WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
Événement terminé
WEC 2017
Dossier

WEC 2017

Rebellion fait le choix du LMP2 pour 2017

partages
commentaires
Rebellion fait le choix du LMP2 pour 2017
Par :
6 oct. 2016 à 14:49

L'équipe suisse, qui devrait remporter un nouveau titre en LPM1 Privé au terme de la saison en cours, a choisi de rétrograder d'un cran l'année prochaine.

#13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori
#13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori
Nicolas Prost, Rebellion Racing
#13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori
Nick Heidfeld, Rebellion Racing
#13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori
#13 Rebellion Racing Rebellion R-One AER: Matheo Tuscher, Dominik Kraihamer, Alexandre Imperatori

Malgré la volonté de la FIA de développer le LMP1 Privé, Rebellion Racing a décidé de déserter cette catégorie l'an prochain.

Un peu à la manière de Corvette qui, il y a quelques années, avait déserté la catégorie GT1 faute de concurrence en American Le Mans Series pour aller en affronter une beaucoup plus relevée en GT2, le Rebellion Racing fera en 2017 son entrée dans le catégorie LMP2 en Championnat du monde d'Endurance et donc aux 24 Heures du Mans.

L'équipe déclare “mettre sa participation dans la catégorie LMP1 en pause”, ce qui laisse la porte ouverte à un éventuel retour dans le futur.

Rebellion Racing, qui fait courir notamment Nicolas Prost et Nick Heidfeld et comptait également Nelson Piquet Jr dans son effectif au Mans cette année, évoluait en LMP1 depuis sa première apparition en 2008 avec les coupés Lola Aston Martin. Le team a ensuite entamé une longue collaboration avec Toyota comme fournisseur de moteurs avant de développer son propre châssis à partir de 2014, le R-One, en collaboration avec Oreca. Celui-ci a disposé d'une nouvelle motorisation AER à partir de 2015.

Rebellion, qui a terminé deux fois à la quatrième place des 24 Heures du Mans en 2012 et 2014, a collectionné les succès dans sa catégorie mais sans adversité ou face à une concurrence se limitant à ByKolles. Or, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire...

D'autre part, l'écart avec les LMP1 hybrides et officielles, en constant développement, n'a cessé de se creuser ces dernières saisons, interdisant toute velléité de se glisser entre elles à l'occasion.

De nouvelles voitures

La structure helvétique affrontera en LMP2 un plateau autrement plus relevé, dans une catégorie dotée d'un nouveau règlement en 2017. Même si le communiqué de presse ne précise pas quels seront ses partenaires, son histoire commune avec Oreca plaide pour un nouveau partenariat.

Dans la théorie, ce changement de cap pourrait permettre à Rebellion de s'engager également aux États-Unis, le WeatherTech SportsCar Championship de l'IMSA accueillant les mêmes protos LMP2 que le WEC à compter des prochaines 24 Heures de Daytona.  

Article suivant
Will Stevens de retour, débuts pour Alex Lynn à Fuji

Article précédent

Will Stevens de retour, débuts pour Alex Lynn à Fuji

Article suivant

Audi revanchard au pied d'un Mont Fuji qui ne lui sourit pas

Audi revanchard au pied d'un Mont Fuji qui ne lui sourit pas
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Équipes Rebellion Racing
Auteur Jean-Philippe Vennin