Toyota ne va "pas interférer" entre ses deux voitures à Bahreïn

Toyota promet un "combat équitable" entre ses deux équipages, en lice ce week-end pour le titre mondial de WEC à l'occasion de la dernière manche du championnat, à Bahreïn.

Avant cette finale, sept points seulement séparent les pilotes de la Toyota #8 (Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Brendon Hartley) de ceux de la Toyota #7 (Mike Conway, Kamui Kobayashi, José María López). Les deux TS050 Hybrid seront en piste pour faire leurs adieux à la compétition, mais seront également les deux seules représentantes d'une catégorie LMP1 historiquement réduite à peau de chagrin. Rebellion a mis fin à son programme à l'issue des 24 Heures du Mans en septembre, tandis que Ginetta et ByKolles sont également absents. Paradoxalement, c'est ce scénario qui offre à Toyota la possibilité d'assurer l'équité entre les deux côtés du garage, particulièrement sur le plan stratégique.

"C'est la première fois que nous n'avons pas de concurrent direct, et cela signifie que que nous avons des objectifs différents", précise Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota. "L'objectif de l'équipe est de fournir deux voitures très fiables et de ne pas interférer en course. Nous laisserons chaque auto faire sa propre course et optimiser sa stratégie. Nous voulons vraiment un combat équitable, sans aucune interférence de l'équipe. Ce que nous avons changé, c'est que pour cette course, nous ne demanderons pas à une voiture d'adopter une certaine stratégie ou un certain choix de pneus afin d'optimiser le résultat de l'équipe."

En revanche, deux principes établis de longue date demeurent en place : si les deux voitures sont proches en piste, la plus lente devra s'écarter, et une fois le dernier arrêt au stand effectué, les positions seront gelées.

Lire aussi :

Les deux équipages se présentent sur le circuit de Sakhir avec un niveau de performance théorique différent, puisque le système de "success handicap" touche la voiture des leaders du championnat. Ainsi, les performances de la Toyota #8 seront réduites à hauteur de 0"54 au tour. Pour Kazuki Nakajima, ce désavantage sera difficile à surmonter. "Nous savons que ce sera difficile, mais nous ferons de notre mieux", confie le Japonais au micro de Motorsport.com. "La voiture #7 a réussi à le faire à Spa [au mois d'août], alors nous verrons bien."

La situation comptable est facilitée par le barème des points de cette manche, qui attribuera 38 unités au vainqueur et 27 au second en raison de sa durée exceptionnelle de huit heures. Ainsi, l'auto qui l'emportera dimanche sera automatiquement sacrée devant la voiture-sœur, et le point de la pole position n'aura aucune incidence.

Les premiers essais libres doivent avoir lieu à Bahreïn ce jeudi en fin de journée, avant deux autres séances vendredi, suivies des qualifications. Le départ de la course sera donné samedi à midi.

Propos recueillis par Gary Watkins

partages
commentaires
Dix pilotes que Peugeot devrait envisager pour son retour en 2022
Article précédent

Dix pilotes que Peugeot devrait envisager pour son retour en 2022

Article suivant

EL1 - Premier galop d'essais avant la finale à Bahreïn

EL1 - Premier galop d'essais avant la finale à Bahreïn
Charger les commentaires