Plateau 2017 (1ère partie) - Audi et VW s'impliquent pour de bon

partages
commentaires
Plateau 2017 (1ère partie) - Audi et VW s'impliquent pour de bon
Par :
29 mars 2017 à 16:43

En compagnie de Davy Jeanney, vice-Champion d'Europe en 2013 et vainqueur de deux manches mondiales en 2015 avec Peugeot-Hansen, Motorsport.com vous propose un passage en revue des forces en présence dans le Championnat du monde de Rallycross 2017.

EKS & EKS Performance AB

Audi S1 –  Mattias Ekström (#1),  Toomas Heikkinen (#57),  Reinis Nitiss (#15)

Mattias Ekström, EKS, Audi S1 EKS RX quattro

Victorieuse dans les deux championnats pilotes et équipes l'an dernier pour ce qui n'était que sa seconde saison complète en World RX, l'équipe créée par Mattias Ekström reçoit cette année le soutien officiel d'Audi que le Suédois appelait de ses vœux et dont il disait même faire une condition sine qua non à la poursuite de ce programme. Le double Champion DTM et pilote officiel de la marque aux anneaux dans ce championnat, dont il avait fait l'impasse sur la dernière épreuve l'année dernière pour jouer à fond sa chance de titre en World RX, a conservé pour une seconde saison à ses côtés un Toomas Heikkinen qui reste sur deux saisons mitigées après avoir été vice-Champion du monde en 2014.

Une troisième Audi S1 est engagée pour toute la saison, sous la bannière d'EKS Performance AB. Elle sera pilotée par Reinis Nitiss, lui-même troisième du championnat en 2014 avec l'équipe OlsbergsMSE et qui sort d'une année 2016 erratique sur la SEAT du Münnich Motorsport (absent cette année tout comme OlsbergsMSE et JRM) qu'il a délaissée avant la fin de saison pour retrouver une Fiesta de la structure suédoise. Le Letton n'inscrira pas de points au championnat par équipes.

Reinis Nitiss, EKS, Audi S1 EKS RX quattro

L'œil de Davy Jeanney : "L'Audi n'a pas une qualité supérieure dans un domaine précis mais elle est peut-être, pour moi, la voiture la plus polyvalente du plateau. Concernant l'implication de la marque, je pense que c'est un soutien qui est surtout officialisé. J'ai eu quelques discussions avec Mattias Ekström, et je ne suis pas sûr qu'il ait fait tout ça tout seul dans son coin jusque-là. Je suis même persuadé que non. Il est vrai aussi qu'Audi ne communiquait pas sur ce programme."

L'Audi n'a pas une qualité supérieure dans un domaine précis mais elle est peut-être, pour moi, la voiture la plus polyvalente du plateau.

Davy Jeanney

"Même si elle ne bénéficiera pas directement du renfort de Reinis Nitiss au championnat teams [seuls deux pilotes étant désignés pour scorer, en l'occurrence Ekström et Heikkinen, ndlr], EKS a été titrée l'an dernier et c'est donc par définition une équipe à attendre pour marquer de gros points. Elle connaît très bien la voiture."

"Ekström est très rapide et va sans doute jouer la gagne à chaque épreuve. Heikkinen est toujours présent, toujours constant, fiable, et Mattias peut s'appuyer sur lui. Il a été un peu en retrait ces deux dernières années, c'est vrai, mais je ne suis pas sûr que son niveau ait régressé. C'est plutôt le niveau général qui a progressé autour de lui. À l'époque où il a fait le GRC [le Global Rallycross Championship américain qu'il a remporté en 2013, ndlr], le niveau n'était pas le même qu'aujourd'hui et je pense que s'il y retournait, il ne serait pas titré comme il voudrait. Et c'est pareil en Championnat du monde."

PSRX Volkswagen Team Sweden

VW Polo RX –  Petter Solberg (#11),  Johan Kristoffersson (#3)

PSRX Volkswagen Sweden, Volkswagen Polo RX Supercar 2017

Petter Solberg attendait depuis plus longtemps encore que Mattias Ekström le soutien officiel d'un constructeur pour son équipe PSRX, avec laquelle l'ancien Champion du monde des Rallyes a remporté individuellement les deux premières éditions du World RX, en 2014 et 2015 – devenant ainsi l'unique pilote à ce jour titré dans deux Championnats du monde différents de la FIA. Et si Ekström bénéficiait sans doute déjà d'une collaboration d'Audi ces deux dernières saisons, ce n'était pas du tout le cas, à l'entendre, du Norvégien qui alignait sa DS3 sans aucun concours de Citroën.

Solberg est donc parvenu à ses fins, trouvant un accord avec Volkswagen qui était représenté ces dernières saisons par des équipes indépendantes – Marklund Motorsport d'abord, puis Marklund et le Team Sweden et enfin la fusion des deux l'année dernière. De fusion, il est encore question cette année à en croire l'appellation de l'équipe et la présence de Johan Kristoffersson. Celui-ci a signé les meilleurs résultats d'une Polo ces deux dernières saisons, terminant troisième du championnat en 2015 puis deuxième en 2016 et s'imposant notamment à Lohéac en septembre dernier.

Petter Solberg et Johan Kristoffersson, PSRX Volkswagen Sweden, VW Polo RX

L'œil de Davy Jeanney : "Je n'ai pas encore vu de roulage de leur part, donc je ne peux pas trop m'exprimer, mais déjà, pour ce qui est des pilotes, ils sont tous deux très, très rapides. Kristoffersson est un super pilote, très propre, très réglo, très loyal. Et Solberg, pareil – super rapide, tout le temps à 100%. À mon avis, c'est sûr que l'un des deux au moins va jouer le titre. Après, sur la constance, je ne sais pas parce qu'il y a tellement de concurrents d'un bon niveau que forcément, tout le monde ne va pas pouvoir être premier."

Kristoffersson est un super pilote, très propre, très réglo, très loyal. Et Solberg, pareil – super rapide, tout le temps à 100%.

Davy Jeanney

"En termes de performance, ils vont être là, c'est garanti, mais sur la durée du championnat, comme c'est une équipe nouvelle, je n'ai pas assez de recul pour me prononcer. Ça a l'air d'être compétent, puisque c'est soutenu par Volkswagen. Le châssis a l'air efficace. 'FX' Demaison et les autres ingénieurs [de Volkswagen] sont des gars qui ont de l'ancienneté, de l'expérience dans plusieurs domaines. Ce ne sont pas des lapins de six semaines, comme on dit !"

MJP Racing Team Austria

Ford Fiesta ST –  Kevin Eriksson (#96),  Timo Scheider (#44)

(Plus :  Andrew Jordan,  Max Pucher)

Kevin Eriksson, MJP Racing Team Austria, Ford Fiesta ST

Les deux seules structures engagées dans le championnat équipes, car alignant deux voitures pour l'intégralité de la saison mais sans le soutien d'un constructeur, sont toutes deux autrichiennes et alignent toutes deux des Ford Fiesta. En réalité, elles sont le résultat d'une scission au sein de ce qui s'appelait le World RX Team Austria ces deux dernières années.

Max Pucher a rebaptisé son équipe MJP Racing Team Austria et engagé le jeune Kevin Eriksson, victorieux en fin de saison dernière en Allemagne avec Olsbergs, et un ancien pilote Audi en DTM, Timo Scheider. Celui-ci avait fait quelques apparitions ces deux dernières années et effectuera sa première saison complète en rallycross – ou presque, puisqu'il sera remplacé le week-end de Lydden Hill, lors duquel il disputera les 24 heures du Nürburgring avec BMW, par le pilote de BTCC Andrew Jordan (auteur d'un podium, à Lydden Hill justement, lors d'une "pige" en 2014). Pucher, qui disputera par ailleurs l'Euro RX sur une voiture à la décoration identique, figure lui aussi sur la liste des quatre pilotes qui seront alignés par son équipe cette année.

Les trois voitures de MJP Racing Team Austria

L'œil de Davy Jeanney : "Je ne crois pas qu'il y ait de grandes nouveautés de ce côté, s'ils repartent avec les mêmes autos. On a vu l'an dernier que Timerzyanov et Baumanis avaient quand même une belle pointe de vitesse, mais que globalement, ils n'ont jamais été hyper dangereux. Et d'ailleurs, ils n'ont pas remporté de course, alors qu'ils avaient certainement le potentiel pour cela."

"J'ai discuté pas mal avec Baumanis, avec Timur aussi, et ils m'ont dit avoir eu beaucoup de soucis de fiabilité. Que ce soit dans les transmissions, dans la direction, tout le temps des petites pannes à répétition et qui les empêchaient de bien évoluer. J'espère qu'ils ont travaillé un peu là-dessus et corrigé ces problèmes."

C'est un châssis de Fiesta R5, donc bien conçu, bien adapté à la discipline parce que sur les sauts par exemple, on voit que ces voitures sont à l'aise.

Davy Jeanney

"Ce ne sont pas des autos très particulières puisqu'elles sont issues du rallye. C'est un châssis de Fiesta R5, donc bien conçu, bien adapté à la discipline parce que sur les sauts par exemple, on voit qu'elles sont à l'aise."

"Les deux pilotes sont nouveaux dans l'équipe. Il va falloir qu'ils apprennent l'auto, car je ne pense pas qu'ils aient autant de roulage que certains de leurs adversaires. À eux d'être performants. Eriksson est jeune, mais il a signé un bel exploit l'an dernier en Allemagne. Il sort du team familial [OlsbergsMSE a été créé par son père mais ne dispute donc pas le World RX cette année, ndlr] et va découvrir un nouvel environnement. Timo Scheider, qui est plutôt un pilote circuit, a encore pas mal de choses à apprendre, je pense. Il a le potentiel, c'est sûr, mais il faut qu'il apprenne un peu les spécificités du World RX et au niveau où ça évolue, ce n'est pas simple de prendre le train en marche."

Team STARD

Ford Fiesta ST –  Janis Baumanis (#6),  Timur Timerzyanov (#7)

La voiture de Janis Baumanis and Timur Timerzyanov, STARD

Associé de Max Pucher ces deux dernières années au sein du World RX Team Austria, Manfred Stohl a choisi de voler de ses propres ailes cette saison en engageant directement sa structure STARD, surtout connue jusqu'à maintenant pour avoir développé la première voiture de rallycross électrique et pour travailler avec le Global Rallycross américain à la création d'une catégorie électrique dans ce championnat à partir de 2018.

Si entre son équipe et le MJP Racing Team Austria, c'est bien la sienne qui est nouvelle, l'ancien pilote WRC et World RX a en revanche conservé les services des deux pilotes du Team Austria en 2016 : Timur Timerzyanov, double Champion d'Europe Supercar en 2012 et 2013 sur une DS3 de Hansen Motorsport, et Janis Baumanis, lui-même Champion d'Europe Super 1600 en 2015. Un duo de spécialistes qui a fière allure, tout comme celui aligné dans le camp d'en face. La lutte pourrait faire rage entre les Fiesta autrichiennes.

La voiture de Janis Baumanis and Timur Timerzyanov, STARD

L'œil de Davy Jeanney : "Si mes infos sont bonnes, ce sont aussi des Ford Fiesta issues du rallye, mais avec une mécanique Pipo [le réputé préparateur ardéchois qui s'occupait des moteurs de la DS3 de Petter Solberg quand il a remporté ses deux titres, en 2014 et 2015, et travaille notamment à l'heure actuelle avec Hyundai en WRC, ndlr]. Je pense que l'équipe a des pilotes pas mauvais du tout, du même niveau, qui vont être complémentaires. Ils pourront marquer des points s'ils arrivent à être constants, on a vu qu'ils ont eu des hauts et des bas l'année dernière avec le Team Austria."

Manfred Stohl a construit son projet durant une partie de l'année dernière, je pense qu'ils vont être prêts et d'attaque pour la première épreuve.

Davy Jeanney

"Je leur souhaite bonne chance, c'est un nouveau team, ils sont attendus et ont tout à prouver. Manfred Stohl est quelqu'un de très sympathique, très professionnel aussi, qui a une bonne expérience. Je ne peux pas trop me prononcer sur leur pointe de vitesse, mais il a construit son projet durant une partie de l'année dernière et je pense qu'ils vont être prêts et d'attaque pour la première épreuve."

Ne manquez pas demain jeudi la seconde partie de cette présentation du plateau 2017 en World RX, avec Peugeot-Hansen, Hoonigan Racing Division et le reste des concurrents privés.

Article suivant
Cyril Raymond va défendre son titre dans ce qui devient le RX2

Article précédent

Cyril Raymond va défendre son titre dans ce qui devient le RX2

Article suivant

Nouvelle robe pour la nouvelle 208 de Loeb

Nouvelle robe pour la nouvelle 208 de Loeb
Charger les commentaires