Tréluyer : "J’espère faire du GT et du Rallycross"

Le Normand, ancien officiel LMP1 chez Audi, poursuit sa collaboration avec la marque aux anneaux. Entre le GT, ses envies de rallycross et peut-être, son absence au Mans, Benoît Tréluyer s'est confié à Motorsport.com.

Sans programme LMP1 depuis la fin de l'aventure Audi, le Normand Benoit Tréluyer n'a pas chômé cet hiver. Trophée Andros, moto sur glace étaient au programme, sans oublier la préparation de la saison à venir. S'il ne cache pas ses envies de courir en GT3 avec WRT, à 40 ans, l'Alençonnais ne ferme pas la porte à d'autres expériences. Il en donne quelques détails à Motorsport.com.

Pouvez-vous nous raconter cette fin de saison chez Audi, en LMP1. Comment s’est passée la fin du programme ?

On avait tous envie de bien faire pour les dernières courses, on a accéléré le processus de développement pour la fin du championnat, comme on n’avait plus rien à perdre. Tout s’est très bien passé. On a vraiment fait ce qu’on pouvait pour gagner. On avait une motivation en plus, on a essayé de bien faire, et la victoire de la voiture sœur a été une belle satisfaction, sans oublier l’émotion, qui est venue s’ajouter !

André Lotterer, votre ancien équipier, a réussi à vite retrouver un volant chez Porsche. De votre expérience de pilote, quelles pourraient être les difficultés auxquelles il devra faire face ?

On savait qu’il s’entendait bien avec Porsche, et que si Audi arrêtait ça le tentait bien. Ça ne m’a qu’à moitié surpris, d’autant qu’il m’a appelé pour savoir ce que j’en pensais. André est encore jeune, il peut encore prouver des choses en Endurance. Ça lui tient à cœur de le faire, et je pense qu’il s’est dépêché de signer avec Porsche. Si je suis bien égoïste, j’aurai préféré qu’il reste chez Audi, qu’on fasse encore des choses ensemble. C’est bien qu’il continue en LMP1, il a encore de belles choses à faire.

Chez Audi, avec Marcel Fässler, c’est vrai qu’on formait un équipage soudé. Forcément, il va essayer de retrouver ça, ce qu’on a vécu tous les trois pendant sept ans, ce sera difficile à retrouver. Je pense que ça peut être le souci. Au début, il aura peut-être envie de comparer. Après, il connait bien Neel [Jani], ça devrait très bien se passer ! Je ne me fais pas de soucis pour André.

De votre côté, vous avez des pistes pour les 24 Heures du Mans ?

Pas pour le moment. Ce n’est pas que je n’ai pas envie de faire Le Mans, mais si je le fais, c’est pour gagner. Pour le moment, l’opportunité ne s’est pas présentée. Peut-être pas tout de suite. Je vais peut-être prendre une année sabbatique du Mans !

Vous vous êtes également essayé à la glisse en Trophée Andros, comme cela s'est-il passé ?

Très bien dans l'ensemble ! La course qui a été difficile pour moi, c’est celle d’Isola 2000, à part celle-ci, tout s’est bien passé. En fait, il ne faut pas rater ses qualifs. C’est un exercice un peu difficile, et le manque d’expérience fait que, parfois, sur les quatre tours alloués, c’est particulier, personne n’a le même style. Il faut trouver sa façon de piloter. 

Que retirez-vous de cette expérience ?

Ça apporte toujours quelque chose, toutes les expériences sont bonnes à prendre, que ce soit pour le style de pilotage. Il y a toujours des choses à tirer. Il faut oser faire des choses différentes, et même des sports différents. Je suis persuadé que plus on multiplie les expériences, mieux c’est. D'autant que j'ai toujours aimé la glisse. Plus jeune, j'achetais de vieilles voitures, et j'allais glisser dans les champs !

Pourrait-on vous voir en Rallycross cette saison ?

Cela fait partie de mes envies, pour l’instant il n’y a rien de fait. Loin de là même. Pour l’instant, j’avance doucement sur ce que j’aimerais faire. Le Rallycross en fait partie. Maintenant, dire si je pourrais faire un programme complet ou non, c’est autre chose, mais le Rallycross m’intéresse vraiment.

En savez-vous plus sur votre programme 2017 ?

Pour le moment, je n’en sais pas plus. Je suis encore un peu dans le vague. Je reste pilote Audi, et j’espère faire du GT, et au moins des essais en Rallycross. J’aimerais vraiment faire du GT avec le Team WRT (son équipe en Andros, NDLR), si possible. Pourquoi pas avec un autre team, si l’opportunité se présente, mais dans tous les cas, avec une Audi.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WEC , Blancpain Endurance
Pilotes Benoit Tréluyer
Équipes Team Joest , Belgian Audi Club Team WRT
Type d'article Interview