de performance étaient clairement destinées à ne pas laisser sur le bord de la route un constructeur qui serait en difficulté. Seul l'un d'entre nous est dans cette situation aujourd'hui."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC , 24 heures du Mans
Type d'article Actualités
Tags hugues de chaunac, lmp2, oreca