Vaincre Toyota reste impossible pour Rebellion et SMP

partages
commentaires
Vaincre Toyota reste impossible pour Rebellion et SMP
Par : Basile Davoine
13 oct. 2018 à 12:40

Après les qualifications des 6 Heures de Fuji, Stéphane Sarrazin dresse un constat sans ambiguïté : "Pour battre Toyota, ils doivent être disqualifiés ou perdre une roue. Ils sont trop forts."

#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Mikhail Aleshin, Vitaly Petrov, Jenson Button
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez
#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stephane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent
#1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna
#11 SMP Racing BR Engineering BR1: Jenson Button
#7 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050: Mike Conway, Kamui Kobayashi, Jose Maria Lopez

En dépit de deux modifications successives de l'EoT, une importante avant d'arriver Fuji, l'autre plus modeste entre vendredi et samedi, les adversaires de Toyota ne s'attendent pas à pouvoir rivaliser avec les TS050 Hybrid. Chez Rebellion, on prédit même qu'il sera difficile d'être à moins de deux tours, "peut-être un s'il y a beaucoup de périodes de neutralisation" selon Neel Jani.

Lors des qualifications disputées samedi au Japon, les deux Toyota n'ont laissé que les miettes, même si l'écart avec la première Rebellion est passé sous la seconde à la moyenne des chronos. La Rebellion #1 partira d'ailleurs en première ligne après avoir bénéficié du déclassement de la #7 de López-Kobayashi-Conway.

José María López est allé 8,7 km/h trop vite dans la voie des stands, ce qui lui a valu l'annulation de son chrono et contraindra l'équipage à partir depuis la huitième place sur la grille, soit la dernière de la catégorie LMP1.

Lire aussi :

Pilote du second équipage Rebellion aux côtés de Mathias Beche et Gustavo Menezes, Thomas Laurent dresse un constat simple selon lui : les ajustements de l'EoT ne changeront rien à la manière dont Toyota va garder la main en course dimanche.

"Ce n'est rien du tout", prévient le Français au micro de Motorsport.com. "Nous devons toujours relâcher l'accélérateur avant la zone de freinage. C'est comme avoir de l'hybride [avec des coupures d'essence] mais nous le faisons nous-mêmes. C'est un peu dur, mais nous devons le faire, ça la même chose pour tous [les LMP1 non hybrides]."

Les concurrents les plus proches de Toyota restent Rebellion et SMP Racing, et pour les pensionnaires de l'écurie russe, le son de cloche est identique. "Notre problème, c'est la limite de carburant", confirme à son tour Stéphane Sarrazin. "Nous devons économiser beaucoup de carburant, et nous n'attaquons pas, car nous ne pouvons pas. Si nous attaquons, nous dépassons la limite. Nous sommes trop restreints. C'est mieux de ne pas rêver, c'est mieux d'être réalistes. Pour battre Toyota, ils doivent être disqualifiés ou perdre une roue. Ils sont trop forts."

Pour les deux équipes, l'objectif essentiel est donc de devancer l'autre sans vraiment se soucier de ce que fait Toyota en tête de course. "L'objectif est de battre Rebellion, ce serait un formidable accomplissement pour nous", reconnaît Jenson Button.

Propos recueillis par Jamie Klein  

Prochain article WEC
La Toyota #7 perd sa pole position à Fuji !

Article précédent

La Toyota #7 perd sa pole position à Fuji !

Article suivant

Porsche victime des "cadeaux de la BoP" à Fuji

Porsche victime des "cadeaux de la BoP" à Fuji
Charger les commentaires