Loïc Duval reprend son "travail inachevé" avec Peugeot

C'est "heureux et fier" que Loïc Duval aborde son nouveau défi en Endurance, où il sera l'un des visages incarnant le grand retour de Peugeot aux 24 Heures du Mans.

Loïc Duval reprend son "travail inachevé" avec Peugeot

Il avait prévenu l'été dernier et a toujours su aussi le rappeler à chaque opportunité offerte en piste : Loïc Duval a "encore son mot à dire en Endurance". Le voici désormais parmi les fers de lance du nouveau projet Peugeot depuis cette semaine, le constructeur français ayant révélé lundi l'identité des sept pilotes qui participeront à son programme Endurance. Le Lion doit faire son retour aux 24 Heures du Mans et en WEC à l'horizon 2022 avec une Hypercar actuellement en cours de conception, et s'appuiera sur des équipages mêlant expérience, jeunesse et rapidité. Aux côtés de Duval on retrouve Kevin Magnussen, Paul Di Resta, Jean-Éric Vergne, Gustavo Menezes, Mikkel Jensen et James Rossiter en qualité de réserviste.

Pour Duval c'est l'ambition de décrocher une deuxième victoire au Mans qui renaît, lui qui a goûté à cette joie une première fois en 2013 avec Audi. Avant d'écrire une longue page de sa carrière avec la marque aux anneaux, le pilote tricolore avait déjà piloté pour Peugeot, via Oreca, qui exploitait une 908 LMP1 en 2010 et 2011. "J'ai le sentiment d'un travail inachevé avec Peugeot", confie Duval. "J'ai pu courir avec eux à l'époque, et j'ai vraiment hâte que nous puissions gagner ensemble. Je veux gagner les 24 Heures du Mans et je pense que Peugeot a tout pour le faire, nous l'avons vu par le passé."

Lire aussi :

Au volant de la Peugeot 908 qu'exploitait Oreca au début des années 2010, Duval avait notamment brillé en remportant les 12 Heures de Sebring 2011, faisant équipe avec Olivier Panis et Nicolas Lapierre. La marque française se retirant avec fracas de l'Endurance à l'aube de la naissance du WEC, il avait ensuite trouvé refuge chez Audi, triomphant dans la Sarthe avec Tom Kristensen et Allan McNish moins de deux ans plus tard.

Aujourd'hui, Duval se sent "heureux et fier" de pouvoir courir les 24 Heures du Mans avec un constructeur français. "C'est quelque chose de particulier pour moi, car c'est la première fois que je suis vraiment là au début d'un projet", souligne-t-il. "Je ressens l'enthousiasme et l'optimisme, sachant que nous travaillons ensemble en partant d'une feuille blanche pour faire en sorte d'avoir le meilleur outil possible."

"Le principal pour moi, c'est vraiment de voir la dynamique qu'il y a avec cette nouvelle [catégorie] Hypercar, et de voir que plusieurs constructeurs veulent rejoindre le championnat", conclut le pilote de 38 ans, convaincu de bientôt vivre un nouvel "âge d'or" pour l'Endurance. Peugeot rejoindra en effet Toyota et Glickenhaus en LMH, tandis que Porsche, Audi et Acura ont déjà officialisé leur engagement futur en LMDh.

Propos recueillis par Gary Watkins

partages
commentaires
Toyota de retour "sur le droit chemin" grâce à son test à Aragón

Article précédent

Toyota de retour "sur le droit chemin" grâce à son test à Aragón

Article suivant

Menezes a convaincu Peugeot : "Je ne suis pas arrivé ici pour rien"

Menezes a convaincu Peugeot : "Je ne suis pas arrivé ici pour rien"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Pilotes Loïc Duval
Équipes Peugeot Sport
Auteur Basile Davoine