Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2

Toyota en appelle au ralentissement des LMP2, qui ont surclassé la nouvelle Hypercar lors des essais officiels organisés en vue de la manche d'ouverture du championnat, cette semaine.

Toyota souhaite un nouveau ralentissement des LMP2

À l'issue du Prologue de deux jours qui s'est tenu à Spa et au cours duquel la plus rapide des Toyota GR010 HYBRID a été battue d'une demi-seconde par la meilleure LMP2, Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota Gazoo Racing Europe, estime que l'équilibre entre les nouvelles Hypercar et les LMP2 doit être "revu". Lorsqu'il lui est demandé si des changements lui semblent nécessaires, il répond en effet : "Je pense qu'il n'y a pas le choix. Je ne pense pas que l'objectif était d'avoir ce genre de stratification."

Le responsable français fait ici référence à un objectif de performance abaissé pour les voitures de la catégorie LMH par rapport à celles de l'ancien règlement LMP1. Au moment de sa conception, l'Hypercar devait augmenter de cinq secondes les temps au tour sur les circuits habituels du WEC, ce qui signifie que les LMP2 ont dû être ralenties pour se positionner derrière les nouvelles voitures de la catégorie reine.

Lire aussi :

Le rythme affiché par les Toyota lors du Prologue a été, selon Pascal Vasselon, conforme à ces prévisions. Il estime toutefois que l'équilibre à trouver entre les Hypercars et les LMP2 reste un travail en cours, en dépit des nouveaux changements annoncés début avril pour les prototypes de la deuxième catégorie.

Le plan initial pour ralentir les LMP2 impliquait en effet de réduire la puissance de 30 kW, soit 40 chevaux, et de les faire rouler avec des pneus plus durs. Mais les prototypes de la catégorie ont finalement été soumis à une nouvelle réduction de puissance de 20 kW, soit 25 chevaux, ainsi qu'à une augmentation du poids minimum, qui passe de 930 à 950 kg. Et il a également été décidé que les voitures devraient rouler avec un kit aéro unique en configuration Le Mans pour toutes les courses de la saison.

"Il est clair que l'objectif n'était pas d'avoir des LMP2 plus rapides que les voitures de la catégorie Hypercar", reprend Pascal Vasselon. "Il y avait une volonté claire de corriger cela. C'est juste que la correction doit être revue."

#26 G-Drive Racing Aurus 02 - Gibson: Roman Rusinov, Franco Colapinto, Nyck de Vries

Le directeur technique de Toyota ne fait pas de suggestions quant aux mesures qui pourraient être prises pour ralentir les LMP2, ni à ce que les courts délais précédant la course de cette semaine peuvent permettre de faire. "C'est typiquement une question pour l'ACO et la FIA, je ne peux pas répondre à cette question", souligne-t-il.

Vasselon juge cependant qu'il sera difficile d'améliorer les performances des GR010. Accorder plus de puissance aux Toyota dans le cadre de la règle de BoP n'est pas envisageable pour cette première épreuve, indique-t-il. "Il y a peut-être la possibilité de courir avec plus de puissance, mais nous n'avons pas validé ce niveau de puissance. Nous pourrions probablement faire plus, mais nous serions alors en territoire inconnu : ce n'est pas quelque chose que nous appliquerions à très court terme."

Pour Vasselon, les caractéristiques du circuit de Spa pourraient faire de cette première manche une "aberration" en ce qui concerne l'impact qu'aura l'introduction du kit aéro à faible appui sur les LMP2. "On s'attendait à ce que ce passage au package à faible appui augmente l'écart, mais il est possible qu'à Spa ça ne soit pas autant le cas que prévu."

Nyck de Vries, qui est par ailleurs le pilote de réserve de Toyota, a signé le meilleur temps du Prologue au volant d'une des ORECA-Gibson 07 alignées par G-Drive Racing. Face à son chrono de 2'04"168, le tour bouclé en 2'04"669 par Sébastien Buemi, le plus rapide parmi les Toyota, fait pâle figure. La #8 s'est grâce à lui classée quatrième au classement combiné, meilleure Hypercar derrière trois LMP2. Les LMP2 se sont montrées les plus rapides lors de trois des quatre séances organisées sur ces deux jours, avant que Buemi ne domine la quatrième demi-journée en réalisant un run avec peu de carburant à bord.

Quant à l'Alpine-Gibson A480, une LMP1 Rebellion R-13 rebadgée, engagée dans la catégorie Hypercar avec une performance réduite, elle a obtenu un meilleur temps de 2'05"230 aux mains de Matthieu Vaxiviere. Il s'agit de la seule voiture qui affrontera les Toyota dans la catégorie reine du WEC à Spa-Francorchamps, en l'absence de l'équipe Glickenhaus qui rejoindra le championnat en juin.

#36 Alpine Elf Matmut Alpine 480 Gibson: Andre Negrao, Nicolas Lapierre, Matthieu Vaxiviere

partages
commentaires
Les LMP2 résistent au sursaut de la Toyota de Buemi
Article précédent

Les LMP2 résistent au sursaut de la Toyota de Buemi

Article suivant

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive
Charger les commentaires