Les LMP2 résistent au sursaut de la Toyota de Buemi

Sébastien Buemi a placé Toyota en tête de la quatrième séance du Prologue, mais ce sont les LMP2 qui se sont montrées les plus rapides sur l'ensemble des deux jours de roulage à Spa.

Les LMP2 résistent au sursaut de la Toyota de Buemi

Au terme de deux jours de roulage dans le cadre du Prologue, dernière séance de préparation au championnat, les LMP2 ont conservé les honneurs des meilleurs temps. C'est le G-Drive Racing qui s'est porté en tête du classement combiné mardi matin, durant la troisième séance de ce roulage organisé à Spa-Francorchamps. Nyck de Vries se trouvait au volant de l'Oreca 07 #26 pour poster en début de journée ce chrono de 2'04"168, qui allait ensuite rester invaincu.

Lire aussi :

Ce temps représentait une nette amélioration par rapport à la référence de lundi (2'04"822) établie par Filipe Albuquerque pour United Autosports. Et il était également bien meilleur que celui posté par la Toyota GR010 HYBRID Hypercar Le Mans #8 à 30 minutes de la fin de cette seconde journée : alors pilotée par Sébastien Buemi, la Toyota s'est montrée la plus rapide de l'après-midi en 2'04"669, ce qui ne lui vaut toutefois que la quatrième place du jour.

Aujourd'hui encore, les Hypercars ont montré qu'elles perdaient du temps par rapport aux LMP2, plus légères et plus agiles dans la partie centrale sinueuse du circuit, même si elles ont régulièrement battu les records des premier et troisième secteurs.

Ce matin, la Toyota #8 était sixième au classement général (deuxième parmi les Hypercars), avec un temps de 2'04"798 posté par Brendon Hartley. La #7 était quant à elle quatrième, ayant réduit l'écart avec les LMP2 à environ une demi-seconde. José Maria Lopez avait pourtant attendu les 15 dernières minutes de cette séance de trois heures pour réaliser son meilleur chrono, alors que la voiture avait passé la majeure partie de la journée de lundi au stand pour des "problèmes hydrauliques et électriques". Son temps n'allait pas s'améliorer l'après-midi.

La United Autosports qui s'était montrée la plus rapide lundi s'est quant à elle classée deuxième mardi avec un temps de 2'04"284 posté le matin par Albuquerque, devant la JOTA #38 pilotée par António Félix da Costa (2'04"582). Cet après-midi, Albuquerque semblait bien parti pour réaliser le meilleur temps une troisième fois en quatre séances, puisqu'il se trouvait au sommet de la feuille des temps en 2'04"874 jusqu'à l'amélioration de la Toyota emmenée par Buemi. Il obtient néanmoins la deuxième place du classement combiné de ces des deux jours, à 0"116 de Nyck de Vries.

L'Alpine-Gibson A480, anciennement engagée sous le nom de Rebellion R-13, a terminé troisième de l'après-midi et neuvième sur l'ensemble de la journée, avec un temps de 2'05"339 réalisé par Matthieu Vaxiviere, soit près de trois dixièmes de moins que celui obtenu lundi après-midi.

En GTE Pro, Porsche s'est emparé des deux premières places, Kévin Estre ayant réalisé le meilleur temps de la catégorie sur la voiture n°92 en 2'12"916, soit 1"298 de mieux que Richard Lietz sur la 911 RSR-19.

Les Porsche ont également dominé le GTE Am, Matteo Cairoli ayant tourné en 2'14"736 au volant de la Project 1 n°56, avec un peu plus d'un dixième d'avance sur la Dempsey-Proton de Matt Campbell. Cet après-midi, le classement de la catégorie a été dominé par Dylan Pereira, en 2'14"969 au volant de l'Aston Martin Vantage GTE de TF Sport.

À noter que, ce matin, l'Oreca du Racing Team Nederland a été en partie responsable du seul drapeau rouge de la séance, quand Job van Uitert s'est accroché avec la Ferrari 488 GTE d'Iron Lynx de Katherine Legge à Blanchimont, incident qui a lourdement endommagé les deux voitures. Les deux pilotes en sont toutefois sortis indemnes.

Les 6 Heures de Spa s'élanceront samedi 1er mai à 13h30, après les essais et les qualifications prévus jeudi et vendredi. Toutes les séances sont à suivre en direct sur Motorsport.tv

partages
commentaires

Related video

Jan Magnussen : 2021 était la "dernière chance" de rouler avec Kevin
Article précédent

Jan Magnussen : 2021 était la "dernière chance" de rouler avec Kevin

Article suivant

Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2

Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2
Charger les commentaires