Peugeot dévoile ses choix techniques pour son Hypercar

Pour son grand retour en Endurance, à l'horizon 2022, Peugeot a fait le choix d'un groupe propulseur hybride dont les détails techniques ont été révélés.

Peugeot continue d'avancer sur son projet Hypercar en vue de son retour en WEC et aux 24 Heures du Mans, et a franchi une nouvelle étape avec l'annonce de la motorisation qui sera utilisée dans le cadre de la réglementation LMH. Le constructeur français a choisi une technologie hybride combinant un moteur V6 bi-turbo de 2,6 litres développant 680 chevaux et un moteur électrique de 200 kW sur l'essieu avant (272 ch). Le V6 ouvert à 90° sera positionné derrière le pilote et pèsera 165 kg. L'ensemble du groupe propulseur de la future Hypercar a été baptisé Peugeot Hybrid4 500KW.

"L'architecture de la chaîne de traction a été déterminée par un cahier des charges dense, régi par la nouvelle réglementation du championnat", précise François Coudrain, directeur powertrain du programme WEC de Peugeot Sport. "Nous avions envisagé au départ un moteur avec un seul turbo, mais cela ne nous permettait pas d'atteindre notre objectif, qui était d'abaisser le centre de gravité du moteur. Un V6 bi-turbo constitue le meilleur compromis entre technologie, poids, architecture, fiabilité et performances."

Lire aussi :

L'Hypercar de Peugeot Sport sera dotée d'une transmission à quatre roues motrices et d'une boîte de vitesses séquentielle à sept rapports. Pour la partie hybride, le Lion a fait appel à Total pour co-développer une batterie à haute densité de puissance, qui sera placée dans un bac en carbone sous le réservoir de carburant. Sa conception doit lui permettre de conserver le même niveau de prestation tout au long d'un cycle de course supérieur à 24 heures. Elle sera chargée à 100% avant le départ, avant de devenir autonome en piste grâce à l'énergie cinétique récupérée lors des freinages.

"Le moteur/générateur électrique sera couplé à un réducteur très léger à haut rendement et à un échangeur de dernière génération, qui transférera la puissance de la batterie vers le moteur", explique François Coudrain. "Il sera en capacité d'utiliser instantanément toute l'énergie mise à sa disposition par la batterie, notamment grâce au logiciel qui portera les stratégies énergétiques de la chaîne de traction. L'expérience acquise par PSA Motorsport en WRC et en Formule E nous aidera dans l'élaboration des logiciels de gestion des systèmes informatiques et énergétiques."

Sur le papier, le groupe propulseur de l'Hypercar Peugeot sera en mesure de développer une puissance totale de 700 kW, mais dans les faits, la future réglementation n'autorise qu'une puissance maximale de 500 kW en course. Le recours à l'énergie électrique – et par conséquent aux quatre roues motrices – entre 0 et 120 km/h sera interdit, l'accélération reposant uniquement sur le moteur thermique, exception faite de la voie des stands.

Pour rester en conformité, le V6 bi-turbo de Peugeot contiendra sa puissance à pleine charge à 300 kW (408 ch) et la modulera en fonction de la puissance que pourra apporter le moteur électrique, en fonction du niveau de charge de la batterie. Si la batterie est vide, le moteur à combustion est alors entièrement sollicité pour développer ses 500 kW.

partages
commentaires
Porsche se sépare de plusieurs pilotes pour 2021

Article précédent

Porsche se sépare de plusieurs pilotes pour 2021

Article suivant

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries 24 Heures du Mans , WEC
Équipes Peugeot Sport
Auteur Basile Davoine