Toyota - Stabiliser les constructeurs engagés en LMP1 est prioritaire

partages
commentaires
Toyota - Stabiliser les constructeurs engagés en LMP1 est prioritaire
Par : Basile Davoine
16 janv. 2017 à 08:45

Si l'espoir de voir un constructeur supplémentaire arriver en LMP1 est entretenu, Toyota se félicite de voir des décisions être prises d'abord pour sécuriser la présence des acteurs déjà engagés.

#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi
Pascal Vasselon, directeur technique Toyota Racing, Fritz Enzinger, vice-président LMP1, Porsche Team
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Earl Bamber
#8 Audi Sport Team Joest Audi R18: Lucas di Grassi, Loic Duval, Oliver Jarvis
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Romain Dumas, Neel Jani, Marc Lieb
#5 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima, Anthony Davidson
#1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Mark Webber, Brendon Hartley
#6 Toyota Racing Toyota TS050 Hybrid: Stéphane Sarrazin, Mike Conway, Kamui Kobayashi

Quelques semaines après l'annonce du retrait d'Audi, désormais effectif, l'ACO et la FIA ont annoncé le gel de la réglementation technique du LMP1. Alors que de nouvelles règles étaient attendues pour 2018, elles ont été reportées, assurant la stabilité technique pour les deux prochaines saisons.

Porsche et Toyota sont désormais les deux seuls constructeurs engagés dans la catégorie, tandis que l'espoir de voir une troisième marque s'engager dans le futur reste pour le moment au stade de l'imaginaire. Peugeot joue au chat et à la souris et envoie des messages pouvant parfois laisser croire à un retour, mais les conditions fixées par le Lion sont à l'heure actuelle loin d'être remplies.

Néanmoins, dans un championnat qui a perdu un poids lourd de la trempe d'Audi, présent en Endurance durant dix-huit années consécutives, la priorité était de sécuriser les constructeurs déjà présents, notamment via le gel du règlement technique.  

"C'est quelque chose qui est vertueux pour nous", confirme à Motorsport.com Pascal Vasselon, directeur technique de Toyota. "Je crois qu'à un moment donné, avant de se préoccuper des possibles arrivants, il faut d'abord se préoccuper que les gens en place soient stables. Donc pour nous, c'est clair que le fait que l'on ait différé la nouvelle réglementation est favorable. Ça nous permet de mieux nous préparer, compte tenu de nos ressources."

"Après, je pense que pour un nouvel arrivant, ça ne peut être que favorable, dans la mesure où c'est quand même moins difficile de venir avec deux systèmes hybrides que trois, et de venir dans un cadre où le maximum est à 8 MJ plutôt que 10."

Réduire les coûts reste crucial

La croisade qu'il faut continuer à mener, et qui conditionnera elle aussi de possibles engagements nouveaux, concerne la réduction des coûts. Toyota se montre proactif sur le sujet, avec des solutions qui sont discutées au sein des groupes de travail avec l'ACO et la FIA. Étudiée depuis un petit moment déjà, l'option de mettre en place des jetons de développement comme ce fut le cas en F1 ces trois dernières années est toujours d'actualité.

"De notre côté, il est certain que notre objectif est d'orienter les budgets du WEC à la baisse, pas seulement la stabilisation, mais à la baisse", insiste Pascal Vasselon. "Il y a un certain nombre de solutions que l'on est en train de discuter avec l'ACO et la FIA. Une de ces mesures est bien sûr la mise en place d'un système de jetons, d'unités de développement, et c'est quelque chose qui est toujours dans l'agenda."

Prochain article WEC
Toyota libère Buemi pour l'ePrix de Mexico

Previous article

Toyota libère Buemi pour l'ePrix de Mexico

Next article

Manor vise le LMP1 avec Ginetta en 2018

Manor vise le LMP1 avec Ginetta en 2018

À propos de cet article

Séries WEC
Équipes Toyota Racing
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités