Malheureuse en Pro, Ferrari se console avec une victoire en GTE Am

Impériales depuis le début de la saison, les Ferrari F458 n’ont guère connu la réussite en GTE Pro au Nürburgring. Le succès de la voiture du SMP Racing en GTE Am sauve le week-end de Maranello.

Pendant que Porsche fête son carton plein, avec un brillant doublé des 911 RSR officielles en GTE Pro (qui complète celui des 919 Hybrid en LMP1), c’est plutôt la soupe à la grimace du côté de Ferrari AF Corse. Impériales en qualifications, où elles ont décroché les deux meilleurs temps, les F458 ont vu le vent tourner en course. Dès les premières minutes, la n°51, alors pilotée par Gianmaria Bruni, était ralentie par des problèmes électroniques. Après un retour aux stands au ralenti pour réparer la panne, le pilote italien et son équipier Toni Vilander se contentait du 7e rang, à plusieurs tours des vainqueurs.

Quant à la voiture sœur de James Calado et Davide Rigon, elle a subi la loi de la Porsche n°91 victorieuse dès la première demi-heure de course, avant de se frotter à la n°92 lors de sa remontée plus tard durant l’épreuve, un contact qui occasionnait une crevaison pour la Ferrari, qui concluait finalement au 3e rang derrière le doublé Porsche. Calado et Rigon se positionnent à un point du leader du classement de la coupe du monde, le pilote Porsche Richard Lietz.

Sur sa lancée des 24 Heures du Mans, où elle avait décroché la victoire en GTE Am (et avait empoché le maximum de points en GT puisque la voiture victorieuse était la Corvette américaine, non inscrite en WEC), la Ferrari du SMP Racing a en revanche signé un nouveau succès dans sa catégorie au Nürburgring. Le trio Andrea Bertolini, Viktor Shaytar et Aleksey Basov s’est en effet imposé après un beau duel avec l’Aston Martin n°98, alors que le succès de Ferrari dans la division « B » du GT est complété par le podium de la F458 AF Corse menée par François Perrodo, Emmanuel Collard et Rui Aguas. Les deux équipages Ferrari son solidement installés en tête du GTE Am.

"Nos sentiments sont mitigés", confiait à l’issue de la course Antonelo Coletta, chef de la compétition GT chez Ferrari. "Très décevante du côté de la course GTE Pro, très positive en GTE Am. En GTE Pro, nous étions devant tout le week-end depuis les premiers essais libres mais malheureusement la voiture n°51 a connu des problèmes électroniques que nous devons encore analyser, et cela a frustré tous les efforts des équipes et des pilotes. Une fois que la voiture était de retour en piste, elle était à nouveau la plus rapide et pouvons donc avoir des regrets. En revanche, le podium fut un bon résultat pour la n°71 après que la Porsche l’a percutée".

Le potentiel est là, le championnat est encore long et nous voulons contre-attaquer à Austin.

Antonelo Coletta, chef de la compétition GT chez Ferrari.

"Elle a dû s’arrêter par deux fois suite à cela mais a pu terminer 3e, juste derrière la n°92, qui n’a reçu qu’un drive through en toute fin de course. Nous avons perdu beaucoup de points dans le championnat constructeurs mais nous menons toujours, le potentiel est là, le championnat est encore long et nous voulons contre-attaquer à Austin".

"D’un autre côté, les deux voitures ont eu une belle course en GTE Am”, poursuit Coletta. "La n°92 a confirmé les progrès déjà apparents au Mans, et nous avons conforté notre position de tête au championnat. Andrea Bertolini a fait une course de champion, soutenue à la perfection par Viktor Shaytar et Aleksey Basov, qui méritent amplement cette victoire. La n°83 AF a fait également une belle course, décrochant le podium grâce notamment à la belle prestation de François Perrodo".

A propos de cet article
Séries WEC
Événement Nürburgring
Circuit Nürburgring
Pilotes Gianmaria Bruni , Andrea Bertolini , Toni Vilander , James Calado , Viktor Shaytar
Type d'article Résumé de course
Tags af corse, ferrari, gte pro, wec