Pas de handicap supplémentaire pour Ford et Ferrari

Ford et Ferrari ont tous deux échappé au moindre changement à la Balance de Performance pour la prochaine manche du Championnat du monde d'Endurance, malgré leur domination en GTE Pro pour l'instant.

Pas de handicap supplémentaire pour Ford et Ferrari
Drapeau à damier : #66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Olivier Pla, Stefan Mücke, Billy Johnson et #67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Marino Franchitti, Andy Priaulx, Harry Tincknell
#67 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Marino Franchitti, Andy Priaulx, Harry Tincknell
#51 AF Corse Ferrari 488 GTE: Gianmaria Bruni, James Calado, Alessandro Pier Guidi
#67 Ford Performance Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook
#67 Ford Performance Chip Ganassi Racing Ford GT: Ryan Briscoe, Richard Westbrook

La Ferrari 488 AF Corse soutenue par l'usine a remporté les deux premières manches de la saison à Silverstone et Spa, alors que Ford a dominé la marque italienne pour imposer sa nouvelle GT dès sa première apparition au Mans.

La décision de ne pas leur imposer de handicap supplémentaire intervient après des changements apportés à la Balance de Performance en raison de "circonstances exceptionnelles" par l'IMSA, qui dirige le championnat américain de voitures de sports. Dans celui-ci, le poids limite des Ford a été relevé de 15 kilos, et le boost du turbo comme la capacité du réservoir d'essence ont été réduits avant la course du week-end dernier au Canada - que la GT a malgré tout remportée.

Cependant, du côté du WEC, les équipes rivales Porsche et Aston Martin se sont vues offrir un gain de performance lors des derniers ajustements décidés.

La Porsche 911 RSR s'est vu accorder une réduction de poids de 15 kilos et une augmentation de 0,2 mm de la bride d'admission pour la prochaine manche, l'Aston Martin voyant la sienne augmentée de 0,4 mm.

En GTE-Am, la bride Aston se voit réduite de 0,3 mm, Ferrari recevant 15 kilos supplémentaires et Porsche pouvant en soustraire dix du poids de sa voiture.  

partages
commentaires
La chronique de Nelson : Le Mans, Londres et le retour en NASCAR
Article précédent

La chronique de Nelson : Le Mans, Londres et le retour en NASCAR

Article suivant

Lotterer - "Pas une saison parfaite jusqu'à présent"

Lotterer - "Pas une saison parfaite jusqu'à présent"
Charger les commentaires