Toyota a réglé ses problèmes rencontrés au Mans

Toyota a travaillé sur la compréhension et la résolution des problèmes de fiabilité qui lui ont fait vivre une fin de course très stressante lors des 24 Heures du Mans.

Toyota a réglé ses problèmes rencontrés au Mans

Toyota a identifié et résolu le problème de pression d'essence qui a bien failli lui coûter la victoire aux 24 Heures du Mans en août dernier. La solution trouvée sera mise en place dès ce week-end pour la suite du championnat, qui a rejoint Bahreïn pour deux manches consécutives clôturant la saison. 

Dans la Sarthe il y a deux mois, le problème survenu en course avait forcé Toyota à faire preuve d'imagination pour trouver une alternative permettant à ses deux Hypercars de signer le doublé, l'une étant clairement plus affectée que l'autre avec des relais très courts. Un mélange de particules de polyuréthane et de graisse obstruait le filtre à carburant sur les deux GR010 Hybrid. 

Toyota était arrivé au Mans après avoir déjà rencontré des soucis d'un ordre similaire à Monza au mois de juillet. Ils étaient alors dus à une contamination du système utilisé pour conditionner le carburant dans les stands : des particules d'oxyde d'aluminium, combinées à la graisse provenant du connecteur de la buse de ravitaillement, avaient cette fois bloqué le filtre.

"Quand nous avons trouvé après Monza ces particules d'oxyde d'aluminium dans le carburant, nous étions convaincus d'avoir découvert le problème", explique le directeur technique de Toyota, Pascal Vasselon. "Au Mans, c'était un phénomène très complexe."

Le Français a expliqué qu'au Mans, la poche de carburant située dans le réservoir s'affaissait au fur et à mesure que le niveau d'essence baissait, provoquant des frottements avec les parois internes et agglomérant ainsi des particules de polyuréthane. Avec la graisse provenant des connecteurs de ravitaillement, ces particules ont bouché le filtre et affecté la pression d'essence. 

Pour régler le problème, Toyota a modifié le reniflard du système de carburant, qui était en grande partie identique à celui de la TS050 LMP1, et utilisera de nouvelles poches dans le réservoir. 

"Avec la LMH, le débit de carburant est beaucoup plus élevée, car la puissance moteur l'est aussi et l'efficacité du moteur est moins importante", précise Pascal Vasselon. "La vitesse à laquelle le carburant quitte le réservoir est désormais beaucoup plus importante, et le reniflard était trop petit."

Le WEC lance se jeudi le sprint final de son championnat avec les premiers essais libres des 6 Heures de Bahreïn, qui auront lieu samedi. Le plateau restera ensuite sur place pour disputer la semaine prochaine, sur le même tracé, les 8 Heures de Bahreïn en guise de finale de la saison.

Propos recueillis par Gary Watkins

partages
commentaires
Au Mans, resurfaçage partiel dans les Hunaudières
Article précédent

Au Mans, resurfaçage partiel dans les Hunaudières

Article suivant

Toyota et Alpine ouvrent le bal sans Glickenhaus à Bahreïn

Toyota et Alpine ouvrent le bal sans Glickenhaus à Bahreïn
Charger les commentaires