Un premier succès de prestige pour Toyota en vue du Mans

partages
commentaires
Un premier succès de prestige pour Toyota en vue du Mans
Par : Willy Zinck
17 avr. 2017 à 10:00

Hégémonique lors des essais, l'équipe japonaise a souffert mille maux pour s'imposer à Silverstone au terme d'un finish à couper le souffle.

#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
Kamui Kobayashi, Toyota Gazoo Racing
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
Le départ de la course
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez de retour à son stand
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#8 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Anthony Davidson, Toyota Gazoo Racing

Que ce fut dur pour l'équipe Toyota, qui peut pousser un gros ouf de soulagement après le dénouement spectaculaire des 6 Heures de Silverstone. Après avoir dominé le Prologue et poussé son avantage durant toute la première partie du week-end, en archi-dominant les essais avant de verrouiller la première ligne de la grille, d'aucuns pensaient que cette manche inaugurale de la saison 2017 serait une promenade de santé pour les TS050 Hybrid.

Mais il n'en fut rien, et la pointe de vitesse exceptionnelle des voitures japonaises en qualifications – avec une meilleure référence fixée par Kamui Kobayashi sur la #7 en 1'36"793, battant ainsi de près de quatre secondes le précédent record détenu depuis l'an passé par un prototype – n'a pour ainsi dire pas pesé dans la balance sur la durée de toute une course.

Les choses avaient pourtant débuté tranquillement pour les Toyota, qui ont converti leur première ligne en leadership dans la première partie de la course. La #7 et la #8 ont même joué au jeu du chat et de la souris, alors que la dernière citée passait sa consœur après six tours de course.

Mais alors que le constructeur nippon semblait avoir une parfaite maîtrise sur la course, les premiers rebondissements se sont fait jour et ont perturbé cette marche (trop) assurée vers la victoire. Il y a d'abord eu un facteur externe, avec une météo capricieuse et l'arrivée d'averses sur certaines portions du circuit qui ont causé un véritable dilemme stratégique dans le clan japonais.

Puis un facteur interne, lorsque la #7, alors pilotée par Kamui Kobayashi, a dû rouler avec une barre antiroulis cassée à l'arrière. En difficulté, celle-ci a perdu un temps précieux et rétrogradé de la première à la quatrième place.

La pluie perturbe les plans de Toyota

Porsche, derrière, n'en attendait pas tant et a sonné la charge face à la #8 restée seule en tête. Alors que Toyota semblait invincible depuis le début du week-end, la fébrilité a commencé à envahir le garage japonais, qui n'avait dès lors plus le droit à l'erreur et a été confronté à un casse-tête chinois en termes de pneumatiques.

Toyota a finalement opté pour l'immobilisme et une solution conservatrice en restant en pneus slicks, alors que ses homologues allemandes prenaient le pari des pneus intermédiaires "hybrides" de Michelin.

Un choix qui s'est avéré payant puisque la Porsche #2 a pris le dessus peu avant la mi-course, alors que Kobayashi effectuait une première excursion hors piste sans conséquence avec la #7, avant que José María López soit victime d'une sortie ô combien plus violente dans Copse après un peu plus de trois heures de course. "Il a commencé à pleuvoir et j'ai eu mon problème quand je me suis engouffré dans Copse", explique López. "Ce fut une combinaison de notre problème avec la barre antiroulis, de la piste humide et du fait que j'ai touché le vibreur avec mon pneu arrière."

Cela n'a pas empêché l'Argentin de reprendre la piste grâce à l'intervention des commissaires et de regagner son stand pour laisser ses mécaniciens œuvrer pendant plus d'une heure sur sa voiture pour la remettre en marche. 

Après-course le patron de l'équipe, Toshio Sato, était d'ailleurs dithyrambique devant l'important travail abattu par son équipe. "C'est bien sûr une déception de ne pas avoir les deux voitures sur le podium, mais je suis fier de l'équipe pour sa détermination et ce "fighting spirit" aujourd'hui, en particulier de la part des mécaniciens qui ont travaillé si rapidement sur la #7 pour qu'elle puisse reprendre la piste."

Quant au triple Champion en titre WTCC, après un premier passage au centre médical du circuit, celui-ci s'est finalement rendu à l'hôpital pour des examens complémentaires, qui n'ont fort heureusement décelé aucune séquelle. 

Une dernière charge victorieuse pour Buemi

La #7 hors course, la #8 a fait le dos rond aux avant-postes et a même profité de la neutralisation de course suite à l'accident de López pour revenir au contact de la Porsche #2 en tête. L'optimisme était dès lors de retour chez Toyota, qui n'avait plus qu'à attendre l'arrivée d'une éclaircie pour voir la stratégie pneumatique de Porsche se retourner contre la firme de Stuttgart.

La fin de course a en effet été le témoin d'un duel magnifique entre les deux belligérantes, la Porsche offrant un dernier baroud d'honneur face à la Toyota au gré d'un dernier pitstop mieux négocié au prix d'une absence de changement de pneus. En tête à une demi-heure de la fin avec Brendon Hartley à son volant et huit secondes d'avance, celle-ci n'a finalement pas pu résister avec ses gommes usées, et a dû céder à 12 minutes du terme suite à une attaque très agressive de Sébastien Buemi au freinage.

"Je suis si content de cette victoire", a confié le pilote suisse à l'issue de l'épreuve. "Beaucoup de temps s'est écoulé depuis la dernière, donc c'est bien de débuter la saison de cette manière. Ce fut une course difficile et très excitante sur la fin. La voiture était rapide durant le dernier relais, et j'étais plus véloce sur les pneus neufs, donc j'avais un avantage. Lorsque j'ai rattrapé la Porsche, je savais que je n'allais pas avoir beaucoup d'options, alors que celles-ci étaient bien plus rapides que nous en ligne droite. Donc j'ai dû tenter un coup, et ça a marché."

Première victoire depuis Fuji 2016

Avec ce succès, son premier depuis les 6 Heures de Fuji l'an dernier et le premier à Silverstone depuis sa victoire en 2014, Toyota lance donc sa saison 2017 à la perfection et se positionne idéalement en vue des 24 Heures du Mans en juin prochain.

Mais avant cela, il y a aura les 6 Heures de Spa début mai, et il faudra encore compter sur la concurrence de Porsche, qui devrait afficher un niveau de compétitivité encore plus élevé en Belgique avec son kit aéro typé "Le Mans" qui devrait parfaitement convenir au tracé ardennais.

Prochain article WEC
Malgré un package inadapté, Porsche a tenu la dragée haute à Toyota

Previous article

Malgré un package inadapté, Porsche a tenu la dragée haute à Toyota

Next article

Les Ford GT impériales à Silverstone

Les Ford GT impériales à Silverstone

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Silverstone
Lieu Silverstone
Équipes Toyota Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Réactions