Toyota admet des inquiétudes sur sa fiabilité avant Le Mans

Toyota a beau avoir remporté les 6 Heures de Monza le week-end dernier, les problèmes techniques qui se sont présentés sonnent comme une alerte à un mois des 24 Heures du Mans.

Toyota admet des inquiétudes sur sa fiabilité avant Le Mans

Toyota a admis avoir des doutes sur la fiabilité de sa nouvelle Hypercar avant les 24 Heures du Mans qui auront lieu le mois prochain. Cet aveu fait suite aux différents problèmes qui ont coûté du temps aux deux GR010 Hybrid à Monza, dimanche dernier.

Bien que victorieuse, la voiture #7 de Kamui Kobayashi, Mike Conway et José Maria Lopez a perdu une minute à cause d'un problème électronique qui a obligé le pilote japonais à s'arrêter totalement en piste pour un "reset" du système. Quant à la #8 de Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley, elle a perdu près d'une heure à cause d'un problème du système d'alimentation en carburant et cumulé au total quatre arrêts au stand pour des soucis techniques et 43 tours de retard.

Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing Europe, a admis que l'équipe avait conscience d'avoir "du travail à faire" avant la journée d'essais officiels du Mans, qui sera organisée la semaine précédant la course reportée aux 21 et 22 août. "Oui, nous sommes inquiets, mais c'est en quelque sorte habituel pour une équipe de course", a-t-il déclaré. "Nous devons aller au fond des deux problèmes."

Vasselon a expliqué que Toyota se concentrera sur des évaluations au banc d'essai avant Le Mans, excluant de programmer des essais supplémentaires en piste pour sa nouvelle Hypercar, qui a par ailleurs roulé sans problème majeur lors des deux premières manches de la 2021 du WEC, à Spa et Portimão. Le seul roulage prévu pour les GR010 avant le grand rendez-vous en Sarthe est le traditionnel shakedown de Toyota à Spa, qui aura lieu début août.

"Nous devons vraiment comprendre ce qui s'est passé, puis reproduire sur le banc d'essai les conditions que nous pensons être les plus critiques", a-t-il expliqué. "Nous avons fait 30'000 km avec la voiture : on ne peut donc pas dire qu'en organisant un test, cela va se reproduire."

Voir aussi :

Vasselon a décrit le problème rencontré par la #7 comme un "souci de l'unité de contrôle ayant nécessité une réinitialisation générale". Après avoir reçu un message d'erreur sur le tableau de bord, Kobayashi s'est arrêté en bord de piste et a suivi les procédures prévues pour réinitialiser le système de la voiture avant de reprendre la course et de la poursuivre sans autre problème.

Pas un problème électrique sur la #8

Le souci qui a touché la #8 n'a quant à lui été pleinement compris par Toyota qu'au lendemain de la course. Vasselon l'a décrit comme étant "essentiellement un problème du système de carburant qui n'est pas tout à fait clair", ajoutant : "Nous ne savons pas ce qui le provoque. Ce n'était pas un problème électrique."

La voiture a d'abord été ramenée au stand, où elle est restée environ quatre minutes alors que l'équipe tentait de comprendre ce qui se passait, puis le système de carburant a ensuite été changé, causant la perte d'un peu moins de 50 minutes. Vasselon a admis que le train avant gauche a ensuite dû être remplacé sur la #8 parce que la roue n'avait pas été serrée correctement lors du premier arrêt au stand. Dans ce qu'il a appelé un "effet collatéral", cela a endommagé le moyeu.

partages
commentaires
Double vainqueur au Mans, Jean-Pierre Jaussaud est décédé
Article précédent

Double vainqueur au Mans, Jean-Pierre Jaussaud est décédé

Article suivant

Une première course entièrement de jour à Bahreïn

Une première course entièrement de jour à Bahreïn
Charger les commentaires