Kristoffersson juge l'aide de Solberg "inestimable"

Le Suédois, en passe de devenir le nouveau roi de Bretagne avec une seconde victoire de suite à Lohéac, domine Petter Solberg cette année mais rend hommage à son équipier et patron.

Kristoffersson juge l'aide de Solberg "inestimable"
Le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Petter Solberg, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Podium : le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi, en tête
Le vainqueur Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, le deuxième Petter Solberg, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi

En réalité, seul Sébastien Loeb est parvenu à menacer Johan Kristoffersson ce dernier week-end, en remportant devant lui leur série commune (et la manche elle-même) en Q2 puis terminant en dauphin du Suédois sur chacune des trois autres courses dans lesquelles ils se sont affrontés (en troisième et quatrième manches puis lors de la finale).

Le terrain gras de la deuxième journée, dimanche, a d'ailleurs peut-être été une aide pour Kristoffersson. D'abord parce que la Peugeot 208 de Loeb est en général moins fringante dans ces conditions – même si l'Alsacien a admis que cela s'était mieux passé cette fois sous la forte pluie –, ensuite parce que sa Polo s'y est montrée elle aussi meilleure que de coutume.

"Je ne me suis jamais senti aussi à l'aise avec la voiture sur le mouillé. Hier [samedi], le soleil brillait, la piste était sèche et Loeb était assez proche de nous, mais aujourd'hui, l'équipe a tout simplement fait du travail fantastique sur le set-up", a expliqué Kristoffersson.

"S'il y a un domaine dans lequel nous avions besoin de trouver quelque chose sur la Polo, c'était sur le mouillé, et je dois tirer mon chapeau à cette équipe – elle l'a fait. Je sais que certains pensent que je remercie beaucoup les gens de l'équipe, mais ils méritent d'être connus – ce sont les meilleurs."

Alors que l'équipe de Petter Solberg reste sur une série de six victoires, Kristoffersson n'en a laissé qu'une parmi celles-ci, à Lydden Hill, à son équipier qu'il a plus encore dominé que d'habitude en France. En plus d'admettre l'argument favorable des conditions, celui que l'on peut sans doute qualifier de futur Champion du monde explique que l'apport du Norvégien dans sa réussite va plus loin que le simple rôle de patron.

"La météo était de mon côté et je suis chanceux d'avoir un équipier aussi expérimenté que Petter, dont je peux tirer un avantage – ses informations ont une valeur inestimable", a-t-il poursuivi. "Bien sûr, c'est toujours facile quand on a deux pilotes qui poussent l'un l'autre et apprennent l'un de l'autre, mais le travail d'équipe de tout le monde chez PSRX Volkswagen Sweden est quelque chose que l'argent n'achète pas."

L'équipe avant tout

Ces derniers mots pourraient donner du grain à moudre aux esprits (chagrins ?) jugeant que Volkswagen Motorsport a engagé des moyens incomparables avec ceux de ses concurrents cette année. Quant à se considérer comme déjà titré, Kristoffersson refuse de rentrer dans ce jeu-là en insistant sur le fait que la stratégie commune avec Solberg (son dauphin à 46 points) ne changera pas et que là n'est de toute façon pas l'objectif numéro un.

"Nous menons maintenant le classement équipes de 112 points et bien sûr, c'est la principale priorité, mais nous continuons de travailler dur et j'espère que les victoires des pilotes continueront en même temps."

Un scénario réaliste, et sans aucun doute idéal pour lui, serait de voir l'équipe titrée lors de la prochaine manche, en Lettonie, puis lui dès la suivante et avant-dernière de la saison, en Allemagne...

partages
commentaires
Loeb : Cette fois, nous étions dans la lutte avec Volkswagen

Article précédent

Loeb : Cette fois, nous étions dans la lutte avec Volkswagen

Article suivant

Ekström aurait voulu faire un peu mieux encore

Ekström aurait voulu faire un peu mieux encore
Charger les commentaires