Porsche peut-il être le favori 2015 ?

Porsche a fait les gros titres en fin de semaine dernière lors du Prologue, occupant constamment le haut de la feuille des temps. Mais cette omniprésence du constructeur allemand permet-elle déjà de dire qu'il est le favori de l'édition 2015 du WEC ?

Tirer des conclusions sportives des essais collectifs et des 17 heures de roulage au Castellet n'est pas évident, voire impossible. Mais certains points clés peuvent permettre de dresser un premier tableau d'ensemble, à une semaine du début des hostilités à Silverstone.

Avant le Prologue, les trois favoris de la catégorie LMP1 que sont Audi, Porsche et Toyota avaient déjà effectué la majeure partie de leur collecte de données lors d'essais privés. Les trois constructeurs sont ainsi arrivés dans le Sud de la France avec déjà de nombreuses certitudes quant à leur niveau. Pour le reste, les niveaux de carburant, le débit de celui-ci, et les programmes différents appliqués par les équipes laissent durer le suspense. 

Le record de la pole position au Mans devrait tomber

On a surtout pu constater la hausse de performance significative des LMP1. Ainsi, si les conditions sont favorables, il est hautement probable de voir la pole position établie au Mans par Stéphane Sarrazin en 2008 avec la Peugeot 908 (3:18.513) être battue en juin prochain.

Sur le Paul Ricard, le meilleur tour signé par Neel Jani en 1:37.220 avec la Porsche 919 Hybrid était plus rapide de 4 secondes par rapport à la référence de 2014 lors de ce même Prologue.

Mais les courses d'endurance ne se gagnent pas en qualifications, et c'est le rythme de course, la gestion des relais et des pneumatiques qui feront la différence, en plus de la fiabilité.

L'an passé, Porsche a effectué son retour parmi l'élite du LMP1 après avoir déjà établi le chrono de référence lors du Prologue. Mais lors de la première manche à Silverstone, malgré de bons débuts, il était évident que l'écart Avec Audi et Toyota était encore présent. De quoi prouver que les chronos de la fin de semaine dernière ne doivent pas être tenus pour acquis. 

Une confiance affichée

Le chrono réalisé lors de la session nocturne était près de 2 secondes plus rapide que celui de la première Toyota, mais il va de soi que la réalité est certainement plus subtile. Ce qui est certain, c'est que Porsche a affiché, tout au long de ces deux journées, une confiance et une sérénité solides. Surtout, outre cette simulation de qualifications, les simulations de course ont également été prometteuses avec des voitures capables de tourner régulièrement en 1:41.

Porsche a notamment confirmé à Motorsport.com que lors des essais réalisés il y a quinze jours, toujours au Paul Ricard, l'équipe avait accompli un test d'endurance de 30 heures. Toutefois, celui-ci ne se serait pas déroulé sans interruption. 

La clé des pneumatiques

Parmi les domaines essentiels sur lesquels Porsche a travaillé, la gestion de la dégradation des pneumatiques a été particulièrement ciblée. Il s'agissait d'un point faible en 2014 et il devenait impératif de le corriger, compte tenu de l'augmentation de puissance.

Porsche a beaucoup appris lors de la dernière course de la saison dernière à Interlagos, où la nouvelle surface de la piste a permis de minimiser la dégradation. Les données alors obtenues ont énormément servi au développement initial de la nouvelle 919 Hybrid afin de maximiser la conservation des gommes sur les longs relais. Le constructeur a également beaucoup planché sur les systèmes tels que les suspensions interconnectées (FRIC).

A l'issue du Prologue, le constat le plus simple concerne la rapidité de Porsche sur un tour. Mais Audi s'est montré impressionnant sur les longs relais, bien que la marque aux anneaux sera sans doute contrainte d'effectuer des relais avec un tour de moins au Mans compte tenu de la consommation. Quant à Toyota, les Champions du Monde en titre semblent cacher leur jeu. La rumeur indique que les protos nippons ont signé un chrono en 1:36 lors de tests privés sur le Paul Ricard… 

A propos de cet article
Séries WEC
Événement Prologue
Circuit Circuit Paul Ricard
Pilotes Mark Webber , Stéphane Sarrazin , Neel Jani , Brendon Hartley
Type d'article Analyse
Tags porsche