Opinion - Évolution ou révolution ?

partages
commentaires
Opinion - Évolution ou révolution ?
Laurent-Frédéric Bollée
Par : Laurent-Frédéric Bollée
10 oct. 2018 à 17:28

Le WEC, après avoir solidement installé ses bases en Europe avec les trois premières courses de la Super Saison (Spa, Le Mans, Silverstone), se lance cette fois à l'assaut du monde avec la manche japonaise de Fuji.

Un rendez-vous forcément "exotique" par sa destination mais qui semble surtout annoncer une vraie rupture dans le déroulement du championnat suite au rééquilibrage qui vient d'être annoncé…

Le problème de la date

Évacuons tout de suite l'ex-grand débat qui avait défrayé la chronique au moment de la publication du calendrier, à savoir la date en elle-même de ces 6H de Fuji. Initialement prévues le 21 octobre, elles ont été avancées d'une semaine sous l'amicale pression de Toyota pour que son pilote vedette Fernando Alonso puisse bien participer à cette course au lieu de se trouver à Austin pour le GP de F1 des États-Unis. Ce faisant, le WEC s'est tout de même créé un nouveau clash, cette fois avec la course de Petit Le Mans à Road Atlanta, où plusieurs pilotes étaient déjà bookés !

Lire aussi :

Il est vrai qu'à la décharge des instances dirigeantes du WEC, Petit Le Mans s'est lui-même décalé par rapport à sa date traditionnelle qui est généralement le premier week-end d'octobre et pas le deuxième… Bref, la situation était insoluble et il allait forcément y avoir des mécontents. Nous serons "légalistes" sur ce coup-là : à partir du moment où Toyota a "sauvé" le WEC en poursuivant son engagement, à partir du moment où ils ont engagé un pilote mondialement célèbre qui fait beaucoup pour l'impact de la discipline et à partir du moment où leur demande est que ledit pilote puisse participer à la seule course se déroulant sur leurs terres, au Japon, il semblait impossible, en effet, de pas accéder à cette requête ! Une situation sans doute malheureuse pour certains (en terme de sport et de logistique) mais qui se justifie d'une manière globale.

Toyota fait un geste

Mais si le WEC a donc fait un geste pour Toyota en changeant de date (et en espérant bien sûr qu'il n'y ait pas de typhon pour menacer la course…), l'inverse est également vrai : Toyota vient d'amender sa position dominante. On sait que depuis la course de Silverstone, beaucoup de voix ont continué de s'élever pour s'alarmer de la situation actuelle du WEC et de son récurrent problème de l'EoT et de la parité entre Toyota et les P1 privées. Nous vous laissons aller voir sur notre site l'intéressante interview de Romain Dumas que nous avons réalisée au Mondial de l'Automobile en début de semaine. Le double vainqueur du Mans rappelle qu'aider des privés par rapport aux grands constructeurs, cela s'est déjà fait – il y a environ une dizaine d'années par exemple, avec la bataille Pescarolo/Audi (on sait qu'Henri Pescarolo objecterait à cette remarque, estimant que l'équivalence n'était pas en sa faveur. Il est vrai pourtant qu'on se souvient que les protos Pescarolo étaient bien capables de rouler parfois cinq secondes plus vite au tour qu'une Audi…). Donc ce n'est pas un nouveau débat et Romain ne voit pas pourquoi on ne pourrait pas revenir à cette solution. Il milite donc pour des mesures visant à aider les Rebellion et autres BR1 de l'équipe SMP, tout en sachant que ce n'est pas forcément pour cela qu'ils gagneraient à coup sûr (et l'exemple d'il y a dix ans l'a bien démontré, en effet…).

Lire aussi :

Manifestement, nous ne sommes pas les seuls à avoir réfléchi de nouveau à la question et l'on a donc appris que deux mesures au moins allaient être appliquées à Fuji : les Toyota seront plus lourdes (jusqu'à 100 kg de plus par rapport à la P1 privée la plus légère !) et elles n'auront plus leur avantage de consommation (deux tours) par relais. Des mesures prises en accord bien sûr avec Toyota qui a donc décidé de "jouer le jeu" dans l'intérêt supérieur de la discipline. On ne peut que les en remercier et les féliciter, même si, revers de la médaille, cela génère une impression artificielle d'aide à la compétition. Mais enfin, il faut savoir ce qu'on veut et on aurait tendance à résumer la situation en disant que ce qu'on ne veut plus, justement, ce sont des courses façon Silverstone !

Ginetta absent

Il y a tout de même eu une authentique mauvaise nouvelle ces derniers jours : la confirmation de l'absence à Fuji de Ginetta via l'équipe CEFC TRSM, ex-Manor… (on s'y perd un peu, on est d'accord). La structure anglo-chinoise n'a jamais paru solide et c'est même un grand flou qui a toujours régné. En témoigne l'annonce également du passage du moteur Mecachrome à AER en cours de saison. Il n'y aura donc que huit P1 au départ au Japon et il est certain que ce n'est pas beaucoup (euphémisme).

Lire aussi :

G-Drive puni

On a enfin appris le déclassement définitif de la voiture du G-Drive Racing qui avait signé la victoire aux 24 Heures avant d'être déclassée pour système de ravitaillement non conforme. On se souvient que l'affaire avait éclaté tout de suite après l'arrivée, même si la cérémonie du podium avait bien eu lieu avec MM. Vergne, Rusinov et Pizzitola sur la plus haute marche. Nous ne sommes ni juges ni censeurs, mais on se demande quand même ce qui a bien pu passer par la tête des cerveaux de G-Drive pour imaginer et valider une solution qui d'emblée semblait illégale – et qui procurait donc 25% de gain de temps par ravitaillement, offrant un "boulevard" d'avance sur la concurrence. Il y a des limites à tout, même à un "coup de génie" ! L'équipe ne sera pas présente au Japon, mais la voiture sœur du TDS Racing (elle aussi déclassée du Mans) figure bien sur la liste des engagés – il sera intéressant de voir à quel point un sentiment de revanche l'anime et si elle peut instantanément repartir du bon pied… Les adversaires Alpine ou Jackie Chan sont prévenus.

Prochain article WEC
Toyota a accepté l'ajustement de l'EoT "pour le WEC, mais pas Le Mans"

Article précédent

Toyota a accepté l'ajustement de l'EoT "pour le WEC, mais pas Le Mans"

Article suivant

Romain Dumas analyse la domination Toyota en WEC

Romain Dumas analyse la domination Toyota en WEC
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement 6H de Fuji
Auteur Laurent-Frédéric Bollée
Type d'article Commentaire