Neuville, Gilsoul et Hyundai s'imposent en Beauté !

partages
commentaires
Neuville, Gilsoul et Hyundai s'imposent en Beauté !
Par :
31 mars 2019 à 11:53

Thierry Neuville et son copilote Nicolas Gilsoul ont remporté un Tour de Corse qui semblait encore bien mal engagé pour eux samedi matin, en bénéficiant d'une crevaison d'Elfyn Evans dans la Power Stage qui concluait le rallye.

Sur le premier rallye 100% asphalte de la saison, où la position de départ n'importe pas comme cela peut-être le cas sur terre, Evans a réalisé une performance de choix en luttant au coude à coude avec Ott Tänak jusqu'au samedi après-midi, puis avec Thierry Neuville qu'il a dépassé dimanche matin.

Le pilote M-Sport a signé quatre meilleurs temps sur les 14 secteurs chronométrés – en moyenne assez longs – du Tour de Corse. Il a été le premier leader du rallye, puis il a repris cette position par deux fois à Tänak et une à Neuville, après l'ES13 – pour retomber finalement à la troisième place, derrière Sébastien Ogier, au terme de la Power Stage de Calvi (ES14 – 19,34 km).

Celle-ci a été remportée par Kris Meeke, qui avait adopté un train de sénateur dans l'ES13 afin de préserver ses gommes et a empoché cinq unités supplémentaires. Tänak, Teemu Suninen, Neuville et Sébastien Ogier se sont partagés les autres points de bonus offerts aux cinq plus rapides. 

Lire aussi:

Neuville revient donc de loin au final, avec une Hyundai dont le comportement ne lui a pas convenu durant la majeure partie du week-end, tout comme Ogier qui a déploré beaucoup de sous-virage sur sa Citroën mais est finalement monté sur la deuxième marche du podium à Calvi.

"Je suis très déçu pour Elfyn qui était sans doute plus fort que nous ce week-end, mais au final nous méritions aussi cette victoire", a réagi le Belge, qui prend du même coup la tête du championnat et a souligné le travail de l'équipe Hyundai dont la voiture a semblé souffrir d'un certain manque de performance en ce début de saison par rapport à ses rivales.

Evans a indiqué pour sa part avoir roulé dans une ligne droite sur une petite pierre probablement déplacée, qu'il ne s'attendait pas à trouver à cet endroit. Et le Gallois de préciser : "C'est dur à accepter. Ça arrive, la même chose est arrivée à Ott [Tänak] hier. On a hésité à s'arrêter pour changer la roue mais on a continué."

Tänak sixième

Victime dimanche matin d'ennuis de freins qui l'ont empêché de ferrailler avec le Champion du monde, Dani Sordo amène une deuxième Hyundai dans le top 4. Il précède Suninen, qui a confirmé le niveau des Ford M-Sport sur ce rallye en s'accrochant joliment à sa cinquième place.

Finalement sixième, Tänak a longtemps semblé devoir réaliser la meilleure opération dans la course au titre, se battant avec Evans pour la première place tandis que ses rivaux Neuville et Ogier peinaient à intégrer le top 5 ou à s'y maintenir. La situation s'est inversée dans l'avant-dernière ES du samedi où le pilote Toyota a crevé, rétrogradant à la septième place derrière Esapekka Lappi.

Loeb en demi-teinte

Le pilote Citroën s'est également lamenté tout le week-end du comportement de sa C3, mais aussi de son incapacité à s'y adapter pour en tirer quelque chose. Il a cédé la sixième place à Tänak dans la longue spéciale de Castagniccia, samedi en fin de journée.

Sébastien Loeb a perdu toute chance de bon résultat dès la première spéciale, vendredi matin, en heurtant un muret de l'arrière et cassant une biellette de direction de sa Hyundai. Alternant les bons et les moins bons chronos, il termine huitième devant les deux autres Toyota très retardées de Meeke (une crevaison et un problème de suspension après un choc contre une bordure) et Jari-Matti Latvala (deux crevaisons). 

Seul parmi les deux concurrents d'un maigre WRC2 Pro à être reparti en Rally2 dimanche matin après son abandon de la veille, contrairement à Kalle Rovanperä, Lukasz Pieniazek impose une autre Ford M-Sport, une Fiesta R5 celle-là, dans la catégorie.

Après les abandons d'Éric Camilli, Yoann Bonato et Nicolas Ciamin, qui occupaient encore les trois premières places du WRC2 samedi en milieu de journée, la victoire est revenue à Fabio Andolfi qui, s'étant retrouvé avec deux roues motrices seulement sur sa Skoda, avait concédé le commandement à Nikolay Gryazin pour 0''7 après l'ES7.

Classement final

 

Pilote

Copilote

Voiture Cat.

Écarts &

intervalles

1

Belgium Thierry Neuville

Belgium Nicolas Gilsoul

Hyundai

RC1 3h22'59"0
2

France Sébastien Ogier

France Julien Ingrassia

Citroën

RC1

40"3

40"3

3

United Kingdom Elfyn Evans

United Kingdom Scott Martin

Ford M-Sport

RC1

1'06"6

26"3

4

Spain Dani Sordo

Spain Carlos del Barrio

Hyundai

RC1

1'18"4

11"8

5

Finland Teemu Suninen

Finland Marko Salminen

Ford M-Sport

RC1

1'24"6

6"2

6

Estonia Ott Tänak

Estonia Martin Järveoja

Toyota

RC1

1'40"0

15"4

7

Finland Esapekka Lappi

Finland Janne Ferm

Citroën

RC1

2'09"1

29"1

8

France Sébastien Loeb

Monaco Daniel Elena

Hyundai

RC1

3'39"2

1'30"1

9

United Kingdom Kris Meeke

United Kingdom Seb Marshall

Toyota

RC1

5'06"3

1'27"1

10

Finland Jari-Matti Latvala

Finland Miikka Anttila

Toyota

RC1

6'44"6

1'38"3

 

 

 

Article suivant
ES13 - Evans frappe fort, Neuville impuissant

Article précédent

ES13 - Evans frappe fort, Neuville impuissant

Article suivant

Championnat - Neuville, Ogier et Tänak en cinq points

Championnat - Neuville, Ogier et Tänak en cinq points
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Auteur Jean-Philippe Vennin
Soyez le premier à recevoir toute l'actu