Rebellion envisage un retour en LMP1

L'équipe suisse Rebellion Racing pourrait se diriger vers un retour en LMP1 pour la "super saison" 2018-2019 du Championnat du monde d'Endurance.

Après avoir décroché les titres LMP2 chez les équipes et les pilotes ce week-end à Bahreïn, la structure a reconnu qu'elle cherchait à réintégrer le LMP1 privé, qu'elle avait dominé de 2012 à 2016, d'abord avec son châssis Lola puis avec la R-One développée par ORECA.

"Il y a un appétit chez Rebellion pour faire de nouveau du P1", a confié Bart Hayden, à Motorsport.com, "mais il n'y a pas de décision prise pour le moment, et il est improbable que ce soit le cas avant la mi-décembre."

Le team principal de Rebellion a conscience de faire face à un timing qui serait "serré" pour mettre en place un package avec un nouveau châssis et un moteur. Car il est exclu d'envisager ce retour avec une version évoluée de la R-One, qui avait roulé d'abord avec un bloc Toyota puis avec un moteur AER. Les pistes menant à l'acquisition d'un châssis chez Ginetta ou BR Engineering sont également écartées. "Je pense que nous voudrions notre propre voiture", a souligné Bart Hayden.

Imaginer Rebellion renouer son partenariat avec ORECA pourrait être une possibilité, mais le directeur technique du constructeur français, David Floury, a fait s'avoir qu'"aucune décision" n'avait été prise pour le moment pour la conception d'un prototype LMP1, admettant au passage le défi énorme que cela représenterait pour être prêt dès 2018.

Concernant la motorisation, en cas de retour en LMP1, Rebellion aimerait jeter son dévolu sur un moteur atmosphérique après avoir connu de nombreux problèmes avec le bloc AER turbo en 2015 et 2016. Parmi les options possibles figureraient le V8 Gibson notamment choisi par DragonSpeed, le V10 Judd annoncé le mois dernier, ou encore un V8 issu du DTM et développé par Neil Brown Engineering.

Bart Hayden a rappelé que Rebellion avait encore de nombreuses possibilités envisageables pour son programme sportif si un retour en LMP1 n'était finalement pas possible. Rester en WEC dans la catégorie LMP2 en est une, tout comme s'en aller vers l'ELMS. En revanche, un engagement en IMSA n'est pas à l'ordre du jour.

Propos recueillis par Gary Watkins

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC , 24 heures du Mans
Équipes Rebellion Racing
Type d'article Actualités
Tags bart hayden, endurance, lmp1