Tänak : Mon choix de pneus a été décisif

Le pilote M-Sport considère qu'un choix de pneus effectué le premier jour, contre l'avis des membres de son équipe, a été déterminant dans sa victoire en Allemagne.

Ott Tänak fait référence à la seconde boucle de la première étape, vendredi, où la pluie s'était remise à tomber très fort. Contrairement à ses rivaux ayant privilégié les gommes pluie (comme Andreas Mikkelsen, qui le précédait au général, et Kris Meeke qui en avait pris six) ou les tendres (parmi lesquels son équipier Sébastien Ogier, qui en avait cinq sans aucun pour la pluie), l'Estonien avait ménagé la chèvre et le chou en embarquant trois pneus pluie et trois tendres dans sa Fiesta.

Après la première "vraie" spéciale de l'après-midi, au cours de laquelle il s'était fait d'entrée une belle frayeur en finissant dans les vignes à un carrefour, mais avait aussi réalisé le scratch, il semblait pourtant déjà regretter ce choix qui s'avérerait finalement payant. "J'ai eu de la chance de revenir sur la route. Je regrette de ne pas avoir pris les pneus pluie comme l'équipe me l'a suggéré", disait-il au point stop de cette ES6.

Le son de cloche était complètement différent dimanche après-midi. Tänak avait entre temps pris le commandement deux spéciales plus tard, vendredi, puis évité toutes les embuches au contraire de ses principaux rivaux – notamment les deux candidats au titre, Thierry Neuville et Ogier – pour ensuite gérer parfaitement l'écart avec Mikkelsen et le Français jusqu'au terme du rallye.

"Cela a été un week-end génial et c'est un sentiment génial. C'était un rallye piégeur qui a commencé de façon difficile avec des conditions météo extrêmes et beaucoup de poussière sur la route", a-t-il ainsi réagi après sa victoire, contredisant ses propos précédents en assurant : "Nous avons pris une décision courageuse avec les pneus, alors que tout le monde dans l'équipe était contre, mais ça a très bien fonctionné. Je dirais que ce choix a décidé du sort de tout le rallye."

Tänak a admis que le fait d'avoir enfin débloqué son compteur de victoires, en Sardaigne, l'avait aidé ce week-end. Mais il a précisé que le véritable déclic s'était produit samedi matin, sur les routes en béton si particulières du camp militaire de Baumholder.

"Bien sûr, ça aide un peu [la première victoire]", a-t-il expliqué. "Mais la chose la plus importante a été le premier passage dans la longue Panzerplatte [42 km] où j'ai réussi à suivre le rythme de Seb [Ogier]. Donc je me suis senti un peu plus à l'aise. Il y avait été très rapide dans le passé. Et après ça, on a réussi à garder le rythme."

Tant pis pour la Power Stage

S'il se considère comme revenu dans la lutte pour le titre, Tänak, qui a imité en s'imposant sur asphalte son compatriote et ex-mentor Markko Märtin, vainqueur du Tour de Corse et au Rallye de Catalogne en 2004, a cependant assuré dans la Power Stage concluant le rallye, dimanche. Avait-il un temps envisagé de viser les points de bonus offerts par celle-ci, au risque de tout perdre ?

"Pas vraiment. Nous sommes dans cette position au championnat où nous devons prendre tous les points [possibles] et avoir ceux-là était très importants [ceux de la victoire]. Donc je me devais d'être intelligent cette fois. Gagnons un peu plus d'expérience afin d'être capables d'attaquer aussi dans ces conditions, mais cette fois, il nous fallait assurer le coup."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye d'Allemagne
Pilotes Ott Tänak
Équipes M-Sport
Type d'article Réactions