Loeb : "Nous aimons être des compétiteurs corrects"

partages
commentaires
Loeb :
Par : Jean-Philippe Vennin
24 avr. 2017 à 14:01

Après un début de saison difficile à Barcelone, le Français de Peugeot-Hansen a été rapide tout le week-end au Portugal et n'a pas été loin de prendre le dessus sur Mattias Ekström dans le dernier tour de la finale.

Sébastien Loeb, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Sébastien Loeb, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Podium : le vainqueur Mattias Ekström, EKS, Audi S1 EKS RX Quattro, le deuxième Sebastien Loeb, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX, le troisième Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo GTi
Sebastien Loeb, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX, Janis Baumanis, STARD, Ford Fiesta, Martin Kaczmarski, Ford Fiesta
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
La voiture de Timmy Hansen, Team Peugeot-Hansen, Peugeot 208 WRX
Kevin Hansen, Team Peugeot-Hansen Academy, Peugeot 208 WRX
Kevin Hansen, Team Peugeot-Hansen Academy, Peugeot 208 WRX

Premier des non-Volkswagen après les deux manches qualificatives d'ouverture, samedi soir, Sébastien Loeb a connu un coup d'arrêt en Q3 en trouvant Kevin Eriksson en perdition devant lui, avant de retrouver le rythme en Q4 pour revenir en quatrième position avant les demi-finales derrière Petter Solberg, Mattias Ekström et Johan Kristoffersson.

Deuxième de la sienne derrière Ekström, Loeb a suivi celui-ci dans le tour Joker aussitôt après le départ en finale, une stratégie qui allait s'avérer payante face à des Polo moins à leur affaire que durant le reste du week-end. Resté dans le sillage du pilote Audi et se retrouvant en lice pour la victoire, Loeb a exercé une grosse pression sur le leader dans le dernier tour – mais sans succès.

"Il est très difficile de dépasser ici, et Mattias sait exactement comment ne pas se faire dépasser", a-t-il déclaré juste après l'arrivée. "Bien sûr, dans le dernier tour, je me suis rapproché tout près de lui et je pense que j'étais plus rapide. J'ai essayé de me glisser à l'intérieur et le dernier virage a été un beau moment, mais il a fait un travail incroyable et c'était impossible de passer."

Certains ont pu penser que Loeb n'avait peut-être pas été incisif que d'autres, comme son équipier Timmy Hansen, auraient pu l'être, notamment dans ce dernier virage à droite serré avant l'enchaînement qui mène à l'entrée de la ligne droite. Mais l'Alsacien assumait totalement ce comportement.

"C'était une finale géniale", a-t-il repris un peu plus tard. "À la fin, j'ai pu voir que Mattias avait fait une petite erreur, et j'ai essayé de tirer le meilleur de cette opportunité et me rapprocher le plus que je pouvais. On s'est retrouvé côte à côte mais j'aurais dû attaquer trop fort pour passer, cela n'aurait pas été bien. Comme l'a dit Mattias, nous aimons être des compétiteurs honnêtes et il a fait du très bon boulot, donc il mérite cette victoire."

"J'étais le plus rapide en finale"

Le risque aurait été aussi de terminer sur une note négative un week-end jusque-là réussi et synonyme de retour aux affaires après le désastre de Barcelone où Loeb n'avait inscrit que trois petits points – contre 23 au Portugal, soit autant que Solberg et Kristoffersson et six de moins qu'Ekström.

"Ce premier podium de la saison fait vraiment plaisir", a-t-il commenté. "En ce qui me concerne, j’avais mal commencé la saison. Il était impératif de redresser la situation sur cette deuxième manche. Notre rythme a été de mieux en mieux tout au long du week-end. Malheureusement, comme à Barcelone, j’ai connu une Q3 très frustrante. Je me suis retrouvé bloqué par un concurrent qui est parti en tête-à-queue juste devant moi [Eriksson, ndlr]. Ça m’a coûté cher. Sans ça, je serais parti en pole lors de la demi-finale et ça aurait pu changer la donne car j’étais le plus rapide en finale. Quoiqu’il en soit, je marque 23 points et ça fait du bien !"

Troisième en demie et quatrième en finale en ayant suivi à chaque fois le sillage et la stratégie de son équipier français, mais en n'ayant pu empêcher Kristoffersson de ressortir entre eux du tour Joker en finale, Timmy Hansen a quant à lui engrangé 16 points qui lui valent de remonter à la quatrième place du championnat alors que Peugeot-Hansen s'est rapproché des leaders.

"Nous avons à nouveau réalisé un week-end solide avec les deux voitures en finale", a déclaré le vice-Champion du monde 2015. "Malheureusement je n’ai pas toujours été en mesure de montrer ma véritable pointe de vitesse. J’ai été ralenti plusieurs fois par des pilotes plus lents en qualifs. Cela m’a amené à être très offensif. J’ai doublé cinq concurrents. C’est bien pour le spectacle, mais c’est malheureusement pénalisant au niveau du chrono."

"De plus, en finale, j’ai subi une perte de puissance à mi-course. Sans ça, je suis sûr que j’aurais rejoint Sébastien sur le podium car j’étais vraiment collé à son pare-choc avant cette mésaventure. J’attends de pouvoir enfin disputer une course sans être freiné dans mon élan ! J’espère que ce sera pour Hockenheim."

Sur une 208 en spécification 2016, Kevin Hansen, le frère cadet de Timmy, était un bon septième juste devant celui-ci à l'issue les manches qualificatives, mais sa quatrième place en demi-finale a été synonyme d'élimination.

Prochain article World Rallycross
Ekström : Une de mes victoires les plus difficiles à obtenir

Previous article

Ekström : Une de mes victoires les plus difficiles à obtenir

Next article

François Duval pilotera une Peugeot 208 à domicile

François Duval pilotera une Peugeot 208 à domicile

À propos de cet article

Séries World Rallycross
Événement Montalegre
Lieu Montalegre
Pilotes Sébastien Loeb , Timmy Hansen , Kevin Hansen
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions