Vergne : "Un podium, ce serait bien !"

partages
commentaires
Vergne :
Par : Basile Davoine
5 mai 2017 à 11:00

Pour sa deuxième course de la saison en LMP2, et avant de découvrir Le Mans le mois prochain, Jean-Éric Vergne vise un week-end sans faute avec Manor à Spa-Francorchamps, avec si possible un podium à la clé.

#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
Jean-Éric Vergne, CEFC Manor TRS Racing
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor TRS Racing Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor TRS Racing Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor TRS Racing Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
#24 CEFC Manor TRS Racing Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne
Jean-Éric Vergne, CEFC Manor TRS Racing
#24 CEFC Manor TRS Racing Oreca 07 Gibson: Tor Graves, Jonathan Hirschi, Jean-Éric Vergne

B.D., Spa-Francorchamps - C'est à Silverstone, il y a trois semaines, que Jean-Éric Vergne a fait ses grands débuts en WEC. Le Français n'avait pas pu découvrir l'ORECA 07 lors du Prologue de Monza, en raison d'un clash de calendrier avec la Formule E, et s'est donc plongé dans le grand bain lors de la manche d'ouverture. Une première plutôt réussie, qui s'est conclue avec une neuvième place à l'arrivée, la sixième dans la catégorie LMP2. 

Fort de cette expérience, Vergne entend poursuivre son apprentissage de la discipline ce week-end à Spa-Francorchamps. Sur un tracé qu'il connaît très bien, il continue le travail entamé avec ses coéquipiers Jonathan Hirschi et Tor Graves, avec des essais libres qui se sont déroulés sans problème majeur jusqu'à présent. "On travaille un peu plus sur les [longs] relais, l'équilibre de la voiture en règle générale", explique Vergne à Motorsport.com.

"Je pense que j'ai beaucoup travaillé avant la première course, et entre Silverstone et ici pour essayer d'avoir tout sous contrôle", ajoute-t-il. "Ce serait un peu grosse tête de dire que j'ai tout compris, il y a toujours en Endurance des petites choses à comprendre."

"Je pense que le gros point de l'Endurance, c'est de prendre de l'expérience. L'expérience, je pense que ça fait tout dans ce genre de course. Tourner le volant, je sais que je peux le faire, aller vite en qualifs, je sais que je peux le faire aussi, mais après, sur toute une course, avec un équipage, ce sont plein de choses qu'il faut continuer à apprendre. En Endurance, je pense que même un pilote comme Stéphane Sarrazin, qui a des années et des années d'expérience, continue à apprendre des petites choses."

Dans une catégorie LMP2 relevée, l'ancien pilote Toro Rosso en F1 rappelle qu'il est "toujours très compliqué de se fixer des objectifs". Il est donc essentiel de se concentrer sur la réalisation d'un week-end avec "zéro erreur". Ce qui n'empêche pas de garder des ambitions élevées : "Je pense que l'objectif est d'essayer de faire un week-end propre, avec de la performance, de bien se préparer à la course. Un podium, ce serait bien !"

"Le Raidillon se passe à fond"

Fort d'un parcours reconnu en monoplace, Jean-Éric Vergne a désormais un toit au-dessus de la tête. Mais il arrive dans une catégorie LMP2 qui a fait sa mue durant l'hiver, et propose désormais aux concurrents des prototypes aux performances très relevées. Celui qui a rejoint le team Manor, mis sur pied par les inamovibles Graeme Lowdon et John Booth, n'y boude pas son plaisir. "Je pense que ça doit être une des voitures qui ressemble le plus à la F1, avec la 3.5, sauf que c'est fermé", précise-t-il. "Je suis plutôt impressionné par les performances de la P2, c'est très sympa."

Circuit aimé par tous les pilotes, le toboggan des Ardennes n'est pas une découverte pour lui, qui a limé le bitume belge dans bien des catégories au cours de sa carrière : "Je pense que j'ai fait Spa dans toutes les catégories, la meilleure étant évidemment la F1, mais on prend toujours énormément de plaisir à y rouler, dans n'importe quelle voiture : en 2 Litres, en F3, en 3.5, en F1, en P2, avec une Ferrari 488. J'ai roulé un peu avec tout !"

Un tracé avec comme passage de bravoure le fameux Raidillon, qui peut se passer pied au plancher avec les LMP2. "Le Raidillon se passe à fond, pas facile, mais ça passe !" confirme Vergne, qui y voit aussi une possibilité de faire la différence en course : "En qualifs, tout le monde sera à fond. Mais dès qu'on aura de l'essence, des pneus un peu plus usés, le trafic, là on va pouvoir faire une différence, car celui qui ressort 5 km/h plus vite en haut du Raidillon, avec toute la ligne droite qu'il y a à tenir derrière, ça fait beaucoup de temps."

Prochain article WEC
Le WEC réfléchit à une course finale de plus de six heures

Previous article

Le WEC réfléchit à une course finale de plus de six heures

Next article

EL3 - Toyota place ses pions avant les qualifications

EL3 - Toyota place ses pions avant les qualifications

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Spa-Francorchamps
Lieu Spa-Francorchamps
Pilotes Jean-Éric Vergne
Équipes Manor Motorsport
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités