WEC
22 févr.
-
23 févr.
Événement terminé
18 mars
-
20 mars
Prochain événement dans
22 jours
23 avr.
-
25 avr.
Prochain événement dans
58 jours

Toyota est "à nouveau compétitif, c'est le plus important"

partages
commentaires
Toyota est "à nouveau compétitif, c'est le plus important"
Par :
, Motorsport.com Switzerland
24 juil. 2016 à 07:29

Quelques semaines après la terrible désillusion du Mans, Pascal Vasselon, le directeur technique de Toyota, veux garder le positif, à savoir le retour aux affaires du constructeur japonais après une année 2015 compliquée.

#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Pascal Vasselon
Stephane Sarrazin, Sebastien Buemi et Pascal Vasselon, Directeur Technique Toyota Racing
John Steeghs et Pascal Vasselon (Toyota)
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Pascal Vasselon
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid : Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
Pascal Vasselon
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Anthony Davidson, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima

E.R., Nürburgring - Pascal Vasselon s'est entrenu avec Motorsport.com à l'issue de la séance qualificative en vue des 6 Heures du Nürburgring, où les Toyota TS050 se sont classées 5e et 6e derrière les Audi et les Porsche.

Ce n'est certainement pas la première fois que l'on vous pose la question, mais comment aborde-t-on une course comme celle-ci quelques semaines après ce qui s'est passé au Mans ?

Disons qu'il n'y a pas de recette miracle. Le message qui est très bien passé dans le team après Le Mans, c'est d'accepter que ça fait mal, et que l'on ne va pas l'oublier tout de suite. Il est clair que l'on ne peut pas demander aux gens d'oublier. En revanche, le message qui passe bien c'est que, cette année, on est redevenus compétitifs. L'année dernière, nous étions largués, et nous aurions pu être largués définitivement car nous n'opérons pas avec les mêmes niveaux de ressources, et que cela aurait pu être amplifié. Et bien non ! Nous avons réussi à revenir, nous sommes compétitifs, et ça c'est important. Et c'est parce que l'on a été compétitifs que l'on a le plaisir d'être déçus de ne pas avoir gagné Le Mans (rires).

L'année dernière, nous étions largués, et nous aurions pu être largués définitivement car nous n'opérons pas avec les mêmes niveaux de ressources, et que cela aurait pu être amplifié. Eh bien non ! Nous avons réussi à revenir.

Pascal Vasselon.

En fait, le tout premier objectif était d'être compétitif, et l'équipe s'est relancée sur cette dynamique-là. Celle de se dire "on est déçus, cela fait mal, mais on est compétitifs, et cela veut dire qu'il y a un futur et que l'on va pouvoir se battre pour gagner". Ce qui est agréable pour une équipe, ce sont ces week-ends de course où il y a cette dynamique, qui n'existe pas lorsque l'on n'est pas compétitifs. Et nous sommes à nouveau dans cette dynamique, c'est comme ça que l'équipe s'est relancée. Voilà comment l'on approche cette course, en se disant "on va bien s'amuser".

Justement, si le manque de compétitivité s'était répété cette saison, cela aurait-il pu menacer le programme Toyota WEC en lui-même à plus long terme ?

Pas directement. Nous n'avons jamais reçu d'ultimatum de la sorte, mais cela aurait été grave, c'est certain. Ne pas être compétitifs cette année, cela aurait été grave. Deux ans de suite, ça fait beaucoup. Notre objectif cette année n'a jamais été de gagner Le Mans, jamais. Mais celui de redevenir compétitifs, et ça, nous l'avons réalisé.

Pouvez-vous revenir sur les raisons précises qui ont amené cet abandon dans les dernières minutes au Mans ?

C'est un problème de qualité sur un collage d'une pipe qui va entre l'intercooler côté gauche et le turbo côté gauche. Cette pipe est un collage carbone-aluminium, et le collage a souffert d'un défaut de préparation, et le collage s'est décollé dans le dernier tour.

Vous arrivez sur le Nürburgring avec un nouveau package "hautes charges aéro", est-on loin de ce que vous avez utilisé à Silverstone ?

Oui et non. Oui dans les chiffres, non dans la "famille". Le package est vraiment dans le concept de la voiture de cette année, c'est une déclinaison de ce que nous alignons cette saison. Mais dans les chiffres, on est assez loin dans le sens où l'on a significativement plus d'appuis ici qu'à Silverstone.

Ce sera a priori le même package pour les manches restantes de la saison ?

C'est sûr que ce sera le même à Mexico, ensuite nous verrons. L'avantage est que cette carrosserie nous permet de balayer une fenêtre assez large, on va donc couvrir toutes les courses avec ce package. Pas forcément dans la version d'ici qui est la version appui maximal, mais nous devrions finir l'année avec cela.

Est-il possible d'estimer le temps de développement d'un package comme celui-ci ?

C'est très difficile. C'est en fait une rotation : on a des premières séances de soufflerie qui aboutissent à un premier package, qui est le moins abouti. Ensuite on travaille beaucoup sur Le Mans, puis on revient dessus. Il n'y a pas de période déterminée où l'on ne fait que cela, ce sont des choses qui sont faites en parallèle de notre développement.

Pour reparler de ce week-end du Nürburgring, comment jugez-vous les performances des TS050 et vos chances pour la course ?

Cette piste-là n'est pas celle qui nous convient le mieux. C'est une piste qui a besoin d'énormément d'appui et, même si on a fait un pas en avant, on n'est probablement pas encore où nous voulons être, je pense qu'il nous en manque un petit peu. Ce n'est certainement pas notre piste préférée, comme peuvent l'être Shanghai, Bahreïn ou Fuji, là on est peut-être un peu en marge de notre point de fonctionnement. Nous sommes assez satisfaits des Essais Libres 3, et nous avons pris des options pour la course qui font que nous avons sacrifié la qualification, mais globalement nous sommes assez satisfaits de notre séance. J'aurais du mal à prédire un résultat de course, mais j'espère que l'on va s'amuser et que l'on sera en lutte avec les autres.

Vous demeurez donc confiant pour la course…

Oui, oui ! C'est clair que l'écart que nous avons vu là n'est pas le vrai. Je ne pense pas que nous aurions été en pole, mais nous n'aurions pas été à 1,3 seconde.

Article suivant
Emmanuel Collard - "Il ne faut pas crier victoire"

Article précédent

Emmanuel Collard - "Il ne faut pas crier victoire"

Article suivant

Dominé en qualifications, Toyota croit en ses chances en course

Dominé en qualifications, Toyota croit en ses chances en course
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Nürburgring
Lieu Nürburgring
Équipes Toyota Racing
Auteur Emmanuel Rolland